Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Vient de paraître Ven d’arriba » Magazine trimestriel Me Dison Prouvènço » Magazine MDP 59 - Les cathares ont-ils existé ? (1ère partie)

Magazine MDP 59 - Les cathares ont-ils existé ? (1ère partie)

Version provençale

D 17 juillet 2018     H 16:53     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

LIS ALBIGOT

LES CATHARES ONT-ILS EXISTÉ

Aquel article qu’es esta tambèn uno coumunicacioun au coulòqui de culturo prouvençalo d’Avignoun 2016 e lou sujèt de mai que d’uno counferènci, n’es pas rèn que la resulto di recerco, di publicacioun d’un fube d’istourian - li mai anciano an pas plus de vint an. Nous fau assaupre que lou travai d’avans aquesto epoco valon plus grand causo, vuei : l’istòri es uno sciènci chanjadisso.

« LES CATHARES ONT-ILS EXISTÉ ? »
Titre de la revisto l’Histoire n° 430 - Desèmbre 2016
Vaqui coume, quàuqui mes après lou coulòqui avignounen, la revisto scientifico L’Histoire poudié publica un article “Les cathares ont-ils existé ?”

Bibliographie

Vuei, li meiours especialisto de l’istòri medievalo n’arribon i mémi resulto. Noun parlaren pas gaire que de quàquis-un d’aquéli cercaire :

BIGET (Jan-Louis), egrègi proufessour d’istòri de l’Age Mejan à l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines, Hérésie et Inquisition dans le Midi de la France, ed. Picard, 2007 (recuei de tèste pareigu de 1998 à 2003), Coul. Les Médiévistes Français

BILLER (P.) & BRUSCHI (C.), Text and Repression of Medieval Heresy, Studies en Medieval Theologie, n° 4, York, 2002

BRUNN (Uwe), Des contestataires aux « Cathares ». Discours de réforme et propagande anti-hérétique dans les pays du Rhin et de la Meuse avant l’Inquisition, Institut d’Études Augustiniennes, Paris, 2006

DAVIS (J.-W.), The Inquisition at Albi 1299-1300 : text of register and analysis, New-York, 1948

DICIOUNÀRI : direicioun GAUVARD (Glaude), LIBERA (Alan de) & ZINK (Michèu), Dictionnaire du Moyen Âge, art. « Albigeois », PUF, 2002,

DUBY (Jòrgi) :
- Le dimanche de Bouvines, éd. Gallimard, Paris, 1973
- Adolescence de la chrétienté médiévale, Genève, 1967
- St Bernard. L’art cistercien, Paris, 1976

DUVERNOY (Jan), Le registre d’Inquisition de Jacques Fournier (1318-1325), Toulouso, Privat, 1965

LOBRICHON (Gui), egrègi mèstre de counferènci au Collège de France, agrègi proufessour à l’Universita d’Avignoun :
- « Arras ou le vrai procès d’une fausse accusation », in Inventer l’hérésie ? Discours polémiques et pouvoirs avant
l’Inquisition,
Coul. Centre d’Études Médiévales, n° 2, Nice, 1998
- La Bible au Moyen-Âge, éd. Picard, 2003, Coul. Les
Médiévistes Français

MOORE (R.-L.), Universita de Newcastle (R.-U.), La persécution, sa formation en Europe (10e – 13e s.), ed. Les Belles Lettres, Paris, 1991 (ed. angleso : 1987)

PALES-GOBILLIARD (A.), L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis et les cathares du Comté de Foix (1308-1309), Paris, CNRS, 1984

PEGG (M.-G.), Proufessour à l’Universita de Princeton,
- Journal of Medieval History, n° 27, 2 juin 2001
- The Corruption of angels : the Great Inquisition of 1245-1246, Princeton, 2001

THÉRY (Julian), École française de Rome, article pareigu dins Heresis, n° 36-37 de 2002, « L’hérésie des bons hommes, comment nommer la dissidence religieuse non vaudoise ni béguine en Languedoc (12e – 14e s.) ? ». Proufessour à l’Universita Lyon II Lumière

