Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Editorial » La mise à mort des langues régionales à cause de la loi sur les (...)

La mise à mort des langues régionales à cause de la loi sur les collèges

Le désespoir des professeurs de provençal

D 4 décembre 2015     H 15:54     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

La mise à mort des langues régionales
et du Provençal en particulier
à cause de la loi sur les collèges

Le désespoir des professeurs de provençal

La réunion du 25 novembre dernier, qui était pour tous les professeurs réquisitionnés une journée de formation obligatoire, pour « coumprendre » la réforme du collège 2016, nous a permis à nous, professeurs de provençal, de ne plus avoir aucun doute sur le sort qui nous attend.

La première conclusion qui s’impose est que la fameuse autonomie des établissements est déjà bien visible ! Si cette réunion a été l’occasion de faire de la résistance dans de nombreux collèges, nous avons aussi bien compris comment le gouvernement entend imposer cette réforme : c’est marche ou crève !

Les inspecteurs venus à notre rencontre ont refusé de discuter du sens politique de cette réforme. Ils étaient déjà au-delà et avaient pour « mission » de nous expliquer les modalités d’application de celle-ci niant d’emblée toute réflexion sur la validité de celle-ci.

En ce qui concerne notre enseignement et pour résumer brièvement les choses :

-  Plus d’enseignement en 6ème, sauf, peut-être, dans le cas d’une continuité avec le primaire ;

-  un enseignement de complément en 5ème, si le chef d’établissement et le Conseil d’administration le veulent bien ;

-  Pour ce qui est des E.P.I (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) : ne pouvant être « portés » que par des professeurs qui ont les classes entières, nous sommes d’emblée hors-jeu car ce n’est jamais le cas d’un professeur de provençal qui a seulement des bouts de classe. Parmi les 8 thèmes proposés, deux devraient être retenus par niveau. Ils doivent à posteriori être adoptés par les professeurs potentiellement intéressés au sein des équipes pédagogiques, sachant qu’un EPI doit obligatoirement traiter d’un sujet du programme. Vous voyez sans doute où je veux en venir : pensez-vous que des collègues seront susceptibles d’être intéressés par un travail commun avec nous alors qu’ils n’ont déjà pas assez d’heures pour boucler leur programme ? Même si quelques collègues ont manifesté leur soutien en découvrant le carnage qui nous attend, beaucoup sont d’abord soucieux de sauver leur propre enseignement avant de penser à travailler avec nous qui sommes à la marge. Vous pouvez aussi imaginer le nombre d’heures perdues sur un service.

Les professeurs de provençal, déjà en service partagé sur 2 ou 3 collèges se verront nommés, peut-être sur 7 ou 8 désormais afin d’avoir un service complet ou on leur demandera de faire autre chose... sans qu’ils aient le pouvoir de refuser.

Bref, vous voyez combien, dès la rentrés 2016, nos situations d’enseignement seront différentes... et cela à la condition qu’on nous garde encore dans les établissements car cela est une évidence, pour certains la réforme apparaît bien comme une occasion de se débarrasser des langues régionales !

***

Li lengo regiounalo
en roupiho dins la reformo dóu coulège

L’acamp dóu 25 de nouvèmbre qu’èro uno journado de fourmacioun óubligatòri pèr tóuti li proufessour pèr “coumprene“ la reformo nous a leva touto doutanço poussiblo à nautre, proufessour de prouvençau, sus nosto astrado.

La proumiero di counclusioun es que la famouso autounoumìo dis establimen soustengudo pèr la reformo es deja bèn vesiblo ! S’aquel acamp es esta tambèn l’escasènço de faire de resistènci, avèn bèn coumprés pamens coume nous vau faire ana lou gouvèr : marcho o crèbo !

D’aiours lis inspeitour en cargo de nous « fourma » nous lou diguèron bèn : èron pas aqui pèr discuti dóu sèns pouliti de la reformo - que noun !- mai pèr nous esplica coume vai marcha.

Pèr resumi li causo, toucant la majo part di coulègo de prouvençau :

- plus ges d’ensignamen en 6enco à leva, belèu, d’uno countinuita emé lou primàri ;

- un ensignamen de coumplemen en 5enco, se lou chèfe d’establimen e lou counsèu d’amenistracioun lou volon bèn ;

- pèr ço qu’es dis EPI (ensignamen pratico interdisciplinàri) : à l’ouro d’aro, se dis qu’aquéli podon èstre pourta soulamen pèr un professour qu’a la classo en entié. Es jamai lou cas d’un professour de lengo regiounalo qu’a que de tros de classo. Demié li 8 tèmo prepausa, dous devrien èstre impausa pèr nivèu (de chausi à la majoureta).

Aquéli tèmo saran adóuta - o noun - pèr li proufessour interessa dis equipo pedagougico, sachènt que l’EPI dèu trata d’un elemen dóu prougramo. Vesès adeja mounte n’en vole veni : pensas-ti que de coulègo saran interessa pèr travaia emé nautre alor qu’an deja pas proun d’ouro pèr acaba soun prougramo ? Meme que quàuquis-un assajon de nous sauva e disènt vougué travaia emé nautre, la majo-part se n’en garçon pas mau di lengo regiounalo, soucitous de sauva soun ensignamen d’abord. Vesès tambèn quant d’ouro anan perdre dins nòsti service !

Li proufessour de prouvençau soun adeja sus 2, 3 o 4 establimen ... li faudra metre desenant sus 6, 7 o 8 pèr qu’agon un service coumplet o ié demandaran de faire d’àutri causo... que poudran pas refusa.

Basto, aurés coumprés qu’à la rintrado 2016 auren tóuti de viéure de situacioun proun diferènto, e acò, se nous gardon encaro dins lis establimen car es proun clar que, pèr quàuquis-un, la reformo sara l’óucasioun de faire large raport i lengo regiounalo !