Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Editorial » APORLOC : la machine de guerre occitaniste

APORLOC : la machine de guerre occitaniste

D 18 octobre 2011     H 13:39     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Vous trouverez ci-après des données précises sur diverses institutions occitanistes qui rêvent de dissoudre la Provence dans leur artificielle « Grande Occitanie »…

Nous sommes souvent accusés de dramatiser et de caricaturer les idéologues occitans qui n’acceptent la diversité et la pluralité que chez les autres. Les provençaux devraient accepter bon gré, mal gré une langue unique, un drapeau unique aux couleurs de la grande occitanie.

La lecture de ces informations très facilement vérifiables, permettra à tout un chacun de se faire une opinion.

Des faits, rien que des faits…

<table class=MsoTableGrid border=0 cellspacing=0 cellpadding=0
style='border-collapse:collapse;mso-yfti-tbllook:480;mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt'>

<span
style='font-size:16.0pt'>L’A.P.O.R.L.O.C., qu’es <span
class=SpellE>acò ?

 

Nos
voisins occitanistes sont décidément très
imaginatifs lorsqu’il s’agit de créer
des officines pour servir leur idéologie. C’est<span
style='mso-spacerun:yes'> le cas de 
l’A.P.O.R.L.O.C, sigle baroque qui signifie <span
class=SpellE>Associacion<i
style='mso-bidi-font-style:normal'> de Prefiguracion
de l’Organisme de Regulacion de <st1:PersonName
ProductID="LA LENGA">la <span
class=SpellE>Lenga
normal'> d’Òc... Autoproclamée par elle-même <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« projet considérable », l’<span
class=SpellE>A.P.O.R.L.O.C. a été créée en janvier 2009. Elle se
définit comme une « autorité
morale et scientifique indépendante qui représente les usagers et les
locuteurs de la langue d’Oc »
. Bien évidemment ces
« usagers » ont été triés sur le volet !... L’<span
class=SpellE>A.P.O.R.L.O.C. fédère en effet la fine fleur de
l’occitanisme le plus activiste : L’<span
class=SpellE>Institut d’Estudis <span
class=SpellE>Aranesi
, Chambra
d’oc
, le C.I.R.D.O.C. ( normal'>Centre Interrégional de Développement de l’Occitan), l’<span
class=SpellE>I.M.O.C. d’Aquitaine, le Centre de Ressources Occitanes
et Méridionales, l’I.E.O., <st1:PersonName
ProductID="la F.E">la F.E<span
class=SpellE>.L.C.O. ( normal'>Federacion <span
class=SpellE>dels Ensenhaires de <span
class=SpellE>Lenga e de Cultura d’<span
class=SpellE>Òc
), la confédération occitane des <span
class=SpellE>Calendretas, l’<span
class=SpellE>A.I.E.O. (Association
Internationale d’Etudes Occitanes
)…

 

Les moyens de l’<span
class=SpellE>A.P.O.R.L.O.C.

 

Ainsi constituée, l’A.P.O.R.L.O.C.
ne manque pas de moyens, comme le prouvent les informations que l’on peut
trouver sur le site internet de ce groupement (<a
href="http://aporloc.free.fr/">http://aporloc.free.fr.). Jugez plutôt, et
comparez, par exemple, avec ceux dont dispose le normal'>Collectif Prouvènço

 

Pour 2011, le budget de l’institution est de 122.500 €. Il
devrait être porté à 182.500 €<span
style='mso-spacerun:yes'> en 2012. Il faut dire que ce petit monde a
de gros besoins !...

