Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » La tentative d’Occitanisation de la Provence se poursuit !

La tentative d’Occitanisation de la Provence se poursuit !

Communiqué du Collectif Prouvènço

D 1er septembre 2008     H 15:48     A admin     C 0 messages


agrandir

Question du député des B. du Rh Michel Vauzelle à Mme Albanel Ministre de la Culture en date du 13.05.08 :

« …Par ailleurs, parmi les différentes langues régionales reconnues par l’Union Européenne, figure l’Occitan. Toutefois, cette langue régionale se caractérise elle-même par une grande diversité, dans son expression orale aussi bien qu’écrite. Le Provençal, codifié par Frédéric MISTRAL, Prix Nobel de Littérature en 1904, est l’une d’entre elles. Son berceau se situe en Pays d’Arles, mais son rayonnement s’étend dans toute la Provence. Le Provençal dispose de caractéristiques propres qui le distinguent fortement de l’Occitan. A ce titre, il mériterait d’être reconnu à part entière parmi les langues régionales. Monsieur Michel VAUZELLE interroge donc Madame la Ministre sur la volonté du Gouvernement de reconnaître le Provençal mistralien parmi les langues régionales. »

Réponse au nom de Madame Christine Albanel en date du 08 août 2008
Le gouvernement français pour l’unité de la langue occitane dans le respect de sa diversité !

Suite à une question de Michel Vauzelle, président de la Région Provence, demandant que le Provençal soit reconnu "à part entière parmi les langues régionales" (question publiée au Journal officiel du 13/5/08 page 3919) , voici la réponse de Mme la Ministre de la Culture et de la communication (Journal Officiel du 5/08/2008. Page 6760)

".... La reconnaissance des langues régionales prendra forme d’une loi qui concernera l’enseignement, les medias, la culture et les services publics. Un projet de texte sera présenté aux assemblées en 2009.
Pour ce qui concerne le domaine linguistique gallo-roman, les services de l’Etat n’entendent pas remettre en cause la nomenclature traditionnelle, en usage dans l’administration depuis la loi Deixonne de 1951 : l’occitan est une langue avec différentes variétés dialectales, dont le provençal. Chaque variété est l’expression pleine et entière de la langue qui n’existe qu’à travers ses composantes. Sous appellation englobante de provençal, c’est cette vision unitaire de la langue, "des Alpes aux Pyrénées" que Mistral exprimait dans son "dictionnaire provençal-français embrassant tous les dialectes de la langue d’oc moderne ".

Naturellement, la liberté d’expression s’applique ici comme ailleurs, et les locuteurs peuvent librement nommer leur langue comme ils le souhaitent ;

Une réponse stéréotypée dans la chaleur de l’été, cela ressemble étrangement à la dialectique occitaniste qui règne dans certains milieux du ministère de la culture. Exemple M. Michel Alessio est membre de l’Institut d’Etude Occitane et responsable au sein de la DGLF, Direction Générale des Langues de France, dépendant directement du Ministère de la Culture. De la même façon on trouve M. Jean Salles-Loustau, Inspecteur Général responsable des langues régionales de France (militant occitaniste convaincu) là au sein du Ministère de l’Education Nationale.

Les ministres et les majorités changent, les hauts fonctionnaires restent. Certains continuent d’œuvrer pour un occitanisme au sein des instances gouvernementales.

Alors que faire ?
- Reposer la question en obligeant Madame le Ministre à répondre réellement en rectifiant les faits historiques par, à la fois une question écrite et une question orale. Ce qui lui permettra certainement de ne pas déjuger le fait qu’elle s’est prononcée pour les langues d’oc, dans les débats qui ont eu lieu à l’Assemblée le 7 mai 2008
- Constituer l’Alliance des Langues d’oc.
- Alerter les élus de Provence.
- Rassembler un large front uni des associations de Provence et étendre le plus largement possible une action d’envergure au sein des Pays d’oc. Une grande manifestation est programmée à Marseille pour faire entendre une voix différente, largement majoritaire. Une voix qui prendra en compte la pluralité des langues d’oc au sein des langues de France.

Au nom de la liberté, jamais nous ne laisserons les tenants d’une langue d’oc unique et de d’un OCCITAN globalisateur capter nos identités et nos langues au profit d’un occitanisme idéologique.
Au noum de la liberta, jamai !

Jean-Pierre Richard,
Président du Collectif Prouvènço

De Xavier North
Délégué général à la langue française et aux langues de France

« …Les commentaires dont vous accompagnez cette mise en ligne appellent une mise au point de ma part. Les réponses publiées au Journal officiel expriment la position du Gouvernement. Elles ne sauraient en aucun cas être attribuées à un rédacteur en particulier, ni donner lieu à la mise en cause personnelle d’un agent du service public.
Je condamne donc fermement le procédé qui consiste à citer le nom de mon collaborateur Michel Alessio dans cette circonstance. Quant à faire de lui le membre d’une association dont il n’est pas adhérent, c’est
proprement diffuser une fausse information.
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter le présent message à la connaissance des lecteurs de votre site. »

Le Collectif Prouvènço a décidé d’insérer cette réponse sur son site.

Ndlr : L’ancien directeur des langues de France Monsieur Cerquiglini avait quant à lui une attitude maximaliste en matière de soutien à l’occitanisme. Une preuve parmi la multitude de faits, lorsqu’il se rend à Expolangues Paris sur le stand du Collectif, le Président Jean-Pierre Richard lui dit « nous sommes ici pour la défense de la langue provençale » et lui répond devant une foule de témoins : « Moi je suis ici pour défendre l’occitan » Autre fait, lors de la rencontre avec Monsieur Cerquiglini le 22 avril 2002 un de ses proches collaborateurs nous disait : « …tout vos propos sentent la terre !… » Et naturellement cela laisse des traces.

Depuis lors j’ai eu l’occasion de conduire une délégation et nous avons échangé avec Monsieur Xavier North, homme courtois et de grande culture. Nous espérons que la reconnaissance de la langue provençale comme une des langues de France distincte de l’occitan soit prise en compte tout comme l’acceptation de la pluralité des langues d’oc.
La Direction des langues de France est pleinement concernée par cela.

Jean-Pierre Richard,
Président du Collectif Prouvènço