Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le Collectif Prouvènço Qu’es acò ? » Que voulons-nous ? » Culture » Gaspard de Besse, le Robin des Bois provençal

Gaspard de Besse, le Robin des Bois provençal

D 8 décembre 2010     H 12:15     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Voici la petite histoire du fameux "Robin des bois " Provençal
Gaspard Bouis fils de Jean Baptiste Ménager et de Thérèse Roux est né le 9 février 1757. Un an après, son père mourrait, sa mère Thérèse se remariait en 1760 avec François Mourian et donna à Gaspard une demi-sœur, Marie-Anne, dont il fut le parrain à l’âge de 16 ans.

Les archives concernant Gaspart de Besse sont éparses et laissent dans l’ombre une grande partie de sa brève existence. Il a vraisemblablement reçu une éducation bien au-dessus de sa condition puisqu’à son procès il s’exprima en français châtié, citant les auteurs latins et les philosophes de son siècle. On ignore comment le jeune Gaspard est devenu bandit de grand chemin mais la légende veut qu’il ait été révolté par le sort fait à une pauvre femme de la Valette, mère de quatre enfants, dont le mari était au bagne pour avoir trafiqué sur quelques kilos de sel. Gaspard aurait organisé l’évasion de cet homme ainsi que celle d’un de ses compagnons d’infortune. C’est à ce moment-là que Joseph Augias et Jacques Bouilly seraient devenus ses lieutenants.

Ce qu’on peut toutefois affirmer avec une quasi certitude c’est que la fiscalité injuste et inégalitaire de l’époque, la pression et les abus exercés sur le petit peuple par les Fermiers Généraux ont conduit Gaspard à s’attaquer aux riches pour redonner aux pauvres. Dans son repaire, situé au cœur des impressionnantes gorges d’Ollioules, Gaspard renforçait ses troupes en recrutant d’autres proscrits selon un code de l’honneur qui a largement contribué à la légende du "bandit au grand coeur" : toute violence gratuite était en effet interdite. Il ne s’attaquait qu’aux nobles, aux usuriers, aux collecteurs d’impôts et aux gabelous. Sa bande ne touchait en aucun cas aux paysans et aux pauvres. Tout butin était divisé en deux parts : la plus grande réservée au trésor de guerre et destinée à être redistribuée aux indigents, l’autre part minutieusement et également partagée entre les brigands de la bande.

La légende prétend que Gaspard n’a tué qu’une seule fois : il aurait abattu de sa main un de ses hommes qui aurait coupé le doigt d’une dame pour lui voler sa bague. D’où la réputation universelle de Don Juan qui entoure son personnage. Parfaitement renseigné sur les convois qui transitent entre Marseille et Toulon - on a longtemps dit que Cuges aurait été la capitale du brigand - Gaspard de Besse a sans aucun doute bénéficié de la complicité objective des petites gens, en particuliers des villageois de Cuges, ravis des coups portés à leurs oppresseurs.

Sa fière allure, le soin qu’il prennait de sa personne lui assurait un succès certain auprès des dames et pas seulement celles du peuple : même celles qu’il détroussait gardaient un bon souvenir de lui…

Sa devise était : "Effrayez, mais ne tuez jamais". Son QG aurait été une grotte du Mont Vinaigre. Arrêté dans les Maures en juin 1779 il s’évada moins d’un an après, grâce à la complicité de la fille du geôlier de la prison de Draguignan. On lui attribue aussi la libération d’une colonne de galériens qui viendront grossir les rangs de la bande.

Séducteur, rigolard, il épargnait les petites gens qu’il arrêtait par inadvertance, allant jusqu’à leur distribuer des subsides, ce qui lui valu son surnom de Robin des bois. L’auberge des Adrets (sur l’actuelle Nationale 7) était son centre d’information. C’était un relais de poste, un passage obligé, où les voyageurs s’arrêtaient pour laisser reposer leur monture ou pour en changer. Face à l’auberge, les bâtiments abritaient le fourrage et les équipages, soit 40 chevaux et 8 paires de boeufs. Un "espion" anonyme de la bande de Gaspard repèrait les voyageurs argentés : il lui suffisait ensuite d’aller prévenir le restant de la troupe au galop. Les diligences suivaient alors le chemin (GR51) qui, partant de la N7 au carrefour du logis de Paris, passe devant la maison forestière du Malpey. Une embuscade était tendue. Les voyageurs étaient détroussés, surtout les collecteurs d’impôts que Gaspard de Besse affectionnait particulièrement.

Justicier au grand coeur, Gaspard laissait à ses contemporains, notament à l’autorité, une impression d’omniprésence. Il est évident que le pouvoir central comme le pouvoir local ne pouvaient rester longtemps sans réagir et laisser s’installer ce contre-pouvoir populaire, semant dans la tête du peuple des idées pré-révolutionnaires.
Toutes les forces ont donc été mobilisées pour capturer le hors-la-loi qui menaçait l’ordre social établi. Avec la complicité active de ceux dont il était devenu le héros, Gaspard a pourtant fait courir les gendarmes. Néanmoins, il a finalement été capturé sur une dénonciation (on a parlé d’une femme jalouse) en novembre 1779.

Il s’évada en mars 1780 et repris de plus belle ses expéditions punitives. Gaspard fut à nouveau capturé en octobre. Cette fois, c’est la fin. Pour éviter les manifestations populaires, Gaspard a été transféré à Aix. Son procès commença aussitôt et dura près d’un an. Pour sa défense, Gaspard plaida sa non-violence et sa soif de justice. Mais, trop en avance sur son temps, il ne pu se faire entendre et le verdict fut impitoyable : la mort !

Le 25 octobre 1781, une foule immense s’est pressée dans les rues d’Aix pour accompagner son héros au supplice. Avec une grande dignité, vêtu de ses plus beaux habits comme s’il allait à la fête, Gaspard marchait à la mort la tête haute en saluant la foule. Il avait à peine 25 ans.

Les gens de Cuges racontaient autrefois que Gaspard de Besse, condamné à être roué vif, avait subi son supplice sur la place de l’église vers 1800. Ailleurs, on racontait qu’il était mort à Draguignan. Tout le monde disait l’avoir connu ou rencontré. Ses mille exploits contés aux quatre coins de la Provence en ont fait un personnage de légende.

Le Collectif Prouvènço, qui souhaite que Gaspard de Besse, le héros varois, s’est attaché, avec le concours du Collectif Pais Varès, à éditer une version en langue provençale de la bande-dessinée de Behem, "Gaspard de Besse" qui lui rend hommage.

Gaspard de Besso, La Legèndo, 10 €.

Renseignements : collectifprovence@gmail.com

Portfolio

  • Pub Gaspard de Besse DV WEB

Dans la même rubrique

29 octobre 2010 – Darius Milhaud, compositeur provençal