Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Les langues d’Oc, dont le provençal, menacées de disparition aux épreuves du (...)

Les langues d’Oc, dont le provençal, menacées de disparition aux épreuves du Bac ?

D 20 mai 2011     H 18:10     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Le provençal, le niçois, l’auvergnat, le gascon, le languedocien… et autres langues d’Oc menacées de disparition dans les programmes des lycées et aux épreuves du baccalauréat ?

Le Collectif Prouvènço écrit à Luc Châtel, ministre de l’Education Nationale

Texte de référence :

Le 28 août 2010, a été publié au Journal Officiel de la République Française l’arrêté du 21 juillet 2010 (Ministère de l’Education Nationale), fixant « le programme des enseignements de langue vivante » pour les classes de Première et de Terminale.

L’article 3 de cet arrêté stipule que

« sont abrogées, à compter de la rentrée de l’année scolaire 2011-2012 pour la classe de première et 2012-2013 pour la classe de terminale… les dispositions de… l’arrêté du 25 avril 1988 relatif aux programmes de langues régionales des lycées »

Ce qui pose problème

Dans cet arrêté du 25 avril 1988 relatif aux langues régionales, intitulé « dispositions communes des enseignements de langues régionales dispensés dans les lycées, constituant le programme des épreuves du baccalauréat de l’enseignement secondaire », figuraient les dispositions suivantes :

1. « Pour le domaine d’Oc, les élèves peuvent subir, à leur choix, une épreuve correspondant à l’une des grandes variétés de la langue, c’est-à-dire, par ordre alphabétique : auvergnat, gascon, languedocien, limousin, nissart, provençal, vivaro-alpin ».

2. « Les sujets d’écrit » seront élaborés « par les académies-pilotes en charge des diverses variétés de la langue ».

3. « Les candidats se verront proposer un éventail de sujets reflétant la pluralité des principales traditions orthographiques, parmi lesquels ils choisiront librement, selon leurs aptitudes et leur formation. Dans leurs réponses, il leur sera demandé de faire la démonstration d’un usage cohérent de leur dialecte et de leur graphie de référence ». Et « les œuvres et les documents seront présentés dans leur graphie d’origine ».

Aujourd’hui, un nouvel arrêté sur les programmes de langues vivantes ne propose que des dispositions générales concernant toutes les langues vivantes, étrangères et régionales. De ce fait, les dispositions particulières ci-dessus risquent de disparaître de la réglementation à partir des rentrées 2011 et 2012, donc des programmes, de la préparation et de l’organisation du baccalauréat. Or ces dispositions sont capitales pour le maintien et la dignité des parlers d’oc : le provençal, le niçois, l’auvergnat, le gascon, etc.

Le Collectif Prouvènço demande que les dispositions ci-dessus (1, 2 et 3), qui ont fait la preuve de leur efficacité comme de leur caractère « ouvert » et non-conflictuel, soient rappelées explicitement par le Ministère, dans les directives particulières concernant les langues vivantes.

Il est en effet indipensable, à la fois pour les enseignants, les élèves et les parents d’élèves que les documents suivants tiennent compte des dispositions ci-dessus :

- documents pédagogiques d’accompagnement des programmes de lycées,
- arrêtés relatifs à la liste des académies où peuvent être subies les épreuves de langues vivantes,
- notes de services sur la confection des sujets d’écrit.

Les élèves ne sauraient préparer leur baccalauréat dans de bonnes conditions sans cela et de nombreuses contestations ne pourraient que surgir devant la négation par l’Education Nationale de la spécificité de chaque parler d’oc.

Nous demandons avec insistance que soient pleinement assurées :

- la continuité et la cohérence avec les usages actuels dans l’enseignement des parlers d’Oc, usages qui, que l’on sache, n’ont suscité aucune protestation officielle, aucun recours émanant des enseignants, des élèves, des parents d’élèves, ni auprès des Rectorats ni auprès du Ministère ;

- la continuité et la cohérence avec une politique de strict respect de la légalité en matière du droit d’auteur (à propos du respect de la graphie des textes), qui a évité les recours et contestations des auteurs et ayant-droits en matière juridique ;

- la continuité et la cohérence avec les dispositions relatives aux langues régionales affirmées dans les textes récents définissant l’enseignement des langues régionales dans l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire, à savoir :

a. les programmes du primaire, applicables depuis la rentrée 2008, (arrêté du 25 juillet 2007 ; Journal Officiel du 21 août 2008), dont l’annexe 6 mentionne, avec exemples à l’appui, les diverses grandes variétés de langue d’oc (provençal, languedocien, gascon, etc.) et les deux grands traditions graphiques (mistralienne et occitane).

b. les programmes des langues régionales pour le collège, palier 1 (Bulletin Officiel de l’Education Nationale, n° 10, 4 octobre 2007) qui indique que la langue d’oc « a pour caractéristique d’être une langue à variation interne » et donne des exemples « dans plusieurs grandes variétés de la zone linguistique : languedocien, provençal, gascon, limousin ».

c. les programmes des langues régionales pour le collège, palier 2 (Bulletin Officiel de l’Education Nationale, n° 27, 8 juillet 2008) qui reprend textuellement ces indications.

Le Collectif Prouvènço a écrit au Ministre de l’Education Nationale, Luc Châtel, en ce sens et défend les intérêts de la Provence sans relâche.

Mobilisons nous tous ! Modèle de lettre de protestation à télécharger à compléter et à envoyer au ministre : nous devons l’inonder de courriers pour le faire infléchir !

Et faites passer par mail à votre député le double de ce courrier

Mode d’emploi cliquez sur le lien ci dessous, allez sur file,download et choisissez le format wordLettre au Ministre


Pour trouver l’adresse mail de votre député