Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le Collectif Prouvènço Qu’es acò ? » Lou message » Ça se passe au Collectif Prouvènço - Octobre / novembre 2019

Ça se passe au Collectif Prouvènço - Octobre / novembre 2019

D 10 octobre 2019     H 10:53     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

La signalétique provençale remise en question dans le Vaucluse

Durant l’été, le Conseil départemental du Vaucluse a décidé de supprimer, ou plus précisément de déplacer, les panneaux portant le nom de l’agglomération en provençal à l’entrée et à la sortie des communes.

L’affaire a fait du bruit, les médias s’en sont emparée, et pas seulement au niveau local. Les rédactions au niveau national (articles dans Le Point, Valeurs Actuelles), les quotidiens Le Parisien, Le Figaro et Le Monde ont consacré quelques colonnes sur le sujet. Radios et télévisions (France 3, TF1) ont également abordé le sujet. En période de vacances, le bureau du Collectif Prouvènço a été inondé de demandes d’interviews de son président, Jean-Pierre Richard. Il a été invité, avec Nicole Girard, maire de la commune des Taillades, à débattre du problème sur l’antenne de France Bleu Vaucluse le 1er août (diffusion le lendemain). Enfin, le sujet a été largement traité chez notre confrère Prouvènço d’Aro, avec une longue interview de Jean-Pierre Richard (qui présente en outre dans cet article l’Observatoire de la langue et de la culture provençales).

Le Collectif Prouvènço est à l’initiative de la communication concernant l’enlèvement des panneaux en langue provençale à l’entrée des villes du département de Vaucluse. Cette action a soulevé une très vive émotion et un fort mécontentement chez les citoyens et les maires du Vaucluse, et plus largement en Provence.

« Le 25 juin dernier, nous avons envoyé une lettre au président du Conseil départemental de Vaucluse, Maurice Chabert, rappelle Jean-Pierre Richard. Un courrier courtois mais ferme sur le sujet, dans le but que s’établisse un véritable partenariat entre ce département et les associations de langue et de culture provençales. »

Il semble en effet aberrant qu’une telle décision soit prise dans un département réputé pour être un des mieux pourvus en locuteurs de provençal. Et qui plus est dans un territoire où va être prochainement inauguré dans la commune de Cheval-Blanc l’Observatoire de la langue et de la culture provençales.

Certains élus se sont rebellés contre le déboulonnage des panneaux, s’accommodant mal d’une législation qui ne les tolère qu’a plusieurs mètres de distance des officiels « EB10 » et « EB20 », noms de code des panneaux en français, respectivement d’entrée et de sortie d’agglomération. Plusieurs maires ont d’ailleurs pris l’initiative de remettre les panneaux « à leur place ».

Très vite, le président du département, Maurice Chabert, faisait marche arrière en évoquant une « fake news » et en ajoutant que « si les communes souhaitent les réinstaller à quelques mètres du panneau officiel en français, elles le peuvent. Et si elles tiennent à les poser juste en dessous du panneau en français, qu’elles prennent leurs responsabilités. Ce n’est pas le Conseil départemental qui les en empêchera ».

L’affaire des panneaux est venue raviver la coordination « Gardaren Prouvènço ! ».
A la suite à l’emballement médiatique, le Président du Département de Vaucluse a souhaité un apaisement, mais le Collectif Pouvènço reste dans l’attente d’un communiqué, d’un geste, mieux, de mesures concrètes et surtout de dialogue. Le Collectif Pouvènço a donc sollicité une rencontre avec les instances du département de Vaucluse pour fixer les objectifs en matière de signalétique bilingue français/provençal, mais aussi pour ce qui concerne les actions en faveur de la langue et de la culture provençales. Car cette affaire des panneaux traduit un malaise dans une France qui semble faire fi de sa diversité culturelle régionale.