 

<table class=MsoTableGrid border=1 cellspacing=0 cellpadding=0
style='border-collapse:collapse;border:none;mso-border-alt:solid windowtext .5pt;
mso-yfti-tbllook:480;mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;mso-border-insideh:
.5pt solid windowtext;mso-border-insidev:.5pt solid windowtext'>

 

<b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>2011

<b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>2012

Déplacements des conseillers

7500 €

15.000 €

Hôtels et restaurants

10.500 €

18.000 €

Subventions

122.000 €

182.000 €

 

 

L’APORLOC est intégralement à la
charge des collectivités territoriales et nationale. En 2011, l’institution
occitane a ainsi demandé :

 

<table class=MsoTableGrid border=1 cellspacing=0 cellpadding=0
style='border-collapse:collapse;border:none;mso-border-alt:solid windowtext .5pt;
mso-yfti-tbllook:480;mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;mso-border-insideh:
.5pt solid windowtext;mso-border-insidev:.5pt solid windowtext'>

Conseil Régional d’Aquitaine

21.000 €

Conseil Régional du Languedoc Roussillon

21.000 €

Conseil Régional Rhône Alpes

21.000 €

Conseil Général du Val d’Aran

6.000 €

DGLFLF (Ministère de la Culture)

15.000 €

 

 

On
remarquera tout de même que la
Région Provence
Alpes Côte d’Azur ne finance pas cet
organisme... Elle aurait pourtant été « représentée » le 23 mai
2008 lors d’une réunion préparatoire à sa fondation<span
style='mso-spacerun:yes'> (cf.
p. 21 d’un document intéressant sur lequel nous reviendrons). On serait
curieux de savoir par qui !...

 

Quoi
qu’il en soit, avec un autofinancement proche de zéro et des « frais de
bouche » de 33.000 € prévus pour 2012, on est en droit de se poser des
questions sur le bénévolat dans les milieux occitanistes !
Et surtout, on ne peut s’empêcher de se demander si l’argent des
contribuables a vocation à payer de telles dépenses !...

 

Les buts de l’<span
class=SpellE>A.P.O.R.L.O.C.

 

L’<span
class=SpellE>A.P.O.R.L.O.C. jouit donc de gros moyens… Et cela pour
quoi faire ?... Afin de finaliser son projet, l’A.P.O.R.L.O.C.
a « pondu » un document très intéressant sous le titre : <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>Etude de faisabilité de création d’un
organisme de régulation de la langue d’Oc. Il ne comporte pas moins de
168 pages que l’on peut trouver sur le site internet
déjà cité- nous le mettrons en ligne sur notre site internet,
dans la rubrique ressources
documentaires
. C’est une véritable « usine à gaz » comme
aiment tant en prévoir ces technocrates... Son projet y est clairement
défini :

 

<b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>« Le futur organisme de régulation
aura pour but de définir, maintenir et diffuser la codification
orthographique de la langue d’oc dans les domaines de la graphie, de la
grammaire, de la lexicographie, de la toponymie, etc… »

<b
style='mso-bidi-font-weight:normal'> 

Il
faut donc « réguler », c’est-à-dire normaliser, une langue d’oc
unique : vocabulaire, orthographe, en imposant bien évidemment la
graphie occitane dite «  normal'>Alibertine » - du nom d’un collaborateur
notoire !.... Pour les besoins de la cause, cette dernière a été<span
style='mso-spacerun:yes'> autoproclamée «  normal'>classique ». L’A.P.O.R.L.O.C est
donc une véritable arme de guerre en faveur d’un normal'>occitan unique que l’on rêve d’imposer en France, facteur
identitaire majeur d‘une entité unique, «  normal'>l’Occitanie ». Bien évidemment ce projet n’a qu’une
ambition : annexer la Provence
et les autres pays d’oc autour d’une langue unique, l’occitan, recentré sur
le Languedoc – on rappellera que le mot Occitanie
en est le synonyme archaïque, tout comme Lusitanie
l’est pour le Portugal, Helvétie pour la
Suisse
, ou Hispanie
pour l’Espagne…

 

Pour
mener à bien leur besogne, nos amis Occitans revendiquent la collaboration
docile des « amis » qu’ils possèdent en Provence. Le premier
d’entre eux est bien entendu le Félibrige, qui, au nom du concept<span
style='mso-spacerun:yes'> « d’unité
de la langue d’oc
 », les soutient objectivement. Mais comme
toujours, cette aide ne peut être qu’à sens unique, c’est-à-dire au seul
profit de l’idéologie occitane. En voici un exemple révélateur pris dans
cette fameuse Etude de faisabilité
(p. 138) :

 

<b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>« Il faudra adopter une position
officielle sur le Félibrige : s’il y a accord de principe sur l’unité de
la langue, la question de la graphie est sensible. Toutefois, une partie
importante des félibres emploient la graphie classique. L’intégration du
mouvement est une question qui comporte une perspective historique à ne pas
manquer ».

