Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Editorial » Le Provençal deviendra-t-il hors la loi dans la chaleur de l’été 2009 (...)

Le Provençal deviendra-t-il hors la loi dans la chaleur de l’été 2009 ?

D 11 juillet 2009     H 22:51     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Tout laisse à penser que le provençal va être rangé sous le vocable langue d’oc unique ou occitan ceci sous la houlette de Monsieur le ministre de la culture, en effet/

Plusieurs représentant élus de la Région, les députés Michel Vauzelle, Guy Teissier, le maire des Saintes Marie de la mer, Roland Chassain se sont vus décernés des réponses identiques à la virgule près, à propos de la reconnaissance de notre langue, le provençal. C’est dire le mépris apporté aux élus de notre région.

« La ministre de la culture et de la communication rappelle que les langues régionales sont désormais inscrites dans la Constitution, à l’article 75, dans le titre XII, comme patrimoine de notre pays et confirme que le Gouvernement souhaite maintenir la dénomination d’occitan ou langue d’Oc dans les textes nationaux, tout en affirmant et protégeant l’unité de cette langue, riche de sa grande diversité dialectale. Considérant que chaque variété est l’expression pleine et entière de la langue qui n’existe de façon unitaire que par ses composantes, le Gouvernement, dans le domaine linguistique gallo-roman n’entend aucunement remettre en cause la nomenclature traditionnelle en usage dans l’administration depuis la loi Deixonne de 1951 qui reconnaît l’occitan comme une langue aux différentes variétés dialectales dont le provençal. Aussi, afin de concrétiser la reconnaissance des langues régionales, le Gouvernement envisage-t-il un cadre de référence donnant une forme institutionnelle au patrimoine linguistique de la nation et n’impliquant aucune modification de la Constitution concernant la ratification de la charte européenne des langues régionales. Un texte fera donc l’objet d’une réflexion ouverte, et toutes les contributions, tant des associations de promotion des langues régionales que des collectivités territoriales, seront attentivement étudiées et exploitées. Elles devront permettre, par les analyses et les propositions constructives qu’elles apporteront, de nourrir le débat et la réflexion, afin d’arrêter les dispositions nécessaires et adaptées à la sauvegarde et à la promotion des langues régionales. La ministre de la culture et de la communication assure que l’État, menant une politique linguistique volontariste et se dotant d’un appareil législatif spécifique en ce domaine, entend ainsi réaliser l’unité, non dans l’uniformité, mais dans la diversité. »

Dans le même temps le Collectif Prouvènço a demandé une entrevue à Martine Faure, Présidente socialiste de la commission interparlementaire sur les langues régionales, à ce jour aucune réponse. Cette entrevue a pour but de présenter à la commission une autre version véritablement pluraliste au sein des langues d’oc. Les tenants de la grande occitanie, « Anem oc pèr la linga occitana » ont quant à eux été reçus à plusieurs reprises par la parlementaire girondine.

La situation est grave, et le Collectif tient à mettre en garde les élus et le gouvernement que si par malheur le provençal devenait un sous dialecte de l’occitan par voie législative, ils porteraient la responsabilité d’avoir bradé le patrimoine de notre région. Le collectif appellerait alors le peuple et les élus de Provence à la riposte qui s’imposerait ; toutes les initiatives démocratiques et légales fortes seront envisagées. En utilisant le terme Provençal nous serions des hors la loi, d’ailleurs dans certains milieux on se mord la langue pour ne parler que de langue d’oc (au singulier) avec la bouche en cul de poule…

Non ! La Provence ne sera pas vendue à un occitanisme séparatiste de la France, dirigé par des groupuscules politiquement dangereux, la PROVENCE est une grande REGION elle mérite son nom et sa langue, le PROVENCAL.

Grans le 11 juillet 2009-07-11

Jean-Pierre Richard

Président du Collectif Provence

PS en annexe le texte intégral de la question posée par Guy Teissier député des Bouches du Rhône.