Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Vient de paraître Ven d’arriba » Magazine trimestriel Me Dison Prouvènço » Contrairement à d’autres régionalistes... Le Collectif Prouvènço n’est pas (...)

Contrairement à d’autres régionalistes... Le Collectif Prouvènço n’est pas indépendantiste

D 3 novembre 2017     H 16:59     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

L’édito Par Jean Pierre Richard

A lire dans la revue Me Dison Prouvènço N°57 (Octobre 2017)

Auriéu pouscu croumpa ‘n chut sus lis afaire grèu toucant la Catalougno se fuguèsse pas esta lou Presidènt dóu Couleitiéu Prouvènço. Mai dins noste mouvemen, i’a proun de tèms qu’avèn lou biais de parla de tout sènso proublèmo, e de vous baia d’infourmacioun sus ço que toco i regiounalisme, is identita, em’i lengo regiounalo.

Ramentarai un cop de mai li foundamento dóu Couleitiéu Prouvènço : sian de republican laï, e de regiounalisto. Em’acò, demandan la recouneissènço dóu prouvençau coume lengo de Franço, e voulèn que la lengo nostro fugue emplegado de l’escolo meiralo fin qu’à l’universita. Mai sian respetous dis istitucioun de noste païs. Vaqui, en brèu, lou message que voulèn faire passa i jacoubin franchimand que davans ço que se passo en Catalougno, se chalaran d’afourti en parlant pounchu e li bouco en quiéu de galino : « Vous voyez ?... nous vous le disions bien !... il faut éradiquer tous les patois… »

Es-ti necite de ramenta li liame seculàri que ligon Prouvènço e Catalougno ?... Pendènt mai d’un siècle, dins li tèms aliuencha de l’Age Mejan, nòsti dos entita fuguèron beilejado pèr uno memo courouno, e pièi un meme oustau dinasti. Es d’acò que n’en tiro l’óurigino coumuno de nòsti dos bandiero. Venènt de tout acò, es dins aquéu siècle XIXen aguènt vist la respelido di naciounalita, qu’atrouvan pièi un episòdi bèn couneigu que n’en tiro. S’agis de la Coupo Santo, uno coupo d’argènt escrincelado que sarié estado pourgido i Prouvençau en gramaci de l’acuiènço qu’aquéli faguèron au Catalan Vítour Balaguer (cf MDP N°56) . Aquel escrivan, que faguè tambèn de poulitico, fuguè fourça de s’eisila en Prouvènço, s’estènt óupausa au gouvèr de la rèino Isabello II d’Espagno. Obro de l’escultour Guihèn Fulcònis e de l’argentié Jarry, la legèndo afourtis que sarié estado fabricado dóumaci uno souscricioun facho en Catalougno, e pourgido óuficialamen i felibre dins uno taulejado que se faguè en Avignoun, lou 30 de juliet 1867. Adounc, i’a 150 an aquesto annado. Es alor que Mistral cantè pèr lou proumié cop sa Cansoun de la Coupo vengu l’inne prouvençau, que soun darrié coublet dis « Catalan de liuen o Fraire, coumunien tóutis ensèn ». Despièi, li Catalan e lou catalanisme fuguèron sèmpre vist coume un moudèle e uno referènci pèr li Provençau. Fuguè lou cas dóu tèms de la prouclamacioun de la Segoundo Republico espagnolo, en 1931, la Generalitat de Catalunya, supremido en 1714 pèr lou rèi d’Espagno Bourboun Felipe V, estènt alor reviéudado. Em’enca mai au moumen de la guerro civilo espagnolo e de la ditaturo franquisto...

La Catalougno, prouvinço autounoumo d’Espagno, demando despièi quauque tèms soun independènci. D’ùni que i’a faguèron tout pèr faire pensa en proun de Catalan que s’agissié d’uno justo revendicacioun. Se capito pamens qu’acò vai à rebous de l’unita de l’Espagno. Se soun passat s’encapè marca pèr la terriblo pountannado de la ditaturo franquisto, aquelo d’aqui fuguè pièi debaussado dóumaci uno mounarchìo que sachè, ‘mé proun de gàubi, faire de l’Espagno un grand païs demoucrati, que retroubè sa plaço dins la grando famiho éuroupenco.