 

Le
projet final est donc patent et avéré. Qu’il le veuille ou non, le Félibrige
devra passer sous les fourches caudines de l’idéologie occitane !...
Qu’en pense l’équipe dirigeante du Félibrige ?... Qu’en pensent les
félibres Provençaux qui suivent le slogan sans cesse répété « d’unité de
la langue d’oc » ?... Rendons toutefois justice aux <span
class=SpellE>occitanistes. Eux au moins, sont cohérents !... Car
ainsi que nous l’avons toujours affirmé – et en voici une nouvelle preuve -,
une langue définie comme unique ne
pourra avoir qu’une graphie unique
et aller vers une normalisation unique...
qui ne sera jamais le provençal mistralien !…

 

<span
style='font-size:16.0pt'>Les autres organismes occitanistes

 

L’<span
class=SpellE>A.P.O.R.L.O.C. fédère donc sous sa bannière des
institutions plus anciennes qui sont même à l’origine du mouvement <span
class=SpellE>occitaniste. Nous
allons vous les présenter tour à tour. Et nous verrons encore que « <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>l’oc » rime avec « <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>pompe à fric »… surtout quand il
s’agit de l’argent des contribuables !...

 

L’I.E.O.

L’<span
class=SpellE>Institut d’Etudes Occitanes est le plus ancien mouvement <span
class=SpellE>occitaniste. Il a été créé en 1945 pour remplacer <st1:PersonName
ProductID="la S.E">la S.E<span
class=SpellE>.O. ( normal'>Societat d’<span
class=SpellE>Estudis Occitans
). Fondée en 1930, cette dernière fut
dissoute à la Libération
pour les besoins de la cause ; cela faisait suite à<span
style='color:#99CC00'> une profonde compromission avec l’occupant
allemand – on rappellera que Louis Alibert fut
condamné pour collaboration… Ainsi, le mouvement occitaniste
se fit-il alors à bon compte une virginité, tout en
accusant les provençalistes et le mouvement
félibréen d’être d’extrême droite et « Maurassiens »… Véritable
machine de guerre du pancccitanisme, l’<span
class=SpellE>IEO ne fait état que de 1500 adhérents, ce qui est peu
pour une association revendiquant un vaste territoire. Elle possède pourtant
de magnifiques locaux dans le centre ancien de Toulouse ( normal'>L’Ostal d’Occitania,
11, rue de Malcousinat. Elle emploie 40 personnes
et est largement financée par les régions à l’ouest du Rhône !....

 

Le C.I.R.D.O.C.

Les
buts de cette institution sont clairement affichés dans son nom : <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>Centre Interregional
de Desvolopament de l’Occitan.<span
style='mso-spacerun:yes'> Son siège est situé à Béziers dans un
bâtiment somptueux, réalisé à grands frais. Le C.I.R.D.OC
est financé pour une grande part par <st1:PersonName
ProductID="la R←gion Languedoc">la Région Languedoc
Roussillon, qui consacre un budget de
2,6 millions d’euros pour l’occitan. Au sein de cette enveloppe budgétaire,
500.000 € alimentent le CIRDOC, qui 
perçoit une subvention globale d’environ un million d’euros, tous
financements publics confondus. Si le C.I.R.D.O.C.
n’est fort heureusement pas financé par la région provençale, cette dernière
est pourtant revendiquée comme faisant partie de son domaine de compétence…