ZERNER (Mounico), Egrègi proufessour à l’Universita de Nice Sophia-Antipolis, direicioun de Inventer l’hérésie ?
- Discours polémiques et pouvoirs avant l’Inquisition, Coll. Centre d’Études Médiévales, n° 2, Niço, 1998
- Histoire du catharisme en discussion : le concile de St Félix 1167, Niço, Centre d’Études Médiévales, 2001

D’en premié, avèn de resumi ço que sabèn di legèndo dis « ereti albigot » o « Cathares » dóu sud de Franço e de la Crousado dis Albigot. De segur, faren pas long à prepaus de ço qu’an imagina d’ùnis autour, subre-tout au siècle 20. Li que d’ùni ié dison « ereti albigot » o « Cathares dóu Miejour » aurien espeli vers lou siècle 11 pèr s’avali au14. Di rouino dóu vièi manichisme (coungreia pèr Manès au siècle 3), uno religioun novo – un dualisme – se sarié levado. Dos divinita – un Diéu dóu Mau, creaire de l’Univers materiau e un Diéu dóu Bèn, creaire de l’Esperit – se farien la guerro.

Mai o mens dualisto, aquelo religioun vendrié di Balkans après qu’aguèsse subre-viscu dins lou relarg de l’Empèri d’Óuriènt despièi lou tèms de Manès. Si tenènt aurien basti uno contro-glèiso vertadiero emé de prèire : li « perfèt ». Aquelo dissidènci, negant tout lou miejour toulousen, aurié rendu inmancablo la Crousado que s’esperlounguè de 1209 à 1229… uno crousado que, menado pèr de chivalié envahissèire dóu Nord, aurié peri uno civilisacioun estraourdinàri en trin d’espeli. Vaqui ço que conto la legèndo dis ereti albigot.

À l’óurigino de la mitoulougìo de l’eresìo albigoto
Avans de countourroula ço que valon aquéli legèndo, n’en fau tourna-veni à sis óurigino.
À l’Age-Mejan centrau, dous Ordre religious, pouncho de lanço de la Papauta (que que siegue lou papo) – Cluny e subre-tout Cîteaux, bataion pèr fin d’asseta de-bon la Crestianta e la Glèiso dins Éuropo touto. Pèr acò faire, councebon l’idèio d’eresìo.
À-n’aquelo epoco - siècle 11, 12, 13 - lis oubrage e la pensado agustinenco abalisson li mai sabènt di clunisen e di cistercian. Pamens, lis un coume lis autre, sènso pas gaire de judice, van s’apiela sus la classificacioun dis eresìo talo coume facho pèr sant Agustin.

Dins un tratat dis eresìo, Sant Agustin (354-430) n’en noto 88 : au cartabèu, lou catharisme n’es la 38enco. Li clergue li mai assabenta (li di siècle 11, 12 e 13) counèisson pas rèn autre que li tèste agustinen. Pèr éli, despièi lou tèms dóu sant, lou mounde a pas vira… e pamens, sièis siècle an passa. Mai, quouro an de nouma l’eresìo, n’en van cerca lou noum vers Agustin.

Julian Théry (Heresis n° 36-37, 2002) counfiermo : « Aucun inquisiteur, aucun accusé, aucun témoin devant l’Inquisition languedocienne n’utilise le mot “cathare”, qui est tout simplement absent des archives de la persécution. On ne le trouve que dans des sources savantes, lesquelles plaquent sur les dissidences les conceptions livresques de leurs auteurs. »
Apielo pièi la demoustracioun de M.-G. Pegg : li tenènt de la teoucracìo pountificalo empleguèron « cathare » e « catharisme » autant pèr lis ereti dóu Ren, d’Anglo-terro, dóu nord de Franço o d’Itàli coume pèr li dóu Lengadò e n’en rapello li counclusioun : « En particulier, en désignant ainsi presque toutes les hérésies des 11e – 13e siècles, on a pu construire le mythe d’une grande église cathare, véritable institution pourvue d’une hiérarchie et d’un dogme. »

