Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Il n’y a donc plus « degun » de sensé au Petit Robert ?

Il n’y a donc plus « degun » de sensé au Petit Robert ?

D 8 juillet 2016     H 16:29     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Il n’y a donc plus « degun »
de sensé au Petit Robert ?

On sait que certains média, et en particulier les journalistes, sont très influencés par l’occitanisme. Beaucoup se laissent prendre au jeu de cette idéologie dont la tactique est simple et bien rodée. Répéter, ressasser et diffuser sans cesse un postulat que l’on a inventé de toute pièce, mais que l’on présente comme une évidence. Ainsi que l’affirma quelqu’un au siècle dernier : « Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit ». En l’occurrence, il s’agit bien sûr de l’existence immémoriale d’une prétendue « Occitanie », qui n’est en fait que le Sud de la France, ainsi coupée en deux. Une évidence, je vous dis !... Quant à ceux qui la contestent, ils sont dévalués. Critiqués. Calomniés. Tous, ne sont que des « rétrogrades ». Des « gens qui rejettent l’autre ». Pour ne pas dire des « réactionnaires », voire même des « fascistes » !...
Parmi les média locaux, le quotidien La Provence possède bien évidemment des journalistes partisans convaincus de la Cause pancoccitane. Le dernier exemple relevé est à cet égard caractéristique. Le 23 mai dernier, paraissait dans la page « Grand Delta » du quotidien marseillais un article signé Sophie Manelli, sous le titre tonitruant Degun ne craint plus dégun […] : une consécration. C’était pour féliciter le Petit Robert d’avoir fait entrer dans sa dernière édition – celle de 2017 - le mot provençal degun. Le problème, c’est que la définition qui est en donnée est fausse et partisane :


«  DÉGUN […] pron. Indéf. 1964. mot occitan (sic),
altération de l’ancien occitan (resic) negun, du latin nec unus « pas un ».


Un « mot occitan », degun ?...

Voyons ce qu’en dit la notice de ce mot dans Lou Tresor dóu Felibrige de Mistral – tome 1, p. 715 :

JPEG - 688.4 ko


Un exemple de la mainmise des occitanistes sur les média…

À la lecture de ce document, tout est clair. On voit bien que le terme de degun n’est pas commun à tous les parlers d’oc, si tenté que ces derniers soient considérés comme constituant un « occitan » unique, ce que nous récusons. D’origine latine, il possède des équivalents très proches dans la plupart des autres parlers romans, d’oc ou non. Mistral les cite d’ailleurs dans leur quasi-totalité. Mais la forme degun n’est que provençale. C’est la raison pour laquelle l’auteur du Tresor en fait une entrée de son dictionnaire, qui est avant tout provençal, même s’il « embrasse tous les dialectes de langue d’oc moderne » (sic), voire même les autres parlers romans. Et ce mot est même plutôt marseillais. S’ils le connaissent, les Rhodanien lui préfèrent assez souvent le synonyme de res. La notice du Robert n’aurait donc dû faire référence qu’à la véritable origine de degun, provençale et marseillaise, et non évoquer de manière tendancieuse un pseudo « occitan » !… A moins d’avoir une arrière-pensée pavoisée de croix de Toulouse ?... Car on sait bien ce qui se cache derrière la conception d’un « occitan » - et donc d’une « Occitanie » - unique… Une idéologie politique factice et frelatée, aux relents pseudo-nationalistes, voire même séparatistes.
Ce qui est certain, c’est que cette notice a déjà eu des répercussions. Elle a permis à La Provence de publier une nouvelle apologie publicitaire de l’occitanisme (1). Tout cela est d’autant plus certain qu’un indice significatif le prouve. Il se trouve en-effet que la « consécration » du mot degun tant vantée par l’article en question avait déjà eu lieu. Car ce terme se trouve déjà depuis quelque temps dans le Petit Larousse. Mais la définition qui en est donnée est moins « in ». Donc, elle n’a sans doute pas plu aux partisans de la « doxa » occitaniste… Jugez plutôt !

JPEG - 1.3 Mo

A la lecture de cette notice, vous comprendrez pourquoi le Petit Larousse a beaucoup moins plu aux thuriféraires de l’occitanisme que le Petit Robert !... Mais peut-être cela vient-il du fait que le Larousse n’est pas assez « in » et « ouvert », mais plutôt « passéiste », « rétrograde » et « fermé » ?.... Nous vous laissons juger !...


Remi VENTURE

1) Ainsi d’ailleurs que la version informatique du journal 20 minutes… Cf. http://www.20minutes.fr/marseille/1846315-20160516-marseille-degun-enfin-petit-robert