Aussi, dès la rentrée, le Collectif Prouvènço a provoqué une réunion de « Gardaren Prouvènço ! » (coordination organisatrice de la grande manifestation à Arles en octobre 2015). Une première réunion s’est tenue le 26 septembre, à Arles au siège de l’Antique Confrérie des Gardians, avec de nombreux présidents d’associations et des acteurs en lien avec le sujet, afin de rédiger un cahier de doléances concernant la place de la culture, des traditions et de la langue provençale au sein de notre territoire. En prélude aux prochaines échéances électorales, il est à nouveau temps de dire haut et fort : « ço que sian, ço que fasèn, ço que voulèn » (ce que nous sommes, ce que nous faisons, ce que nous voulons) >lire l’article concernant cette réunion ci-après

Quelques articles de presse parus cet été :
- France 3 Régions
- Valeurs Actuelles
- Le Point
- Le Dauphiné Libéré
- Le Parisien
- France Bleu Vaucluse
- Le Figaro
- Marianne
- LCI
- La Provence


La coordination "Gardaren Prouvènço !" relancée pour défendre la langue et la culture provençales !

En octobre 2015 se tenait à Arles la grande manifestation organisée par la Coordination « Gardaren Prouvènço ! ». Elle réunissait plus de 300 associations de culture provençale, 7000 manifestants venus de toute la Provence et plus de 100 élus de toutes les tendances. L’objectif qui était de faire entendre les revendications concernant la défense de la langue et de la culture provençales avait été atteint !

Cependant, malgré certaines avancées, avec notamment la création de l’Observatoire de la langue et de la culture provençales, la langue et la culture provençales sont toujours menacées et les récentes actions du gouvernement, du département des Hautes-Alpes et du département de Vaucluse ne font que confirmer cette affirmation.

Rappel des faits :

-  Dans la nouvelle réforme du lycée, l’Education nationale a supprimé le provençal de ses programmes, réduisant dans le même temps quasiment à néant la présence, si importante, de la littérature provençale moderne et contemporaine. De plus, la faible bonification de l’option provençal au bac entraînera une baisse drastique des effectifs.

-  Le département des Hautes-Alpes a quant à lui « occitanisé » son territoire dans son Schéma Départemental de la Culture 2018-2021. Ainsi peut-on y lire : « l’héritage occitan a marqué l’étymologie, l’architecture, le langage, l’habitat vernaculaire, les traditions ». « Une commission « Occitan » sera également créée, afin de valoriser la langue et la culture associées ». « Les Archives mettront, entre autres, l’accent sur les documents en occitan. » Et bien d’autres extraits niant l’existence du gavot (ou provençal alpin) sur ce territoire alors que la Région et son assemblée plénière l’ont reconnu à l’unanimité comme langue de ce département.

-  Plus récemment, avant l’été, le président du département de Vaucluse souhaitait supprimer la double signalétique bilingue français/provençal sur les panneaux d’entrées de villes, s’appuyant sur un arrêté du 24 novembre 1967.
À l’annonce de cette nouvelle (par le biais de maires ayant reçu un courrier du président), le Collectif Prouvènço a réagi en alertant la presse et les milieux provençaux. De nombreux médias locaux et nationaux se sont fait l’écho de cette information. Plusieurs associations sont montées au créneau et ont exprimé leur colère face à cette mesure. Enfin, de nombreux maires vauclusiens se sont exprimés en faveur du maintien des panneaux, « la langue provençale fait partie de notre patrimoine » affirmait Pierre Gabert, maire de Pernes-les-Fontaines. Jean-Pierre Richard, président du Collectif Prouvènço, ajoutait « la langue provençale est le ciment de notre culture. ».
Très vite, le président, Maurice Chabert, faisait marche arrière en évoquant une « fake news » et en ajoutant que « si les communes souhaitent les réinstaller à quelques mètres du panneau officiel en français, elles le peuvent. Et si elles tiennent à les poser juste en dessous du panneau en français, qu’elles prennent leurs responsabilités. Ce n’est pas le Conseil départemental qui les en empêchera ».

Cette succession d’actions néfastes pour la défense de la langue et de la culture provençales a fini de convaincre Jean-Pierre Richard et Frédéric Lescot, président de la Confrérie des Gardians, de relancer la Coordination « Gardaren Prouvènço ! ». Non pas en organisant une manifestation dans la rue comme en 2015 mais des réunions régulières avec tous les représentants de la culture provençale.

La première s’est tenue le jeudi 26 septembre à 18h30 à la Confrérie des Gardians, à Arles. Les différents représentants présents ont pu s’exprimer sur leurs inquiétudes respectives.