De M.-G. Pegg qu’en 2001, baiant li resulto de si recerco (The Corruption of angels, Princeton) : à pau près cinq an avans la redacioun de la Summa de Catharis et pauperibus de lugduno pèr l’italian Rainier Sacconi (1250), « les milliers d’interrogatoires en Lauragais et en Toulousain par les inquisiteurs Bernard de Caux et Jean de Saint Pierre n’évoquaient ni cathare, ni théologie dualiste, ni organisation hérétique internationale, ni une quelconque église alternative structurée. »

E J. Théry (Heresis) d’apoundre « que l’on chercherait en vain des traces substantielles de ces mêmes notions ou institutions dans les procès-verbaux des interrogatoires menés par l’Inquisition à Albi en 1286-1287 et 1299-1300, dans le registre des procès tenu dans le Comté de Foix par Geoffroy d’Ablis en 1308-1309 ou dans celui de Jacques Fournier (Pamiers, 1318-1325) […] L’hypothèse d’une pluralité d’églises « cathares » locales plus ou moins liées entre elles reste très mal étayée dans la mesure où il n’a pas encore été démontré que les dissidences avaient pris des formes communautaires assez spécifiques et organisées pour être assimilables à des églises et où il est encore moins avéré que ces hypothétiques églises puissent légitimement être appelées « cathares » […] on se contentera de suggérer que les notions a priori de « catharisme » et, plus généralement, d’églises hérétiques biaisent la lecture des sources (inquisitoriales) et interdisent de saisir leur apport dans toute sa spécificité. »

À prepaus d’uno marrido reviraduro dóu latin que fabrico lou mot « perfèt » e de ço que ié dison « eresìo di bons-ome »

S’apielant, entre autre, sus lis estùdi de Biller, Julian Théry counfiermo « que le terme "parfait" doit être proscrit ». D’efèt, s’agis d’uno marrido reviraduro de « perfectus hereticus » que noun se pòu revira que pèr « coumpletamen ereti ». E Théry d’acaba : « perfèt » noun pòu jamai èstre un titre de referènci baia pèr de cresèire dissidènt i tenènt, aposto e menistre de la fe eretico.
Souvènti-cop s’atrobo, dins lis archivo de la persecucioun, lou qualificatiéu « bons-ome » coume baia pèr li cresèire à si menistre dissidènt… pamens, M. G. Pegg esplico qu’aquéu biais de dire a pas rèn de vertadieramen ereti e s’emplegavo, en Lengadò coume aiours, en Éuropo pèr de gènt que n’en voulien moustra l’ounourableta, l’autourita. Basto, la preeminènci. Despièi li tèms carlin, es ansin que se fasié i gènt li mai impourtant d’uno coumunauta ruralo.

À prepaus d’un faus groussié dóu siècle 17 toucant à-n’un « councile cathare de Sant Fèli en Lauragués (1167)

Pèr l’istourian, i’a pas grand causo à prepaus de l’ « eresìo albigoto ». Pas grand causo, senoun un se-disènt « councile ereti cathare » que se sarié debana, en 1167, à Sant Fèli de Caraman, en Lauragués.

La counclusioun, sènso apèu, toumbo : à prepaus d’aquéu councile de 1167, li mai gros especialisto –M.-G. Pegg (Universita de Princeton), Mounico Zerner (Universita de Nice-Sophia-Antipolis), Jan-Louis Biget (Escolo Nourmalo Superiouro), Ive Dossat, Louis de Lacger, R.-I. Moore (Universita de Newcastle, R.-U.)… provon qu’es un faus, farga au siècle 17. E Jan-Louis Biget d’apoundre qu’aquéu councile qu’aurié recampa quàuqui milié de gènt noun parèis en liò. Pas ges d’archivo. Pas ges de crounico di siècle 12 o 13. Pas rèn nimai dins li crounico de Rougié de Hoveden, Benezet de Petersbourg o Gervai de Canterbury, pamens à l’espèro dóu plus pichot evenimen… pèr lou plus grand proufié d’Enri II, lou rèi d’Anglo-terro e du d’Aquitàni (que relucavo la coumtat de Toulouso). Lou moumen o jamai pèr uno intervencioun d’Enri II !

