Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

La PROV’OC

D 20 mai 2011     H 15:36     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Quand la FELCO (Fédération des Enseignants de Langue d’Oc) part en guerre contre le Collectif Prouvènço, c’est toute la Provence qui trinque !

Qu’est ce que la FELCO ?

C’est la Fédération des Enseignants de Langue et de Culture d’Oc : une organisation occitaniste ultra-activiste. Elle regroupe les associations régionales d’enseignants d’occitan de l’Education nationale. Les principaux dirigeants de la FELCO sont Philippe Martel et Marie-Jeanne Verny.

La FELCO est partie prenante, avec d’autres associations occitanistes et le Félibrige, d’Anem’Oc qui organise des manifestations en faveur de l’occitan.

Dans une lettre dite « ouverte », la FELCO attaque violemment le Collectif Prouvènço. Nous vous laissons juge des propos de ses dirigeants, à travers certains extraits.

Provençaus de bona volontat, unissetez-vos Letra duberta de la Felco

Une attaque en règle contre le Collectif Prouvènço. Il est bon de noter que cette « lettre ouverte » n’a pas été envoyée aux membres du Conseil d’Administration qui reçoivent pourtant toute la prose de Marie-Jeanne Verny.

Tout y passe, y compris avec des termes guerriers, ou encore quelques menaces… Voici la lettre en question, traduite en français par la rédaction.

"Depuis des années, dans le cadre du comité Anem’Oc, nous plaidons, à la FELCO, pour une action publique en Provence, qui rassemblerait toutes les sensibilités, pour montrer sur le terrain que les vieilles garouilles d’écriture (occitan provençal) doivent cesser devant les dangers porté par le Collectif Prouvènço".

Voilà qui augure sur le ton de cette lettre, on recommande ici de faire face au dangereux Collectif Prouvènço qui défend la langue provençale mistralienne en Provence et au-delà, la pluralité des langues d’Oc… mais voyons la suite…

Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas été entendu que partiellement : quelques uns pensaient, et nous avons pensé aussi – que la bonne tactique était de faire comme si le dit Collectif n’existait pas.
Cette « stratégie » a surement payé en dehors de la Provence mais il faut bien le constater, c’est qu’en faisant cela, nous avons laissé le terrain et l’expression publique à ceux qui vocifèrent contre « l’occitanisation de la Provença ». qui ne cessent d’écorner la direction du Félibrige, qui préfèrent la mort de la langue plutôt que d’accepter son unité dans la diversité (sic !).

Voilà qui est remarquable : on parle ici de tactique, de stratégie… tout cela sent la guerre… des mots comme « vociférer » ou même « mort » : décidément, on voit bien ici l’idéologie occitaniste au travers de ses mots… Pour le respect de la diversité, c’est simple, il suffit d’accepter Langues d’Oc au pluriel, mais là, mèfi, jamais nous a-t-on dit !...

C’est pour cela que nous alertons d’une façon solennelle nos collègues enseignants et plus largement, ceux qui veulent faire vivre notre langue en Provence (il s’agit bien entendu de l’occitan) de s’organiser pour une action spectaculaire, manifestant sur la base « Anem’Oc » (associations organisatrices des manifestations occitanistes avec la participation de la direction du Félibrige).

Une action est possible, la preuve :

-  des courriers furent envoyés aux présidents de Région pour lui demander audience au nom des associations qui composent « Anem Oc »
-  nos associations adhérentes, l’AELOC dans l’Académie d’Aix et l’ALPR dans celle de Nice travaillent depuis des années dans le respect des deux graphies en usage en Provence, six publications en portent témoignage
-  des journaux comme Acò d’aqui, Prouvènço d’Aro, ont appelé à participer aux manifestations de Béziers et de Carcassonne. Ils ouvrent les colonnes de leurs journaux aux occitanistes et mistraliennes. Et même un journal comme Li Nouvello de Prouvènço, depuis des années, a subi une évolution qui le conduit à rendre compte des activités occitanistes.

Voilà des journaux intéressants, qui parlent des activités occitanistes ! Pour certains, nous le savions…. Nous avons l’impression que l’information est à sens unique, sauf depuis peu où la FELCO tente la récupération… mais le pompon est à venir :

- l’émission Vaqui fait une place à toutes les sensibilités de Provence. Récemment, ils ont fait une émission sur le travail de l’association « Prouvençau, lengo Vivo »

Bien, parfait pour une émission qui se veut occitaniste ! Mais au fait, le Collectif, en 11 ans d’activités, a eu droit a deux brèves de 5 minutes : vous avez dit diversité, pluralité, respect de la principale organisation de défense et de promotion du provençal à ce jour ?

- depuis 2005, le Félibrige a rejoint Anem’Oc et sa venue a fait défiler à Béziers et Carcassonne des centaines de manifestants supplémentaires.

Surement en obligeant les associations récalcitrantes à se soumettre ou se démettre !

- une plateforme pour la culture et la langue d’Oc en Provence Alpes Côte d’Azur, son préambule dit clairement « la langue d’Oc, dans toute la diversité de ses parlers (…) est la langue régionale de notre région – en Provence, la langue originelle, c’est le provençal, dont l’écriture a été codifiée par Frédéric Mistral - ainsi que de toutes les régions occitanes du sud de la France, sur 32 départements de notre pays et elle est signée par des responsables occitanistes comme par des majoraux du félibrige.

Quelques signatures ne font pas la Provence culturelle et linguistique.

Qu’est ce qui se passe du temps que la majorité des gens de bonne volonté se moquent des garouilles qui datent de l’an pèbre, qu’ils soient attachés à une graphie ou à une autre, ils ont envie de continuer de parler et d’enseigner la langue.

Discours récurent des occitanistes, nous nous comprenons, nous parlons, et pendant ce temps, nous occitanistes, nous unifierons 32 départements autour d’une langue unique, l’occitan et d’un drapeau, celui à la croix toulousaine.

Les députés, les élus et en premier le président de la Région sollicités par le fameux Collectif Prouvènço qui se fait passer pour le porte parole du peuple de Provence. Simplification, mensonges, attaques, boniments, tout y passe. L’occitanisme serait tout entier porté par une volonté unificatrice et séparatiste et serait un danger non seulement pour la Provence et pour la langue, mais pour la République.

Eh bien oui, le Collectif a dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas, malheureusement pour vous, les faits sont têtus et parlent en faveur de nos affirmations. S’il y a des attaques, elles viennent de vous, car nous sommes obligés de nous défendre !

Heureusement, nous ne sommes pas seuls à nous élever contre vous... Voir l’article du varois Dau-Dau...

L’intégralité de la lettre "ouverte" de la FELCO est en ligne ci-dessous dans cet article.

AVEC CE TEXTE, NOUS ARRIVE, COÏNCIDENCE OU NON, UNE FLOPÉE DE MESURES POUR DÉVELOPPER L’OCCITAN STANDARD. QUE L’ON JUGE :

1 - Diplôme de Compétence Linguistique (DCL) pour seulement deux langues régionales : occitan et breton !

2 - Les langues d’Oc, dont le provençal, menacées de disparition aux épreuves du bac

3 - L’Université de Provence (Aix-Marseille) considère le provençal comme une langue morte !

4 - La direction du Félibrige sur les traces du Collectif : pour le provençal ou l’occitan ?

Plus d’infos dans les jours qui viennent....