Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

La peste à Aix-en-Provence en 1546

racontée par César de Nostredame dans "Histoire et chroniques de Provence"

D 16 avril 2020     H 08:46     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Ces derniers temps, on a vu proliférer sur les réseaux sociaux de pseudo citations de Michel de Nostredame, dit Nostradamus. Après vérifications, nulle trace de la fameuse citation qui annoncerait le COVID-19 dans les Centuries.

Par contre, cela nous a donné l’idée de vous parler aujourd’hui non pas de Nostradamus, mais de son fils César de Nostredame, dont l’oeuvre d’historien de la Provence et de poète en langue provençale mérite d’être découverte.

César de Nostredame, fils de Nostradamus

Né en 1553, César de Nostredame, est le fils de Michel de Nostredame aussi connu sous le nom de Nostradamus. Il vivra durant la plus grande partie de sa vie à Salon-de-Provence, dont il racontera de nombreux épisodes historiques dans "Histoire et chroniques de Provence" et notamment le siège de la ville par les Ligueurs catholiques de Provence en 1590. Sa production littéraire commence vers 1595 avec différentes interventions dans les oeuvres de ses contemporains : il préface la publication posthume de Bellaud de la Bellaudière, donne des pièces liminaires à Louis de Galaup-Chasteuil (1596), contribue aux célébrations monarchiques à Salon (1600) et à Aix (1624) (voir l’article César de Nostredame (1553-1629), ou l’écriture d’un héritier en quête de soi par Isabelle Luciani).

Il devient premier consul de la ville de Salon-de-Provence en 1598. Il publiera ensuite un Discours sur les rimes et misères de la ville de Salon.

Poète lui-même, il publiera de nombreux vers dont la plupart sont réunis dans Pièces héroïques et diverses poésies en 1608. On peut également cité le poème L’Hippiade ou Godefroy et les chevaliers de 1622, oeuvre dédiée au duc de Guise, restée manuscrite.

Peintre affirmé, il parle de sa pratique à plusieurs reprises dans ses oeuvres et c’est à lui que l’on doit l’autoportrait en tête de cet article.

Mais c’est principalement pour son Histoire et chroniques de Provence imprimé en 1614 qu’il est passé à la postérité.

Histoire et chroniques de Provence


Pièce de titre avec les allégories des quatre grandes villes de Provence : Aix, Arles, Marseille et Avignon

C’est après un travail de douze ans (commencé en 1602) que paraît l’ouvrage. Il a présenté ce travail à l’Assemblée des trois Etats de Provence à Aix-en-Provence en 1603. L’originalité de l’approche historique de César de Nostredame est qu’il envisage son travail à travers une approche poétique, présentant cette "Histoire" comme une "musique historiale".

L’ouvrage relate les événements historiques en Provence depuis les origines ("Dieu créant le ciel et la Terre") jusqu’aux événements qui lui furent contemporains (règne d’Henri IV).

Extrait relatant la peste de 1546 à Aix-en-Provence

"Toutes ces occurrences sont suivies d’une peste tellement horrible, dangereuse et inouïe, qui commence à frapper la ville d’Aix, le dernier du mois de mai de l’an 546, que la cité en est tout à coup déshabitée et déserte. Les personnes atteintes de la fureur de cette maladie chassent incontinent toute espérance de salut, se couse elle-même en des blancs suaires, et ce font même (ô chose non jamais lue !) leurs tristes et lamentables obsèques : les maisons sont abandonnées et vides, les hommes défigurés, les femmes éplorées, les enfants éperdus, les vieillards étonnés, les plus forts vaincus et les animaux poursuivis : le palais clôt et fermé, la justice en silence et désertion, Thémis absente et muette et les portefaix et sandapilaires* en crédit : les boutiques fermées, les arts cessés, les temples solitaires, et les prêtres tous confus. Bref, toutes les rues velues, sauvages et pleines d’herbes par la lugubre infréquence des hommes et des bêtes durant deux cents septante jours que dure le mal, tant porte d’horreur la triste image de cette solitaire désolation."

*fossoyeurs

Dans la même rubrique

7 mai – La pissaladière

28 avril – Invitation au voyage

25 avril – Fête de la Saint-Marc

20 avril – Le Crespèu

5 avril – L’Aïoli