À prepaus d’aquéu councile, Mounico Zerner (Universita de Nice-Sophie-Antipolis) parlo d’un faus redegi pèr un saberu dóu siècle 17, Guihèn Besse, que, catouli militant, pèr fin d’abeissa li tenènt de la Refourmacioun aurié ennegri la « glèiso albigoto », prefiguracioun de la proutestanto.
Dins l’istouriougrafìo de l’« eresìo albigoto », l’impourtant d’aquéu faus vèn de ço qu’aquéu doucumen, tout soulet, vengu dis « ereti albigot », farié lou liame entre éli e lis « ereti bogomiles » di Balkans… provo d’uno glèiso eretico éuroupenco.

À despart d’un soulet tèste, tout ço que toco à l’eresìo albigoto vèn dis archivo de la persecucioun e noun pas di dissidènt. N’en dison forço à prepaus de ço que pensavon li persecutour e pas rèn di persecuta.

Partènt de ço que i’a pas ges de doucumen religious vengu dis « ereti albigot » en foro d’un « Nouvèu Testamen » e de soun Rituau en lengo vernaculàri qu’aro s’atrobon à Lioun, Jan-Louis Biget mostro proun que l’ensèn di doucumen nous vènon rèn que di persecutour. S’agis, entre autre, di registre d’Enquisicioun o di libre fa pèr l’usage dis enquisidou. Adounc, noun avèn pas rèn aqui que « la vision des vainqueurs […]. Dans leur pratique, les clercs du Moyen Âge ne sont pas forcément conscients de manipuler les faits, car ils appréhendent l’hérésie sur un mode traditionnel, déterminé par des références religieuses et intellectuelles qui appartiennent aux fondements de leur culture. Deux traits essentiels marquent celle-ci. D’abord l’idée que le monde est fixe, immobile. Tout a été joué déjà. L’hérésie doit être regardée comme la renaissance d’une ancienne erreur depuis longtemps condamnée. »

E Jan-Louis Biget d’apoundre : ço que sabon li clergue di siècle 11 e 12 à prepaus di dissidènci religiouso de soun epoco s’ispiro di tèste di Paire de la Glèiso de l’Antiqueta tardivo (siècle 4à 6). Vaqui perqué li dissidènt soun toujour nouma manichiéu o dualisto pèr referènci i tèste de sant Agustin que s’atrobon dins li biblioutèco di mounastèri e di catedralo.

Lou soulet tèste qu’atribuïsson i dissidènt albigot es-ti vertadieramen ereti ? (cf. Gui Lobrichon, Collège de France, Universita d’Avignoun, La Bible au Moyen-Âge) ?

Gui Lobrichon se demando : quau pòu dire se lou Nouvèu Testamen en lengo vernaculàri, vengu dis « ereti albigot », aurié quaucarèn d’ereti ?

Gros especialisto de la Biblo à l’Age-Mejan, Gui Lobrichon nous esplico qu’alor, s’apielon sus la Vulgato Latino que noun reçaupra de nourmalisacioun qu’en 1592 : « Il n’y a donc pas plus de Bible hérétique que de Bible orthodoxe au Moyen-Âge ».

N’en vòu pèr provo un tros d’aquéu tant famous Nouvèu Testamen en lengo vernaculàri dóu Sud-Ouèst, estudia pèr Crestino Thouzellier. Lou « Donne-nous notre pain qui est au-dessus de toute chose », leva dóu Pater, a pas rèn d’ereti. D’istourian dóu siècle 19, qu’à l’epoco, n’en sabien pas gaire, an counclu à-n’un tèste ereti. Quouro, jusqu’au fin bout dóu siècle 13, la maje part di manuscri de l’Evangèli segound St Matiéu dison pas « Donne-nous notre pain quotidien » mai « Donne-nous notre pain qui est au-dessus de toute chose ».

À prepaus dis óurigino de l’ “eresìo albigoto” e de la Crousado dis Albigot :

Jan-Louis Biget a espepidouna tout ço que se poudié trouba dins lou relarg d’Albi : li registre d’Enquisicioun, segur, mai autambèn lis ate municipau, reiau, espiscoupau, segnourau em’enca li doucumen priva, dounacioun, testamen, countrat... tout ço que, vuei, nous permet de parla un pau dis óurigino de l’ “eresìo albigoto”.
Li resulto d’aquélis estùdi ? Es que despièi la debuto dóu siècle 12 que s’enaurè l’ecounoumìo ciéutadano, l’ “eresìo albigoto” noun touquè rèn qu’une pichoto partido de la “classo” nouvello di gros negouciant. D’àutri se i’apoundeguèron, vengu de la pichoto aristoucracìo despouderado di castra.

