Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Le Collectif Provence rend hommage à Marcel PagnolLes Théâtrales en Luberoun (...)

Le Collectif Provence rend hommage à Marcel Pagnol
Les Théâtrales en Luberoun aux Taillades (84)

D 28 mai 2015     H 14:17     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Le Collectif Prouvènço honorera à sa manière Marcel Pagnol
en programmant la troupe Dans la Cour des Grands

Une randonnée théâtrale consacrée à ses œuvres, dans le cadre de la première édition des Théâtrales en Luberoun, aux Taillades, dans le Vaucluse, les 6 et 7 juin 2015.

Tout le programme : ICI

Pagnol loin des « clichés »

Lu dans l’édition spéciale « Marcel Pagnol » du 20 février, une très belle interview de Nicolas Pagnol. On ne peut s’empêcher de retranscrire la dernière question et la réponse du petit-fils de l’écrivain, tant les idées qu’il y développe sont les nôtres !

« La Provence : Selon vous, qu’a apporté Marcel Pagnol à la Provence ? Une partie de la région le vénère, alors que certains lui reprochent les clichés et les « Pagnolades »…

Nicolas Pagnol : Il y a deux Provence. Celle qui veut ressembler à Paris, tout en affirmant une sorte de défiance envers la capitale, et qui revendique  une  nouvelle Provence  moderne, en faisant table rase du passé. Et puis, il y a les Provençaux qui acceptent leur histoire et leur culture.

JPEG - 36.2 ko
Nicolas Pagnol

Pagnol n’a jamais fait de pagnolades. Ce sont ceux qui ont voulu l’imiter qui ont fait des caricatures et des clichés. Pour croire que Marcel fait une caricature du Sud, je pense qu’il ne faut pas savoir lire ou ne pas aimer le Sud et ne pas s’aimer soi-même. Quand on voit que pour Marseille-Provence 2013, il n’y avait rien sur Pagnol, rien sur Scotto, rien sur Raimu, rien sur Fernandel… Rien sur la véritable culture marseillaise et la culture provençale populaire. C’est cette Provence qui fait table rase du passé, qui reproche à Marcel la caricature. ».

Arclicle paru dans Me Dison Prouvènço N°47 (Mai 2015)