Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Du rififi au Félibrige

Du rififi au Félibrige

D 21 décembre 2010     H 14:51     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Les faits :

Communiqué de P. BERNET, ex-syndic du Félibrige Gascogne-Béarn

Par lettre en date du 1er novembre 2010, le bureau de la maintenance Gascogne-Béarn du Félibrige a adressé une lettre de démission au capoulier du Félibrige et à ses majoraux, pour les motifs suivants :

- Au vu de l’orientation actuelle masquée du Félibrige vers une politique de normalisation de la langue d’Oc au détriment de sa diversité,

- Au vu du décalage entre le discours officiel du Félibrige et celui du syndic de Gascogne-Béarn ,

- Au vu de l’absence de majoraux actifs issus de la maintenance Gascogne-Béarn dans le Consistoire ,

- Au vu du projet avorté d’une Sainte-Estelle 2010 à L’Isle-en-Dodon, en fonction d’une incroyable multiplication séquentielle de raisons,

- Au vu de la fin de non-recevoir du Capoulier concernant le projet des félibres gascons de se constituer en association loi 1901 afin de donner une dynamique à la maintenance Gascogne-Béarn ,

- Au vu du projet de révision des limites des maintenances visant, entre autres, à faire exploser en deux parties l’actuelle maintenance Gascogne-Béarn , faisant fi de la réalité historique des parlers gascons répertoriés dans l’atlas linguistique de Jean Séguy et remettant en cause sa légitimité,

- Et malgré les nombreux avertissements lancés depuis plusieurs années sur la situation précaire de la maintenance Gascogne-Béarn .

Le Bureau Général du Félibrige a pris acte de cette démission par lettre en date du 16 Novembre 2010.

Signalons que l’ex-syndic Pierre BERNET a, en plus, démissionné du Félibrige ainsi que plusieurs félibres gascons.

Le Collectif Prouvènço regrette cette situation rendue inéluctable par une direction du Félibrige qui continue, contre vents et marées à soutenir des occitanistes qui n’ont qu’un seul objectif : la disparition de la Provence et de sa langue, le provençal et les autres langueS d’oc.