N’arribo à-n’uno counclusioun sèns apèu (dins dir. Glaude Gauvard, Alan de Libera & Mihcèl Zink, Dictionnaire du Moyen-Âge, art. “Albigeois” ; PUF, 2002) : « En raison de sa base sociale, la dissidence albigeoise s’avère un fait minoritaire, qui ne touche pas les masses populaires. Elle concerne une part réduite de la population, 5 % au plus - et sans doute moins encore - dans une zone qui embrasse l’Agenais et le Toulousain pour la rive droite de la Garonne, le sud du Quercy, l’Albigeois, le Lauragais, le Carcassés, le Razés et le pays de Foix. »

Alor, s’aquelo eresìo es tant minouritàri, d’ounte vèn (en foro di prougrès de la recerco di vingt darnièris annado) que lis istourian aguèsson aceta, despièi tant e tant d’annado, l’idèio qu’avié nega touto la coumtat de Toulouso ?

L’Ordre de Cîteaux (avans éu, lou de Cluny) èro vengu lou priéu de la reformo gregouriano dins Éuropo touto. Après li premiéris estapo touto evangelisto, aquelo reformo baiè à la Papauta em’à sa sequèlo de mounastèri cistercian, lou biais d’afierma la teoucracìo pountificalo. Osco-seguro, la glèiso de l’Age Mejan Naut recouneissié la primauta teourico dóu Papo, mai lis evescat, lis archevescat e li mounastèri, poudé regiounau, n’èron quàsi independènt.
L’afiermacioun de la teoucracìo pountificalo, la coustrucioun d’uno glèiso qu’ague pèr cèntre lou Papo gramaci l’espelido de la reformo gregouriano, se fai eisa dins lis estat e li principauta bèn estrutura coume li reiaume d’Anglo-terro e ducat d’Aquitàni, lou reiaume de Franço, lou d’Aragoun e la coumtat de Catalougno.

Mai aqui, i’a un “ventre mou” dins la crestianta : la coumtat de Toulouso. Pèr fin d’óuteni uno crousado que n’en fara plega lou naut clergié, li cistercian fan valé lou gros dangié qu’es l’eresìo. Es un pau, se voulès, lou coumparant de ço qu’avien enventa Bush e sa chourmo à prepaus d’armo de destrucioun massivo qu’aurié agu l’Irak pèr fin d’óuteni la guerro.

Mèfi ! Pas d’anacrounisme. Aqui, vers li cistercian, pas ges de cinisme ; pèr aquéli tenènt de la primauta pountificalo, an de lucha contro d’ereti vo d’ami d’ereti, li que luchon contro lou Papo.

Geoupoulitico de la Crousado dis Albigés :
Mai li cistercian soun pas soulet dins l’afaire. Tres gros estat, en trin de se basti, s’armon contro l’eresìo qu’empesto la coumtat de Toulouso : li dóu rèi de Franço, dóu rèi d’Anglo-terro e du d’Aquitàni, dóu rèi d’Aragoun e comte de Catalougno que countourrolo tambèn la coumtat de Prouvènço.
Pèr fin d’aluncha lou dangié, en 1177, Ramoun V de Toulouso escriéu au chapitre generau de l’Ordre de Cîteaux que se tèn au mes de setèmbre. La toco d’aquéu Ramoun ? Moustra à la vendeto di cistercian lis enemi siéu coume d’ereti. S’agis de l’ouligrachìo dóu patriciat toulousen e de si vassau, lou viscomte Trencavel que se vòu independènt.

