Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Editorial » Droit de réponse à la Direction du Félibrige

Droit de réponse à la Direction du Félibrige

D 27 mars 2015     H 11:50     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Le 19 janvier, le Collectif Prouvènço a organisé à Grans une réunion de concertation sur le projet de l’Observatoire de la langue et de la culture provençales. Cette réunion était destinée aux principales associations culturelles provençales se réclamant comme mistraliennes. Le but de cette rencontre était, d’une part, de présenter le projet, et d’autre part, d’en organiser la gouvernance.

A ce jour, toutes les associations participantes (voir liste ci-dessous) ont répondu positivement pour s’impliquer dans le projet à l’exception de la Direction du Félibrige, représentée principalement par M. Guy Revest, de la Maintenance de Provence. Ce dernier, dans la Revue du Félibrige n°287, a écrit un article relatif à cette réunion.

Vous trouverez ci-dessous les extraits du texte original de cet article, traduits en français par le Félibrige lui-même qui les a reproduit dans une newsletter. Article auquel nous faisons valoir notre droit de réponse.

(…) Parole de syndic : Compte rendu du syndic le majoral Guy Revest après la présentation du projet dit de « Cheval-blanc » (Vaucluse), par l’association « Collectif Provence », auquel il était convié. (…)

Réponse du Collectif : Faux

Il ne s’agit pas du projet de « Cheval Blanc », mais de la création d’un Observatoire de la langue et de la culture provençales à vocation régionale.

(…) Ce projet qui se veut être un observatoire de la langue et de la culture provençale, a semble-t-il rassemblé peu d’associations, une douzaine étaient conviées, des associations pas forcément d’intérêt régional, souvent locales. (…)

Réponse du Collectif : Faux

Nous avons réuni les associations MISTRALIENNES régionales : l’Union Provençale, Lou Prouvençau à l’Escolo, l’Union des Ecrivains Provençaux, l’AELR (Alliance Européenne des Langues Régionales), Lis Ami de Font Segugno… et le Félibrige, maintenance de Provence et du Languedoc. Soit des associations largement représentatives du mouvement provençal mistralien. Etaient également conviées mais excusées ou absentes : l’Astrado Prouvençalo, le Rhode de Basse Provence, l’AVEP (Association Varoise de l’Enseignement du Provençal), Parlaren Vaucluse, Racines du Pays Niçois. Les associations occitanistes n’étaient pas conviées : IEO, AELOC, Calendretas… Et tous ceux qui veulent annexer la Provence avec une idéologie basée sur la langue unique : l’occitan. M. Revest, Majoral du Félibrige, a regretté l’absence de ces associations occitanistes !

(…) Guy Revest a perçu un moment que l’on se moquait de nous (félibres) et de lui en particulier, mais ….suffit ! Le point délicat fut l’explication du montage final de l’observatoire qui se diviserait en deux moitiés, d’un côté un ensemble de commissions où les associations auraient des représentants à titre consultatif (…)

Réponse du Collectif : Faux

Cette présentation avait pour but de montrer le projet, sans le dénaturer, ainsi que l’ossature de la gouvernance, et de recueillir les propositions des uns et des autres pour aller de l’avant. A l’issu de la réunion nous avons fait des propositions pour la constitution d’une Commission exécutive autonome au sein du Conseil d’administration, sous condition de respecter un budget prévisionnel construit en commun. Tous les partenaires ayant maintenant accepté de participer à ce projet seront invités à instruire son contenu. La Direction du Félibrige a quant à elle statué avant même de recevoir les propositions que nous avons formulées. Cette instance ne sera donc pas de la partie, nous le regrettons. Mais il est vrai qu’ils sont alliés avec tous les mouvements occitanistes au travers de Anem Oc et du Forum d’Oc… Ceci explique cela !

(…) de l’autre l’organe décisionnaire mené par la seule association « Collectif Provence ». Autant dire que les associations participant aux commissions feraient « allégeance » et pas plus ! (…)

Réponse du Collectif : Faux

La partie concernant l’action et la gestion du Collectif proprement dit est et sera régie par le Conseil administration (35 membres) avec un apport financier de 150000€ (en matériel et en personnel) du Collectif qui financera l’Observatoire selon un budget fixé.
La Commission exécutive de l’Observatoire sera AUTONOME, notre but étant de faire perdurer une langue et une culture malmenées, afin de faire bouger les choses en regardant vers l’avenir.