Alor, de que fau dire raport à tout ço que se passo vuei ? Pèr agué proun d’escàmbi fruchous emé nòstis ami valencian, en particulié l’Institut d’Estudis Valencians, nautre avèn bèn coumprés que la Generalitat de Catalunya noun voulié soulamen l’independènci de soun territòri. Amarié tambèn que se i’apoundeguèsson li regioun autounoumo vesino de Valènço e di Balearo, emai tambèn, bessai, lou Roussihoun francés. Es que si baile amarien, ansin, de s’espandi souto escampo que i’aurié agu, antan, un « empèri catalan », ço qu’a pas jamai eisita. Emai mai... Car despièi la debuto dóu siècle XXen, es li catalanisto que soun darrié li mouvemen óucitanisto, dins l’escasènço de crea un relarg satelite e tampoun que pourrien beileja à soun goust. Es ansin que sarés pas estouna de vèire coume lou biais de faire dis óucitanisto e di catalanisto se sèmblon forço ; entrisme, pressioun poulitico, proupagando demagougico, un passat revist e magnifica pèr li besoun de sa causo... Emé, bèn entendu, de dardèno e de mejan pouderous, que sarien enca mai impourtant s’un cop la Catalougno pousquèsse veni independènto... Es pèr acò que nòstis ami Valencian an noste soustèn quouro luchon pèr pas se faire manja. Es que li Valencian soun coume nautre ; volon la recouneissènço de sa lengo e de sa grafìo sènso vougué veni independènt raport à l’Espagno, que respèton sa coustitucioun...

Acò di, sian contro la vióulènci, subre-tout quouro aquelo vèn d’un estat fort e contro de buletin de vote, mume s’aquéli tiron d’un escrutin ilegau. I’a d’àutri draio pèr faire trachi sis idèio : la negouciacioun, la councertacioun, la discussion.... Es mestié de faire veni li gènt à sa causo d’un biais leiau. Tout bèu just après lou « chaple de Barcilouno » revendica pèr l’orre Daesh, vèire lis image d’un poudé qu’a que lou bastoun pèr faire plega li gènt, acò ‘s uno escorno à la demoucracìo espagnolo. Li proublèmo qu’amenaçon lou mounde soun forço mai grèu que tout acò. Soun liga is « ascla d’Allah » que fan uno guerro terrouristo que nous agarris de-longo. Venèn de lou viéure à Marsiho, pecaire, d’un biais ourrible, e avèn lou cor maca quouro pensan en aquéli dos pàuri chato inoucènto que perdeguèron la vido sus lis escalié de la Garo Sant-Carle. Avèn de peno, mai sian tambèn enmalicia. Quouro se prendra-
ti li bòni resoulucioun contro aqueste terrourisme que rousigo dóu dedins nosto Republico ? Sarié tèms qu’aquéli que nous menon, talamen apetega pèr li reformo, prenguèsson de decisioun radicalo contro aquéli que nous volon de mau. Sarié tèms, pièi, que li baile de l’Espagno emai aquéli de la Generalitat de Catalunya s’assetèsson ensèn à l’entour d’uno taulo pèr trouva un pache pacifi entre éli. Sarié catastroufi qu’uno guerro civilo s’acoumencèsse i porto de la Franço. L’Espagno es uno demoucracìo éuroupenco e li Catalan soun pas de terrouristo. La poulitico de la man pourgido es meiouro qu’aquelo dóu fusiéu braca sus lis un e lis autre. Dins l’espèr que tout eiçò, lèu, s’apasimara...

***

Si je n’étais pas le Président du Collectif Prouvènço, je pourrai faire l’impasse au sujet de la situation de la Catalogne. Mais dans notre mouvement, il y a bien longtemps que nous avons pris l’habitude de parler sans ambages et de vous informer sur tous les sujets qui touchent aux régionalismes, aux identités et aux langues régionales.

Je rappellerai une fois de plus le concept du Collectif Prouvènço : nous sommes républicains, laïques et régionalistes. A ce titre nous revendiquons la reconnaissance du provençal comme langue de France, nous voulons que la lengo nostro soit usitée de la maternelle à l’université. Mais nous sommes respectueux des institutions de notre pays. Voilà brièvement dit le message que nous faisons passer aux jacobins français qui trouveront dans la situation en Catalogne l’occasion de dire : « Vous voyez ?... nous vous le disions bien !... il faut éradiquer tous les patois !… »