Jan-Louis Biget noto un trousset de ço qu’escrivié Ramoun V, presentant lou viscomte d’Albi-Carcassouno, Rougié II Trencavel, coume un menaire, aparaire de l’eresìo : “les plus nobles de ma terre sont déjà atteints par le mal de l’infidélité.” e Biget de counclure : [aquelo letro] « de Raimond V constitue en fait un chef d’œuvre de “realpolitik” » e à l’adrèisso dóu rèi de Franço : « Pour réaliser cela, j’engage le seigneur roi de France à venir de votre pays [...] Quand il sera là, je lui ouvrirai les cités, je livrerai les bourgs et castra à sa discrétion ; je lui montrerai les hérétiques et partout où il en aura besoin, je l’assisterai jusqu’à l’effusion de mon sang, afin de réduire tous les ennemis du Christ. » Basto, s’agis d’un rampèu pèr fin que lou rèi de Franço levèsse uno armado.

Lou comte de Toulouso se resigno : vòu l’ajudo de Cîteaux, jogo lou rèi de Franço contro lou d’Anglo-terro emai lou d’Aragoun qu’an de poussessioun toucant la coumtat. En mai d’acò, mostro dóu dèt coume ereti, sis enemi : la grosso bourgesié toulousenco e lou viscomte Trencavel.

Lis óurigino inteleitualo e religiouso de la dissidènci albigoto :
Vengu tout dre de l’eisistènci memo de la Glèiso Latino, tres elemen s’atrobon is óurigino inteleitualo e religiouso de la dissidènci albigoto. S’agis, d’en premié, d’un dualisme propre à-n’aquelo Glèiso de l’Age-Mejan. Pèr dualisme, fau coumprene la bataio entre li puissanço dóu Bèn e li puissanço dóu Mau, entre Diéu e Satan.
I’a pièi un evangelisme, valènt-à-dire uno voulounta d’imita lou tèste dis Evangèli dins la vido-vidanto. Aquel evangelisme vèn tout pouderous emé la reformo gregouriano e s’acabo dins un « ranfort evangeli ». Enfin, i’a de mai en mai d’anticlericalisme (mèfi ! s’eisisto la causo, lou mot, éu, à-n’aquelo epoco, eisistavo pas) en paralèle au desvouloupamen, à l’afiermacioun de la reformo gregouriano, dóu noum de Gregòri lou Grand (Hildebrand, 1073-1085). Aquelo reformo s’esperloungo bèn après aquéu pountificat : coumenço emé l’istitucioun de la Pas de Diéu, tre Sivèstre II (999-1003) e countùnio à la debuto dóu siècle 12. La reformo gregouriano s’acabo dins uno afiermacioun de la teoucracìo pountificalo (poudé dóu Papo sus la terro) qu’es l’uno di causo que, dins li ciéuta, menon li catau laï à-n’un anticlericalisme radicau. Aquel anticlericalisme, aquelo dissidènci, pèr la Glèiso, es acò, l’ “eresìo”.

a) à l’óurigino dóu dualisme de l’eresìo :

Jan-Louis Biget esplico que lou dualisme de la Glèiso medievalo s’atrobo à l’óurigino dóu dualisme de la dissidènci eretico. Despièi l’Age-Mejan Naut, souvènti-cop pèr l’encauso di mounge, lou contemptus mundi, valènt-à-dire lou mesprés dóu mounde materiau marco la counsciènci crestiano. Vaqui de menaire tau lou cistercian Geoffroy d’Auxerre o lou que vendra lou Papo Innoucènt III qu’en lucho contro l’“eresìo albigoto” coumpauson de tratat coundanant li vanita terrèstro.
Lou crestian de l’Age-Mejan percéu l’Univers coume un prat-bataié que se i’acipon li puissanço dóu Bèn e dóu Mau, lis Ange e li Demoun.
Pèr éli, Diéu tout pouderous afronto Satan : la preguiero di mounge clunisen fai partido d’aquelo lucho dóu Bèn contro lou Maiu qu’ilustron li decor de l’architeituro roumano. Un eisèmple di mai couneigu : lou timpan de l’abadialo de Counco, qu’à man drecho de Crist jujant, i’a lis Elegi e à man senèstro, s’atrobon li Dana, “lou Toumple dóu Mau, l’Infèr”.