(…) Chers félibres, à Aix-en-Provence (bien plus central que le village de Cheval-blanc) le but n’est pas d’observer, mais d’agir ; nous disposons de l’Oustau de Prouvènço, un équipement de rayonnement régional, qui répond aux aspirations actuelles et il en fait la preuve. (…)

Réponse du Collectif : Faux

En matière d’action, nous avons largement démontré que notre mouvement est en marche avec des actions concrètes : édition d’un magazine bilingue (Me Dison Prouvènço), d’un dictionnaire Français/Provençal (Le Coupier), du « Dictionnaire des Rimes Provençales », du livre « Sang et Or : un drapeau Européen pour la Provence », d’album des Aventures de Tintin en provençal (Li 7 Boulo de Cristau et Lou Temple dou Souleu), un troisième, Li Beloio de la Castafioro est en cours, ainsi qu’un recueil de dictons provençaux intitulé Li Bouscarlo.

Dans le domaine de l’événementiel, un festival provençal de niveau européen, « Me Dison Prouvènço », à Arles, Le « Festival des Fontaines – Li Font en Fèsto », à Grans et à l’Isle sur la Sorgue, le festival de théâtre d’expression provençale « Les Théâtrales en Luberoun » aux Taillades, le « Forum des Association de Culture et de Traditions Provençale » à Maussane-les Alpilles qui réunit plus de 100 associations et acteurs de la culture provençale… Et sur le plan des actions menées en faveur de la reconnaissance du provençal comme langue de France, la présence du Collectif Prouvènço au salon Expolangues, de multiples rencontres avec le Ministère de la Culture, de l’Education Nationale le lancement d’une pétition qui a recueilli plus de 13 000 signatures, la création de l’Alliance Européenne des Langues Régionales, des manifestations pour revendiquer notre spécificité régionale, et notamment la prochaine, « Mèfi, Prouvènço Reguigno », qui se tiendra à Arles le 24 octobre 2015…

Un représentant de la Région à la Culture disait de nous que nous étions l’association la plus dynamique de Provence.

Quant à l’Oustau de Prouvènço, il est enclavé dans une ville où il est particulièrement difficile de garer son véhicule, et donc exclusivement réservé aux Aixois.

Le Mas Saint Paul, à Cheval-Blanc, qui accueillera l’Observatoire, est une battisse patrimoniale, située entre deux Parc Naturels Régionaux, celui du Luberon et celui des Alpilles. Cette ferme, entourée d’un terrain de 25 000 m2, restaurée avec l’aval de la Fondation du patrimoine conservera son caractère rural qui correspond au caractère si fort de notre Provence. Le complexe, d’une surface de 650 m2, accueillera un café musical et littéraire, une salle d’enregistrement et de résidence pour les artistes, une salle d’exposition, une médiathèque, une salle de réunion pour les associations et sera doté d’un grand parking. La liaison autoroutière sera assurée par l’A7 avec un nouveau pont sur la Durance qui arrivera à 1 km de Cheval Blanc. L’Observatoire est ainsi idéalement situé et desservi.

Terminons par le mot « Observatoire », volontairement préféré à celui d’« office », anglo-saxon, ou encore « conservatoire », trop restrictif. Observatoire pour observer et pour Agir. Ce que nous faisons depuis 15 ans le démontre.

Le Collectif Prouvènço a un seul objectif : Uno Regioun, Uno Identita, Uno Lengo.
Ensemble construisons l’avenir de la Provence culturelle, en unissant nos forces.

Jean-Pierre Richard,
Président du Collectif Prouvènço

Liste des associations ayant répondu positivement au projet Observatoire : l’Union Provençale, Lou Prouvençau à l’Escolo, L’Astrado Provençalo, l’Union des Écrivains Provençaux, Racines du Pays Niçois, l’Alliance Européenne des Langues Régionales, Marsyas II, Aigo Vivo.

JPEG - 652.7 ko