Voici ce qui en est ressorti :

- les prochaines élections municipales constituent une opportunité pour porter l’attention sur des sujets brûlants
- les revendications formulées seront portées auprès du président de la République et du ministre de l’Éducation nationale (des courriers seront envoyés prochainement)
- Des courriers seront également adressés, sur le plan local, aux députés LREM Monica Michel, Jean-Marc Zulesi et Pascale Boyer
- Il sera demander au Recteur d’organiser une nouvelle réunion du Conseil Académique Langues Régionales
- Tous ces sujets seront abordés lors du Forum des Aulnes 2020, les 18 et 19 avril prochains
- Il faudra communiquer en direction des collégiens et des lycéens pour qu’ils s’inscrivent dans les cours de provençal mistralien
- Enfin, il est important de s’adresser aux élus que sont les maires des communes de notre région pour les questionner sur ce qu’ils vont faire pour défendre la langue et la culture provençales. Leur demander par exemple de mettre les couleurs provençales sur les mairies, de proposer une signalétique bilingue ou de nommer un adjoint délégué à la culture et langue provençales

[SÉMINAIRE] Le Collectif Prouvènço a également décidé d’organiser, fin octobre, un séminaire avec son Conseil d’Administration et le comité scientifique de l’Observatoire de la langue et de la culture provençales pour travailler sur l’ouverture de l’Observatoire qui aura lieu début septembre 2020. Un compte-rendu sera communiqué à l’issue de ce séminaire.


[EXPOSITION PALAIS DU ROURE - AVIGNON]

Folco de Baroncelli (1869-1943)

📆 Du 21 septembre 2019 au 20 juin 2020.

À l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de Folco de Baroncelli, le Palais du Roure, à Avignon, propose une grande exposition inscrite dans le cadre du « Cycle du renouveau ». Cet événement, qui s’accompagne de nombreuses animations, donne à comprendre la vie et l’œuvre d’une personnalité marquante de la culture provençale. Descendant des constructeurs du Palais du Roure, très épris de ses racines avignonnaises, poète en langue provençale, le marquis Folco de Baroncelli se fit éleveur de taureaux et de chevaux en Camargue, s’attachant fondamentalement à préserver cette terre, sa culture et sa nature.

Pour l’exposition Folco de Baroncelli (1869-1943), le poème d’une vie, Le Palais du Roure a puisé dans ses réserves et a bénéficié du concours des descendants camarguais de Folco de Baroncelli-Javon, la famille Aubanel, ainsi que de la mairie des Saintes-Maries-de-la-Mer.
Le visiteur pourra découvrir la vie et l’œuvre du marquis-manadier-poète au travers d’un certain nombre d’objets, de tableaux, de photographies, d’écrits, de manuscrits, tel celui du poème Lou Loubatas, des choses méconnues voire extrêmement rares, tel un document sonore confié par l’INA, une interview pour la radio datant de 1942 dans laquelle il fait une évocation ethnographique de la Camargue et parle des taureaux, un témoignage très émouvant.

En savoir plus

▶️ Et pour prolonger le plaisir :
✒️ Le Collectif Prouvènço a rencontré Louis Millet, directeur du Palais du Roure, pour en savoir plus sur l’exposition et sur Folco de Baroncelli. Dossier complet à découvrir dans le n°65 de notre magazine bilingue.
📰 Sortie prévue le 10 octobre. Pour se procurer le numéro ou s’abonner >>> http://www.collectifprovence.com/boutique/19-abonnements


Sortie du n° 65 du magazine Me Dison Prouvènço !

Tout amoureux de la Provence sera ravi de découvrir, à partir du 10 octobre, ce nouveau numéro de Me Dison Prouvènço.

En voici le sommaire :


« La Provence au fond du cœur » et « Pastriho - hommage aux bergers provençaux »

Parution aux éditions de l’Observatoire de la langue et de la culture provençales (en octobre pour le 1er et en novembre pour le second)

Guy Bonnet raconte ses 50 ans de chansons dans son autobiographie

Avec ce livre, l’artiste avignonnais, du haut de ses 50 ans de carrière, dont plus de 40 comme chanteur en langue provençale, nous invite dans les coulisses, dans son jardin secret où sont nées les chansons – plus de 800 déposées à la SACEM - qui évoquent son « païs », sa langue.

Le magazine bilingue du Collectif Prouvènço, Me Dison Prouvènço, lui a consacré la Une de son prochain numéro avec une interview exclusive. À découvrir à partir du 10 octobre 2019.

