Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Editorial » L’Editorial du magazine Me Dison Prouvènço N° 43 par Jean-Pierre (...)

L’Editorial du magazine Me Dison Prouvènço N° 43 par Jean-Pierre Richard

D 6 mai 2014     H 16:26     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

En aquelo debuto dóu mes de mai, l’atualita de vuei e de deman soun au toco-toco. D’eleicioun municipalo que veguè un moulounas de municipe vira de caire, e que se n’en tirè pièi un chanjamen de Proumié menistre e de gouvèr. Manuèl Valls, lou Catalan, es devengu baile d’un gouvèr nouvelàri. Se pouvié pensa d’un biais clar qu’adurrié sa pèire au clapié pèr ço qu’es de la decentralisacioun, éu que parlo sa lengo meirenalo… Ai ! las… Vaqui-ti pas que sus l’autar de l’ecounoumìo, decido de supremi 50% di regioun franceso, perseguissènt ansin un proujèt de recentralisacioun dins lou biais di gràndi metroupòli.

Siéu d’aquéli que se pènson que tout acò es d’aganto-couioun. Es que, pèr espargna, fau d’en proumié estudia la situacioun pèr vèire mounte voulèn ana.

En partènt d’acò, es pièi mestié de se pausa li questioun simplasso que vaqui :

• De-que saran lis ecounoumìo que poudran èstre ansin facho ?

• De-que tout acò fara-ti despensa en mai ?

• I’a-ti pas un dangié de vèire quàuqui regioun deveni de causo sènso goust ni gousto, uno meno de Califournìo teinoucratico e, en un mot, sènso pas ges d’identita ?

• De-que tout acò fara raport au tourisme em’i proudu de nòsti terraire ?

Es maleisa pèr iéu de coumprene coume, en quaranto vuech ouro, sènso pas ges de preparacioun, se pòu decida de causo ansin, à la lèsto !

Quete bourroulamen dins un païs que vai pas bèn e qu’es coumpletamen desóurienta ! De-bon, nòsti decidaire aurien proun besoun de reveni dins la vido vidanto, éli qu’an, pèr la majo part, soulamen couneigu que de cargo de chèfe de gabinet o encaro d’encarga de messioun !...

Dins la vido assouciativo e noste grand proujèt, aquéu de l’óusservatòri de la lengo e de la culturo prouvençalo, de rescontre qu’èron pas previst nous aduson pamens proun de soulas.

E pèr acaba pèr un biais fisançous em’ óutimiste, acabarai pèr l’eleicioun de Mandy Graillon coume Rèino dóu Païs Arlaten, lou 1é de mai, jour de la tradiciounalo fèsto di gardian.

Mandy es diplomado de l’Escolo E.S.C. de Lioun. Patino lou prouvençau coume pas gaire, jogo de tambourin, porto lou tignoun arlaten d’un biais requis, parlo un mouloun de lengo estrangiero. Es bono cavaliero. E pèr courouna lou tout, es galanto que-noun-sai !

Tirant d’uno sagato d’afouga dóu Plan-d’Ourgoun, soun paire, presidènt de l’assouciacioun Countùni, beilejo uno colo de móussi. Li fai dansa, canta, jouga de tiatre… Encò di Graillon, tout se passo en famiho, e segound lou vièi prouvèrbi : li chin fan pas de cat...

Mandy es l’eisèmple lou mai chanu d’aquéli jòuini Prouvençau que vivon dins soun tèms tout en restant fidèu à si racino. Tant qu’auren de militant d’aquelo qualita, la Prouvènço pourra garda fisanço dins soun aveni….

***

En ce début du mois de mai, l’actualité, passée et actuelle, se bousculent. Des élections municipales qui ont vu nombre de villes changer de main, ce qui a entrainé un changement de Premier ministre et un remaniement ministériel. Manuel Valls, le Catalan, est devenu chef du gouvernement. On pouvait logiquement penser qu’il apporterait de l’eau au moulin de la décentralisation, lui qui parle sa langue maternelle… Mais voilà que sur l’autel de l’économie, il décide de supprimer 50% des régions françaises, poursuivant ainsi un objectif de recentralisation dans la lignée des grandes métropoles.

Je suis de ceux qui pensent que tout cela n’est que poudre aux yeux. En effet pour faire des économies il faut auparavant faire des études préparatoires afin de voir où l’on veut aller…

A partir de ces études il faut faire des choix et se poser des questions basiques :

• Quelles sont les économies induites ?

• Quelles sont les dépenses supplémentaires que la réforme va initier ?

• Quels seront les risques de voir certaines régions devenir des sortes de Californie technocratiques, sans goût, sans saveur, sans âme, en un mot sans identité ?

• Quel sera alors l’impact sur les produits du terroir, sur le tourisme ?…

J’ai des difficultés à comprendre comment en quarante-huit heures, sans aucun plan préétabli, on puisse prendre des décisions à la hussarde !

Quel bouleversement dans un pays malmené, déboussolé !… Vraiment, nos décideurs auraient bien besoin de descendre dans l’Arène de la vie, eux qui pour la plupart n’ont occupé que des postes de chef de cabinet ou de chargé de mission !

Des rencontres imprévues nous apportent pourtant un rayon de soleil dans la vie associative et dans notre grand projet, celui de l’Observatoire de la Langue et de Culture Provençales.

Pour continuer dans l’optimisme et la confiance, je terminerai cet éditorial par l’élection de Mandy Graillon comme Reine du Pays Arlaten, le 1er mai jour de la traditionnelle Fête des Gardians.

Mandy est diplômée de l’Ecole E.S.C. de Lyon. Elle parle couramment provençal, joue du galoubet-tambourin, porte admirablement le costume. Elle parle plusieurs langues étrangères. Elle est bonne cavalière. Et pour couronner le tout, elle est jolie !

Issue d’une famille d’afouga du Plan d’Orgon, son père, Président de l’association Countùni, dirige une bande de minots. Il les fait danser, chanter, jouer du théâtre… Chez les Graillon, tout se passe en famille et selon le vieux proverbe : li chin fan pas de cat...

Mandy est l’exemple le plus caractéristique de ces jeunes Provençaux qui vivent dans leur temps tout en restant fidèles à leurs racines. Tant que nous aurons des militants de cette qualité, la Provence pourra avoir confiance dans son avenir…

Jean-Pierre Richard,
Président du Collectif Prouvènço

JPEG - 729.6 ko
MDP43 -01-56