Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Langue d’oc (au singulier) ou langues d’oc (au pluriel)

Langue d’oc (au singulier) ou langues d’oc (au pluriel)

D 21 mars 2012     H 17:52     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


Lettre ouverte du majoral Pierre Vouland agrégé de l’université, Docteur d’état en linguistique romane.

Dans cette lettre de huit pages le majoral Pierre Vouland s’adresse à la direction du Félibrige pour une démonstration quant à la prise en compte de la pluralité et de la diversité des langues d’oc. La direction du Félibrige refuse de publier cette lettre. Nous le faisons pour que la vérité l’emporte au détriment de l’invective occitaniste.

Voici un extrait des conclusions de Pierre Vouland :

« Permetre à chascun de nautre d’ametre la pluralita di lengo d’o, redouna ansin la priourita à ço qu’es priouritàri dins tout escàmbi lenguistique, es à dire à nòsti lengo d’o parlado es pas uno apoustasìo. Es participa à la vido vidanto, es se counfourma à la realita establido pèr la lenguistico estruturalo mouderno, pèr li sciènci dóu langage d’aro…

Es tambèn douna i Felibre un pau mai de duberturo e d’alen pèr trata d’un biais mens countreignous e mai fruchous aquéu tignous afaire di lengo.

Acò me sèmblo un bon biais pèr mordre dins soun tèms, pèr sourti de « l’ancian regime » que prouvoco l’inmoubilismo ; un bon biais pèr redouna au Felibrige un pau d’envanc, un bon biais pèr atira li bòni voulounta desmemouriado…
Au contro, s’achini à s’arrapa au mite de la lengo unenco es cauca foro l’ièro, es s’embarra dins sa tourre d’ivòri, se coupa dóu pople e, ailas, leissa mouri à pichot fiò nòsti lengo naturalo que, li pauro, n’en soun à soun darnié badai.
Vaqui. Ai pas escri aquéli rego dins un esperit poulemique. Noun ! Es uno pichoto reflessioun d’un Prouvençau maucoura pèr la tournuro que prenon aquéli garrouio. Ai sucamen vougu faire obro utilo en adusènt ma pèiro au clapié, dins l’ideau coumun que represènto lou Felibrige e dins la concepcioun mistralenco qu’en res dèu escapa.

Majourau Pèire Vouland,
Agrega de l’Universita
Dóutour d’Estat en Lenguistico roumano. »