Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Les milieux occitanistes sont-ils anti-républicains ?

Les milieux occitanistes sont-ils anti-républicains ?

D 21 mars 2013     H 13:10     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

En Provence, le Collectif Prouvènço n’est pas contre la République Française. Certains milieux occitanistes, oui.

A ce propos, rappelons simplement des faits récents :

LOU FIÒ I DRAPÈU DE FRANÇO, emé la benedicioun de « totas las tendencias de l’occitanisme politic » !

Lou 11 de nouvèmbre 2012, à Fouis, prefeituro de l’Ariege, tre que fuguè acaba l’oumenage ouficiau dis autourita e dis assouciacioun d’ancian coumbatènt, un ome (que dounan eici rèn que sis inicialo : F. T.) arrapè dous drapèu di tres coulour, li bandiguè dins la « Flamo
dóu Souveni » e li faguè crema en bramant « Vive l’Occitanie ! à bas l’État français ! »

Naturalamen, li poulicié te l’agantèron lèu-lèu.

Lou 18 de desèmbre, passè en jujamen dins la memo vilo. E « davans lo tribunal, èra sostengut aqueste jorn d’aqui per totas las tendencias de l’occitanisme politic amb fòrça bandieras occitanas… I’avia un representant de Libertat, 2 del Partit Occitan, 3 del PNO
(= Partit de la Nacion Occitana) e d’autres sens etiqueta que lors conviccions patrioticas occitanas fasian cap de dobte… » - ansin es marca dins la revisto óucitano Lo Lugarn, n°107, ivèr 2013, p.11.

Lou 15 de janvié 2013, lou jujamen toumbè, coundanant F.T. à 400 eurò pèr adouba de nòu li drapèu francés, emé 1000 eurò d’amèndo de paga se F.T. vòu pas faire 100 jour de gabiolo.

Uno semano après, la Gaceta Occitana « Jornalet » baiavo lou numerò di comte bancàri dubert à bèl-esprèssi pèr ajuda F.T. à sóuda sis amèndo…

Avèn pas besoun de n’en dire mai, e nòsti legèire n’en pensaran ço que fau.

JPEG - 228.4 ko

Soutien des partis et associations occitanistes à FT qui a brûlé le drapeau français


LE FEU AUX DRAPEAUX DE FRANCE, avec la bénédiction de « toutes les tendances de l’occitanisme politique » !

Le 11 novembre 2012, à Foix (préfecture de l’Ariège), à peine fini l’hommage officiel des autorités et des associations d’anciens combattants, un homme (dont nous ne donnons ici que les initiales : F. T.) se saisit de deux drapeaux tricolores, les jeta dans la « Flamme
du Souvenir » et les fit brûler en criant : « Vive l’Occitanie ! à bas l’État français ! ».

Naturellement, il fut aussitôt appréhendé par les forces de l’ordre.

Le 18 décembre, il passa en jugement dans la même ville. Et « devant le tribunal, il était soutenu, ce jour-là par toutes les tendances de l’occitanisme politique avec de nombreuses bannières occitanes… Il y avait un représentant de « Libertat », deux du « Partit Occitan »,
3 du PNO (= Partit de la Nacion Occitana) et d’autres sans étiquette dont les convictions occitanes ne faisaient aucun doute » - citation de la revue occitane Lo Lugarn, n° 107, hiver 2013, p.11).

Le 15 janvier 2013, le jugement fut rendu, condamnant F.T. à 400 euros pour la réparation des dommages causés aux drapeaux français, et 1000 euros d’amende à payer à moins que F.T. ne préfère accomplir 100 jours de prison.

Une semaine plus tard, la Gazette occitane « Jornalet » donnait le numéro des comptes bancaires ouverts spécialement pour aider F.T. à régler ses amendes…

Nous jugeons inutile d’ajouter quoi que ce soit, et nos lecteurs auront à ce sujet l’opinion qui s’impose.


Le 6 mars, a été installé officiellement au Ministère de la Culture et de la Communication, un Comité Consultatif des langues régionales dans lequel le mouvement provençal n’est représenté par aucun spécialiste universitaire ni par aucun responsable d’association mais où siège David Grosclaude, président du Partit Occitan, ancien président de l’IEO, Institut d’Études Occitanes et vice-président de la Région Aquitaine...

Est-il normal d’être juge et partie ?