E Jan-Louis Biget de coustata : « La marge entre orthodoxie et hétérodoxie, quant à l’opposition du Bien et du Mal, s’avère donc étroite. » Pèr éu, lou dualisme de la dissidènci : « Dans une large mesure, s’avère l’héritage du christianisme “roman” ». Jòrgi Duby escrivié : « Manichéen, le christianisme du 11e siècle l’est tout entier, spontanément » (cf. Adolescence de la chrétienté médiévale)... es ansin que Biget e Duby n’arribon i mémi counclusioun.

b) Un evangelisme radicau liga à-n’uno roumpeduro soucialo :

Se n’en cresèn Jan-Louis Biget, à l’époco “gregouriano”, mant tenènt de l’evangelisme an treva Éuropo, la Crestianta Latino. N’i a forço qu’an founda de coumunauta de mounge : Roubert de la Chaise-Dieu, Brunoun, Nourbert... pamens, après 1130, coundanon lis evangelisto. Li vaqui persegui pèr li coungregacioun nouvello, entre autre, li cistercian.
La roumpeduro entre li dous mouvemen evangelisto es touto soucialo. Aquéli qu’an coungreia li coungregacioun flame-novo soun nascu dins lou meiour dóu mounde segnourau. Li que dison ereti, es de catau counsulàri vengu di ciéuta... de routurié. Aquéli d’aqui s’endrudisson, li vilo se desvouloupon, adounc, la Glèiso lucho toujour que mai contro l’evangelisme urban en foro glèiso. E la Glèiso soustèn d’acusacioun de dualisme. Biget counfiermo : « les clercs ressentent assurément leurs adversaires comme tels, car eux-mêmes se pensent comme les représentants d’une unité totalisante, céleste et terrestre, qui ne peut être soumise à discussion. »

Qu’enchau lou detai : avèn de reteni que l’evangelisme radicau amenaço autant la Glèiso coume lou mounde féudau e lou poudé aristoucrati. Au mitan meme de l’evangelisme, lou tuert es autant religious coume souciau. Basto d’arregarda ço que fan li cistercian, menaire de l’agarrido contro la dissidènci albigoto. Jòrgi Duby, lou bèu premié, avié nouta de « connivences essentielles » e de « collusions intimes » entre l’ordre de Cîteaux e l’aristoucracìo. (J. Duby, St Bernard. L’art cistercien).

D’aiours, un paralelisme eisisto entre l’espandido de l’eresìo albigoto e la dóu mouvemen cistercian. St Bernat e si fraire soustenguèron que l’evangelisme noun se pòu viéure en foro di clastro.
E parié, l’estùdi di tèste sabènt toucant l’eresìo albigoto mostro proun, pèr aquéli que nous rèston, fuguèron farga dins de mounastèri cistercian, Clairvaux, Haute-Combe, Cîteaux... pèr n’en faire d’armo vertadiero.

Souvènti-cop, es de cistercian que menon aquelo bataio contro l’eresìo albigoto : St Bernat, de segur, e après éu, Geoffroy d’Auxerre, Enri de Marcy, pièi Pèire de Castelnau, Arnaud Amalric, l’abat de Cîteaux, lou chèfe esperitau de la crousado.

c) L’anticlericalisme que meno au dualisme :

La teoucracìo pountificalo espelis emé soun clergié tout-pouderous. Espelis l’anticlericalisme. Semblarié qu’aquelo countèsto siguèsse nascudo dins la Glèiso : un partimen entre lis aversàri de la reformo gregouriano, tenènt d’uno reformo establo e de la teoucracìo pountificalo e li refourmaire radicau.

Conte, legèndo e mite à prepaus de la Crousado dis Albigés :

Ço que i’a de coumun entre tóuti li legèndo que viron à l’entour de la Crousado dis Albigot es tras-que simplas. Aquéli legèndo, coume se counèisson au siècle 20, es la resulto dóu militantisme pouliti óucitanisto. Adeja, au siècle 19, s’atrobavon de bèllis istòri que devèn à Mary-Lafon e à-n’aquéu vesiounàri farcejaire que i’an mes Napouleoun Peyrat.