Est-il nécessaire de rappeler les liens séculaires liant la Catalogne à la Provence ? Pendant plus d’un siècle, au Moyen âge, nos deux entités ont été réunies sous une même couronne, puis une même dynastie. C’est de là que provient l’origine commune de nos drapeaux respectifs. Et c’est dans le contexte du réveil des nationalités que connut l’Europe au XIXe siècle que se place l’épisode bien connu de la Coupo Santo, qui se réfère à cette histoire. La Coupo Santo (la « Coupe Sainte » en provençal) est une coupe en argent qui aurait été offerte aux Provençaux en remerciement de l’accueil qu’ils avaient réservé au poète catalan Víctor Balaguer (Lire à ce sujet notre article dans MDP n°56). Ce dernier, qui faisait aussi de la politique, avait été obligé de s’exiler en Provence à cause de son opposition au gouvernement de la reine Isabelle II d’Espagne. Œuvre du sculpteur Guillaume Fulconis et de l’orfèvre Jarry, la légende affirme qu’elle aurait été acquise grâce à une souscription réalisée en Catalogne auprès d’écrivains, d’hommes politiques et d’intellectuels, et officiellement offerte aux félibres provençaux lors d’un banquet qui se tint à Avignon le 30 juillet 1867. Il y a donc 150 ans cette année. C’est alors que Frédéric Mistral chanta pour la première fois sa Cansoun de la Coupo devenue l’hymne provençal, et dont le dernier couplet affirme « Catalans de loin, ô Frères, Communions tous ensemble ». Depuis, les Catalans et le catalanisme ont toujours constitué un modèle et une référence pour les Provençaux. Ce fut le cas lors de la proclamation de la Seconde République espagnole, en 1931 quand ressuscita la Generalitat de Catalogne, abolie en 1714 par le roi Bourbon d’Espagne Philippe V. Et plus encore pendant la Guerre Civile espagnole et la dictature franquiste qui suivit...

La Catalogne, province autonome d’Espagne revendique depuis quelques années son indépendance. Certains ont su convaincre une partie importante des Catalans du bien fondé de cette revendication. Il se trouve que cela remet en cause l’unité de l’Espagne, dont le passé a été marqué par une période de dictature franquiste. Dictature démantelée grâce à une monarchie qui a su, avec force, faire de l’Espagne un grand pays démocratique intégré au sein de l’Europe.

Alors, que dire par rapport à ce qui se passe aujourd’hui ? Pour avoir eu de nombreux échanges avec nos amis Valenciens, en particulier l’Institut d’Estudis Valencians, nous avons bien compris que la Generalitat de Catalunya (gouvernement autonome de Catalogne) ne se contentait pas que de revendiquer l’indépendance de son territoire. Les visées hégémoniques, tant sur les régions espagnoles autonomes voisines de Valence et des Baléares, que sur le Roussillon français, ne sont pas une vue de l’esprit. Certains de ces dirigeants ont donc des ambitions expansionnistes… Et plus encore quand on sait que depuis le début du XXe siècle, ce sont les catalanistes qui inspirent et téléguident les mouvements occitanistes dans le but de créer une zone satellite ou « tampon » qu’ils pourraient diriger en sous-main. Aussi, n’est-il pas étonnant de constater que catalanistes et occitanistes emploient la même tactique « d’entrisme », de pression politique, un passé revu et corrigé pour les besoins de leur cause. Avec, bien entendu, des moyens financiers et logistiques très importants qui le seraient sans doute plus encore en cas d’accession de la Catalogne à l’indépendance.

C’est la raison pour laquelle nous soutenons totalement nos amis valenciens qui luttent pour ne pas se faire « manger » par leurs voisins. Car les valenciens sont comme nous ; ils veulent la reconnaissance de leur langue et de leur graphie. Mais ils n’ont aucune velléité d’indépendance vis-à-vis de l’Espagne, et ils respectent la constitution espagnole.

Cela dit, nous sommes contre la violence, surtout lorsque celle-ci vient d’un état fort contre « des bulletins de vote », même si ce scrutin est illégitime. Il existe d’autres voies : la négociation, la concertation, la discussion… Il faut convaincre, toujours et encore. Juste après le « massacre de Barcelone » revendiqué par Daesh, voir ces images d’un pouvoir qui n’a que la matraque pour convaincre nuit à la démocratie espagnole. Je crois que le problème qui menace le monde est bien plus grave. C’est celui des « fous d’Allah » conduisant une guerre terroriste qui nous menace tous les jours. Nous venons de subir un acte horrible à Marseille et j’ai de la peine pour ces deux jeunes innocentes qui ont perdu la vie sur les escaliers de la Gare Saint-Charles. Nous ressentons de la peine, mais aussi de la colère. Quand prendrons-nous les bonnes résolutions à l’égard de ce terrorisme qui gangrène notre République ? Il est temps que nos dirigeants avides de réformes envisagent des actions plus radicales contre les milieux hostiles. Il est temps aussi que les dirigeants espagnols et ceux de la Generalitat de Catalunya s’assoient autour d’une table pour trouver une solution pacifique au conflit qui les oppose. Cela serait une catastrophe si une guerre civile éclatait aux portes de la France. L’Espagne est une démocratie européenne et les Catalans ne sont pas des terroristes. La politique de la main tendue est meilleure que celle du fusil braqué sur les uns et sur les autres. Dans l’espoir que tout cela s’apaisera vite...

Jean-Pierre Richard, Président du Collectif Prouvènço