Employant
10 personnes, cette institution se revendique 
comme la « Bibliothèque Nationale » de
« l’Occitanie », avec une arrière-pensée plus ou moins séparatiste.
Chose grave, elle n’en est pas moins reconnue, depuis 2006, comme « pôle
associé » de <st1:PersonName
ProductID="la Biblioth│que">la Bibliothèque

Nationale. Ainsi peut-elle y instiller l’idéologie occitane
– non reconnaissance du provençal ou du gascon, présentation des écrivains
Provençaux comme « Occitans »,
etc……

Par
l’intermédiaire de son site, le C.I.R.D.O.C.
propose actuellement un sondage sur la façon dont on doit appeler
« la » langue d’oc : « occitan » ?...
« langue d’oc » ?.... patois ?.... Si la notion de
« langues d’oc » est niée, le terme d’ « occitan »
ne peut qu’y être plébiscité. Les premiers résultats sont édifiants. Une fois
de plus, la langue d’Oc chère au Félibrige passe à la moulinette occitane,
puisque la notion d’occitan est acceptée par 66 %, tandis que le terme
de langue d’oc n’est accepté que par 20 %...<span
style='mso-spacerun:yes'> Ah, qu’il est difficile d’appliquer chez
soi la diversité ! Cette diversité n’est bonne que chez les
autres !...

 

La
Confédération Occitane
des <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>Calandretas

<span
style='mso-bidi-font-weight:bold'>Ces écoles primaires associatives sont
l’équivalent occitan des normal'>Diwan bretonnes, des <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>Ikastolak
basque ou des <span
class=SpellE>Bressolas
catalanes. L’immersion complète des enfants en occitan –standardisé, bien
sûr !... -, est accompagnée par un conditionnement idéologique en faveur
de la « Grande Occitanie ». Les <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>Calandretas
sont regroupées en
fédération, dont le siège, comme par hasard, est à Montpellier. Comme par
hasard aussi, l’écrasante majorité des <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>Calandretas
sont en
« Occitanie » stricto-sensu, et il n’y en
a que trois en Provence !...
2 800 élèves y sont scolarisés par
209 enseignants et 232
salariés…

 

Le Partit Occitan

Ce
groupuscule ne représente qu’environ 1% des voix lorsqu’il se présente seul
aux élections… Et comme l’a dit un jour l’un de nos amis, il peut organiser
son congrès dans une cabine téléphonique… Mais par le jeu des alliances avec <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>Europe Ecologie, coquille vide qui n’a
pas suffisamment de candidats propres, il a grandement investi les listes de
ce parti. Ainsi a-t-il obtenu des élus dans toutes les Région méridionales y
compris la nôtre. Certains occupent des fonctions importantes, imposées au <span
class=SpellE>P.S. par les Ecologistes. Les propos de la candidate
officielle d’Europe Ecologie aux
présidentielles, Mme Eva Joly, montrent clairement que les <span
class=SpellE>occitanistes arrivent même à contaminer le programme
défendu par l’ancienne magistrate. Ainsi préconise-t-elle la création d’une <span
class=SpellE>supra-région occitane !… Pour le Partit occitan,
cela ne serait qu’une étape avant d’autres projets plus obscurs… Voici par
exemple les propos inquiétants tenus en janvier 2010 au sujet de <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>L’Amassada,
conseil de développement de l’occitan créé par la région Midi-Pyrénées :

 

<b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>« Le Partit Occitan Midi-Pyrénées
milite pour l’INDEPENDANCE DE L’OCCITANIE ainsi
qu’une meilleure reconnaissance politique. Il voit, dans cette première
réunion de L’Amassada,
un premier pas important mais propose de changer de rythme au sein du parti
d’Europe Ecologie ».

 

En
guise de conclusion, on ne peut s’empêcher de poser cette question aux partis
institutionnels qui s’allient volontiers au normal'>Partit Occitan. Eux aussi sont-ils d’accord avec les ambitions
indépendantistes de ce groupuscule auquel ils donnent une légitimité et des
leviers de commande qu’il n’aurait pas tout seul ?...

 

Pour visualiser le document de l’APORLOC cliquez ici.