Cette biographie adopte une forme particulière : le fil conducteur en est le répertoire de Guy Bonnet, comme si chacune de ses chansons était une borne dans ce chemin de vie… Un parcours jalonné de mélodies mais aussi de nombreuses rencontres.

Guy Bonnet est un artiste accompli. Il est l’auteur (texte et musique) de la chanson La Source, interprétée à l’Eurovision en 1968 par Isabelle Aubret. Il a côtoyé les grands noms de la chanson française et a écrit et composé des chansons pour de nombreux artistes dont Mireille Mathieu, Sylvie Vartan, Michelle Torr, Franck Fernandel, etc. Il participe deux fois à l’Eurovision en tant que chanteur. Plus récemment, la chanteuse soul britannique Jorja Smith a fait une adaptation de Elo ’mé ièu (sous le titre Blue Lights).

Attaché à sa terre, il opte, après 10 ans de carrière à Paris, pour un retour aux sources, à Avignon. Il se consacre alors à la chanson en provençal, langue dans laquelle il a publié quatorze albums, autant de chansons originales que d’adaptations (Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet, Charles Trenet, Jacques Brel, Charles Aznavour, Raymond Lévesque...). Parmi ses plus gros succès figure l’adaptation en musique du poème de Frédéric Mistral, Mirèio.

SÉANCES DE DÉDICACES

Trois séances de dédicaces sont d’ores et déjà organisées :
(d’autres sont en cours de programmation)

Le 19 octobre 2019 - 15h - Moulin Forville - Cannes
Le 16 novembre 2019 - 18h30 - Galerie de l’Usine Électrique – Allauch
Le 15 novembre 2019 – XX – Salon des santonniers - Arles

Informations pratiques
Le livre est en vente au prix de 20 € (+ 8 € de port par envoi postal)
Disponible auprès de la Compagnie Miejour :
04 90 88 44 04 - guybonnet8@numericable.fr
ou de l’association Collectif Prouvènço :
04 90 50 49 12 – collectifprovence@gmail.com
Commande en ligne : http://www.collectifprovence.com/boutique/

Pastriho - Hommage aux bergers provençaux

Par Mirèio Couston et Jan-Miquèu Jausseran
Aux éditions l’Observatoire de la langue et de la culture provençales

"J’ai eu le bonheur de grandir dans un petit village de Provence qui comptait plus de moutons que d’habitants. Je garde un souvenir impérissable de quelques après-midi buissonnières en compagnie de bergers, dans les collines, avec cette odeur de suint mêlée à la senteur de la garigue. Et la petite musique des sonnailles tintinnabule encore dans mes oreilles. J’eu même le privilège de rejoindre les troupeaux dans les alpages, lors de la transhumance. Ces souvenirs étaient bien rangés dans un recoin de ma mémoire. A la lecture de ce livre, ils ont soudain ressurgi. J’ai même retrouvé au détour d’une page un berger que j’ai connu, celui de mon village ! Celui qu’avec mon cher papa nous étions allés retrouver dans le Vercors.Qui n’a jamais approché une bedigo ou un cabrit ne connaitra pas ces petits bonheurs. Mais peu importe, à la lecture de cette anthologie, à la fois poétique et ethnographique, je suis prêt à parier que, qui que vous soyez, de la ville ou de de la campagne, vous ressentirez l’appel des collines, l’appel du pastoralisme, comme un sentiment atavique ; cette relation ancestrale qui depuis la nuit des temps relie les hommes et les bêtes. Et dans ce recueil bilingue réalisé par Mirèio et Jan-Miquèu, la langue provençale vient apporter une dimension poétique à cet hommage aux bergers." - Cristòu

À découvrir en novembre 2019 dans la boutique en ligne du Collectif Prouvènço :
http://www.collectifprovence.com/boutique/
Prix : 20€ - livre bilingue français/provençal


44e Fête des Bergers et des Traditions d’Istres

Pour cette nouvelle édition, la Fête des Bergers et des Traditions se place sous le signe de Marcel Pagnol, avec, en plus des habituelles animations liées au pastoralisme, une incursion dans l’œuvre de l’académicien, avec films, théâtre, et même une excursion jusque dans sa terre d’Aubagne et un menu qui lui est dédié lors du Repas des Bergers.

En savoir plus