Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Madame Aurélie Filippetti, ministre de la Culture ne respecte pas la (...)

Madame Aurélie Filippetti, ministre de la Culture ne respecte pas la pluralité des langues d’Oc

D 20 mars 2013     H 13:31     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Voici la question écrite adressée à Madame la Ministre de la Culture et de la Communication, le 25 septembre 2012 par Jean-Pierre Vigier, député de la Haute-Loire :

QUESTION ECRITE N°5137

M. Jean-Pierre Vigier attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur l’observation des pratiques linguistiques et sur la valorisation des cultures et des langues régionales qui constituent un patrimoine français riche et vaste. Il lui demande de bien vouloir lui apporter des précisions quant à l’état d’avancement de la réflexion engagée sous le gouvernement précédent, et plus particulièrement en ce qui concerne les langues d’oc dont la diversité doit être préservée.

Voici la réponse de Madame la ministre :

La France mettra en oeuvre le processus de ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, conformément à l’engagement du Président de la République. Ce travail sera fait de manière transversale et coopérative, et visera, en liaison étroite avec les parlementaires et l’ensemble des élus, à assurer un plein développement aux langues de France. Dans le domaine occitan, fidèle à l’esprit de responsabilité partagée entre les différents organes publics, l’État porte son effort sur la coordination inter-régionale déjà engagée entre Aquitaine et Midi-Pyrénées, et destinée à s’étendre aux autres collectivités du territoire intéressé. Un document de cadrage pour un dialogue entre l’État et les collectivités sur la promotion de l’occitan a été mis au point. Il concerne la numérisation du patrimoine documentaire, le livre et l’édition, le spectacle vivant et la programmation audiovisuelle, et tend à inscrire les projets dans les dispositifs de droit commun du ministère de la culture et de la communication et des collectivités. Pour ce qui concerne la désignation des usages, les services de l’État considèrent que la langue d’oc ou occitan se réalise sous différentes formes ou variétés, dont le nom est donné dans la liste des langues de France diffusée par le ministère de la culture et de la communication : l’occitan parlé en Auvergne est l’auvergnat, en Languedoc le languedocien, en Provence le provençal, etc. Les variations qui distinguent ces parlers sont donc prises en compte, mais ne remettent pas en cause l’unité du domaine. Cette position est une reconnaissance de la pluralité interne des systèmes linguistiques, contre les tendances au repli et à la fragmentation.

Réponse du Collectif Prouvènço

Madame Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication ne fait qu’appliquer la politique linguistique définie depuis de longues années au sein de la DGLFLF (Direction Générale à la Langue Française et aux Langues de France). Les réponses, qui se succèdent depuis maintenant des années, sont toujours des copiés-collés de type "l’occitan, dans sa diversité....." Nous savons tous que c’est faux car nous connaissons l’hégémonie occitaniste, mais notons cette fois-ci une phrase nouvelle : "cette position est une reconnaissance de la pluralité interne des systèmes linguistiques, contre les tendances au repli et à la fragmentation".

Plus de 4000 signatures dans une grande pétition contre un centre supra régional occitan, des milliers de lettres pour la reconnaissance de la langue provençale, des centaines d’intervention de sénateurs, de députés, 115 communes qui soutiennent l’action en faveur du provençal, plusieurs centaines d’associations qui, au quotidien, défendent et œuvrent au sein de la culture provençale...

RIEN N’Y FAIT, DE FAÇON IMPERTURBABLE SANS RESPECTER LA VOLONTÉ DES ÉLUS DE LA NATION, SANS RESPECTER LE PEUPLE DE PROVENCE, LES MINISTRES SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT ILS NIENT QU’EN PROVENCE ON PARLE ET ON ÉCRIT LE PROVENÇAL, EN BÉARN LE BÉARNAIS, ETC...

Nous vous laissons juges !

Cependant, nous regrettons profondément la position de la direction du Félibrige, qui, dans un mail adressé à un très grand nombre de personnes, se félicite d’une telle réponse comme si c’était une victoire... Nous devons le dire avec regret, cette position conduirait inéluctablement à la main mise de l’occitan sur l’ensemble des langues d’Oc.

Or, si le Collectif Prouvènço et le Félibrige étaient unis sur la nécessité de la reconnaissance du provençal comme langue de France, l’occitanisme n’existerait plus en Provence.

Cela dit, vous pouvez compter sur la force de conviction du Collectif Prouvènço pour défendre nos traditions, notre culture et notre langue.

JPEG - 12 ko