Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

MDP 32 est sorti !

D 18 juillet 2011     H 11:41     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Voici l’édito du magazine bilingue français/provençal Me Dison Prouvènço.

Pour recevoir le magazine - abonnement, achat au numéro - , notre équipe se tient à votre disposition au 04 90 50 49 12 ou par courriel à l’adresse suivante : collectifprovence@com.

Bonne lecture !

Emé L’Alliance des Langues d’Oc (NDLR : Biarn, Gascougno, Auvergno, Prouvènço, Ceveno), lou Couleitiéu Prouvènço, adus sa pèiro au clapié pèr ço qu’es dóu debat que, dins li mitan parlamentàri, preparo uno eventualo lèi sus li lengo regiounalo. N’i’aura-ti proun de tout eiçò ?

Au moumen qu’escrive aquest editouriau, un rescontre es previst emé Robert Navarro, senatour de Lengadò e proumié souto-presidènt de la Regioun Lengadò-Roussihoun. Es l’autour d’uno proupousicioun de lèi, que i’an mes pèr noum « Navarro », e que devrié èstre discutido d’eici à la fin de jun. Ço que nous interesso, es qu’aquelo proupousicioun de lèi es estado moudificado. Desenant, tèn comte di demando que faguerian emé nòstis ami Cevenóu pèr leva de cassolo touto voulounta de favourisa « Grando Óucitanìo ». Pèr eisèmple emé la marrido creacioun d’uno estruturo óuficialo que sa toco sarié de beileja uno pretendudo « lengo d’o » unenco. Li Prouvençau pourrien que i’èstre minouritàri, se vesènt impausa uno nourmalisacioun panóucitano…

Ço que voudrian, es que la lèi aduguèsse de prougrès impourtant pèr tóuti li lengo regiounalo, sènso rintra dins li particularisme loucau. Sara pièi i Regioun de teni d’à ment l’evoulucioun di causo, coume acò se fai en Prouvènço, pèr empacha que lis óucitanisto s’entrauquèsson d’en pertout dins l’escasènço de faire mestreja soun ideoulougìo dins li couleitiveta. Es tèms de tout revèire, e de discuti sus l’autenticeta de la noucioun encaro, vuei, óuficialo, « d’óucitan-lengo d’o », que sarié miés de vèire ramplaçado pèr lou biais de dire meiour, aquéu de « lengo d’o » au pluriau. Quouro lou gouvèr dóu Felibrige dis de-longo e d’en pertout « lengo d’o ! lengo d’o ! » es l’aubre qu’escound la sèuvo óucitano… Un cop de mai, aprouficharai d’aquelo tribuno pèr afourti ço que vaqui : i’a DE lengo d’o, e LA lengo de Prouvènço, es lou prouvençau. Aquéu de nòsti gènt. Aquéu de nòsti terraire. Lou de Frederi Mistral. E pas rèn d’autre.

Proun de cop, tendeguerian la man au gouvèr dóu Felibrige pèr que se retroubessian à l’entour d’uno taulo e que faguessian un escàmbi sus ço que nous ligo e ço que nous desseparo. La Nacioun Gardiano, tambèn, lou demandè. Ai ! las… Cade cop, aguerian un refus de discuti o pas ges de responso. Poudèn que d’en èstre sinceramen regretous.

Li conclusioun dóu Forum dis Aupiho soun claro. I’a qu’un soulet biais d’escriéure la lengo prouvençalo, aquelo que Frederi Mistral coudifiquè dins soun Tresor dóu Felibrige qu’es avans tout un diciounàri de prouvençau, meme se baio pièi lou meme mot dins lis àutri parla d’o – emai tambèn sa reviraduro dins d’àutri lengo latino…

Pèr soun biais serious e atravali, sa representativeta qu’aro, es impoussible de pas recounèisse, lou Couleitiéu Prouvènço es devengu incountourrnable. Mai vous fagués pas d’ilusioun. Pas rèn se fara sènso vous !...

Fasès-vous marca e fasès marca vòstis ami au Couleitiéu Prouvènço..
Au mai saren noumbrous, au mai faren respeta Prouvènço.

Grans, lou 17de jun 2011.

Jan-Pèire Richard.

Avec l’Alliance des Langues d’Oc (NDLR : Béarn, Gascogne, Auvergne, Provence, Cévennes), le Collectif Prouvènço, apporte une large contribution au débat qui anime les milieux parlementaires à propos de la création d’une loi sur les langues régionales. Cela sera-t-il suffisant ?

A l’heure où j’écris ces lignes, une rencontre est programmée avec Robert Navarro, sénateur du Languedoc et premier vice-président de la Région Languedoc-Roussillon. Il est l’auteur d’une proposition de loi dite « Navarro » qui sera discutée d’ici à la fin du mois de juin. Ce qui nous intéresse, c’est que cette proposition a été modifiée. Elle tient désormais compte des demandes que nous avons faite avec l’aide de nos amis Cévenols pour faire disparaître du texte toute trace favorisant une « Grande Occitanie ». Par exemple avec la néfaste création d’une structure officielle qui aurait pour charge de diriger le destin d’une pseudo « langue d’oc » unique, dans laquelle les Provençaux ne pourraient être que minoritaires et subiraient la normalisation panoccitane…

Ce que nous voulons, c’est que la loi apporte des avancées importantes pour les langues régionales sans rentrer dans les particularismes locaux. Il appartiendra ensuite aux Régions de rester vigilantes, comme ici en Provence, afin d’éviter les outrages de certains occitanistes qui feront tout pour instiller leur idéologie au sein des collectivités. Il est grand temps de remettre tout à plat, et d’ouvrir le débat sur la formule encore officielle « d’occitan-langue d’oc », qu’il serait préférable de voir remplacée par la notion de « langues d’oc » au pluriel. Lorsque la direction du Félibrige s’exprime et clame à tout bout de champ : « langue d’Oc… langue d’Oc ! » c’est l’arbre qui cache la forêt occitane… Une fois de plus, je profiterai de cette tribune pour le dire : il y a DES langues d’oc. Et la langue en PROVENCE, c’est le PROVENÇAL. Celui de nos parents. Celui de nos terroirs. Celui de Frédéric Mistral, et rien d’autre.

A plusieurs reprises nous avons tendu la main à la direction du Félibrige pour que nous retrouvions autour d’une table et dialoguions sur nos divergences et nos convergences. La Nacioun Gardiano l’a demandé aussi. Malheureusement, chaque fois, nous avons essuyé un refus ou pas de réponse. Nous le regrettons sincèrement.

Les conclusions du Forum des Alpilles sont très nettes. Il n’y a une seule façon d’écrire la langue provençale. Celle que Frédéric Mistral a codifiée dans sont Trésor du Félibrige, qui est avant tout un dictionnaire de provençal, même s’il donne aussi le même mot dans les autres parlers d’oc – mais aussi dans d’autres langues latines...

Par son sérieux, son travail, sa représentativité, le Collectif Prouvènço, est désormais devenu incontournable. Mais n’ayons aucune illusion. Rien ne se fera sans vous !
Adhérez, et faites adhérer au Collectif Pouvènço.
Plus nombreux encore, nous ferons respecter la Provence.

Grans, le 17 juin 2011.

Jean-Pierre Richard.