Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Le festival Me dison Prouvènço et l’avenir de la culture provençale

Le festival Me dison Prouvènço et l’avenir de la culture provençale

D 20 août 2009     H 11:31     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Du 03 au 09 août, Arles était habillée aux couleurs de la Provence. Le Collectif Prouvènço et son équipe ont rassemblé une cinquantaine de bénévoles, venus des quatre coins de la région pour faire du Festival Me dison Prouvènço une réussite. Pari tenu. Chaque jour, de 10 heures du matin jusqu’à la tombée de la nuit, des cavistes, des artisans, peintres, photographes, santonnières et artistes plasticiens ont pris place dans le jardin d’été de la ville. Le public a trouvé son bonheur parmi des objets d’art et de qualité. On a aussi chanté et dansé avec le duo Suivez le Piano : l’instrument sur roulettes accompagné par une petite batterie envoûtait les passants qui suivaient les musiciens sur des airs populaires mais aussi provençaux.

Pendant ce festival off, des conférences ont également attiré un public nombreux intéressé par les divers sujets abordés. Les langues d’oc au pluriel, les OGM, l’œuvre de Mistral – Mireille, la course camarguaise ou encore l’évolution du costume arlésien ont fait partie de la programmation, ce dernier accompagné par la présentation de 60 arlésiennes en costume, grâce à la collaboration avec l’association Reneissènço. Chaque thématique rejoint les idéaux du Collectif, qui a pris le soin de faire appel à des universitaires et des à invités spécialisés dans les matières.

Restent encore les soirées. Nous commençons avec Ça va chanter : en français comme en provençal, André Chiron, Guy Bonnet et Nicole Rieu ont enchanté un public fidèle dans le jardin de Trinquetaille. Le mardi, la Cour de l’Archevêché affiche complet pour une « Mireille » pas comme les autres - sous la direction de Gérard Gélas, Alice Belaïdi et Damien Remy sont ovationnés après une représentation exceptionnelle et touchante. Mercredi et jeudi, le Théâtre Antique connaîtra les lumières et les techniques de Terra Prod. L’équipe propose un spectacle visuel étonnant pour les concerts de Terrae Incognita et pour l’invité d’honneur, Marlevar. Le premier propose un nouveau son, à la fois électrique et universel, grâce aux instruments venus d’ici et d’ailleurs. Finalement la guitare, le didgeridoo et un dj se marient très bien à notre galoubet tambourin. Marlevar, venus du Piémont, mené par la belle et talentueuse Luisa Cottifogli, partagent leur scène avec l’étonnant clarinettiste Michel Pellegrino et les jeunes catalans Brossa Quartet. Un spectacle époustouflant donne des frissons aux passionnés de musique grande qualité. Vendredi, le Languedoc et Marseille nous rejoignent, pour une ambiance jeune, bon enfant, mais surtout remplie de messages positifs sur l’avenir de la langue et culture provençales. Avec une mise en scène pointilleuse, Crous e Pielo a certainement gagné plusieurs fans ce soir-là, grâce à leur décontraction, modestie et humour. Leur talent est à découvrir par le plus grand nombre dans les années à venir. Ricoune, l’incontournable des férias répond présent, pour la joie des petits comme des grands.

JPEG - 260.3 ko
Photo Hervé Hôte, Agence Caméléon

Enfin, le samedi, la soirée phare s’organise dans les Arènes. Marlevar ouvre la soirée, suivie de Condor et ses 100 musiciens. Bami Village, groupe camerounais, sait s’intégrer aux flûtes et cornemuses mais surtout, il apporte au Condor et aux près de 5 000 spectateurs les couleurs et les rythmes de l’Afrique. Un mélange très réussi, un public conquis. Afin de boucler ce festival, 1h30 de courts-métrages, tournés en Provence et primés par le festival de Rousset Provence Terre de Cinéma, sont diffusées dans le cadre privilégié du Théâtre Antique. A ciel ouvert, une soirée gratuite clôture une semaine pleine d’émotions, de rencontres et d’enrichissements, signant ainsi l’avenir prospère de la langue et culture provençales.

Le Festival Me dison Prouvènço vient de gagner ses galons de grand festival régionaliste. Un débat va s’instaurer au sein du Collectif Prouvènço pour être encore au plus près des cultures régionales.

Prochaine action : le 3 octobre, le Collectif accueillera à Beaucaire tous les représentants des langues d’oc pour une manifestation pacifique en faveur de la prise en compte de la pluralité des langues d’oc. Ensemble, nous traverserons le Rhône pour nous retrouver à Tarascon, discours et concerts suivront – « Sian et Saren » / « Nous sommes et nous serons » unis dans la diversité.

Jean Pierre Richard