Fourro-bourro, mesclant mite e legèndo, vous esplicon qu’uno civilisacioun estraourdinàri, en trin d’espeli, sarié estado escrachado pèr li Crousa, envahissèire vengu dóu Nord, qu’aquelo civilisacioun d’alor aurié tengu lou relarg de noste Miejour tau coume lou couneissèn, aro… vaqui pèr la legèndo.

À-n’aquelo d’aqui s’apound lou mite basti à l’entour de la bataio de Muret (1213) : aurié recampa li grand segnour miejournau que, souto l’empento de Pèire II d’Aragoun e dóu comte de Toulouso, aurien lucha contro li Crousa. Dins aquelo bataio, souto li bàrri de Muret, sarien mort Pèire d’Aragoun em’un moulounas di siéu : 50 000 ome (cf. wikipedia… que despièi a revisa la chifro : 10 000 !) pèr fin de sauva l’independènci miejournalo.

Fau s’engarda dóu ridicule ! Muret, es en 1213, un an avans la mai grosso di bataio dóu siècle 13 : Bouvines que li mai grands estat éuroupen n’en prenguèron sa part. Un di meiours especialisto d’aquelo epoco, lou medievalisto Jòrgi Duby, presènto li resulto de si recerco dins soun libre Le dimanche de Bouvines. Après agué acara mànti crounico countempourano de Bouvines : 2000 chivalié coumpausavon la coualicioun éuroupenco contro lou rèi de Franço, que n’avié autant de soun coustat.

À respèt di crounico dóu tèms, lis especialisto an fa si comte. La bataio de Muret recampavo 1000 chivalié dins lou camp de Pèire II d’Aragoun e dins lou camp di Crousa de Simoun de Montfort : 30 chivalié dins lou castrum en mai di 900 arriba en ranfort emé Simoun. 930 chivalié. E pas mai.

Un conte voudrié que Pèire II d’Aragoun siguèsse esta un gros aparaire di liberta miejournalo fàci lis envahissèire dóu Nord.

Pèire II d’Aragoun, rèi despièi 1196, meno de touto part uno vertadiero poulitico d’espandido territourialo. Rèi d’Aragoun e comte de Barcilouno, adeja countourrolo, gramaci soun nebout, Ramoun-Berengié V, comte de Prouvènço e 1écomte de Fourcauquié, li coumtat de Prouvènço e de Fourcauquié.

Pèr soun maridage emé Marìo, eiretiero de Guihèn VIII de Mount-Pelié, (jun de 1204) ié faut l’aprouvacioun dóu Papo… es ansin que, de-bon, mestrejara la regioun. Éu que se prouclamo « lou martèu contro l’eresìo », se fai courouna à Roumo lou 11 de nouvèmbre de 1204 pèr Innoucènt III que n’en reçaup lou sarramen de vassalage pèr soun reiaume. De Jan-Louis Biget : « Le 16 juin 1205, le Pape lui inféode le bourg de Lescure aux portes d’Albi, reconquis sur les hérétiques. »

En 1212, Pèire II d’Aragoun gagno belamen contro li musulman, en Espagno, la bataio de Las Navas de Tolosa.

Debuto de 1213, lou comte de Toulouso se counèis pèr vassau de Pèire II d’Aragoun. À l’asard Bautezar ! I’a plus que d’escoufi Simoun de Montfort que, mai au mens, countourrolo la viscoumtat de Trencavel. Coume acò, Pèire II d’Aragoun poudra, en Éuropo, se coustituï un territòri pouliti di gros : emé ço que tèn en Espagno, lou quàsi countourrole de la coumtat de Toulouso e de Mount-Pelié, e d’un biais un pau mens dirèit, lou, pèr soun nebout Ramoun-Berengié, di coumtat de Prouvènço e de Fourcauquié.

Fin finalo, la bataio de Muret noun es pas rèn que la resulto de la voulounta de supremacìo de Pèire II d’Aragoun.

L’avalimen de l’eresìo albigoto :

Ço que diren vuei, lou devèn, pèr la maje part, à Jan-Louis Biget, un di soulet cercaire qu’ague assaja de coumprene perqué s’èro avalido l’eresìo albigoto.

L’Enquisicioun aurié-ti escracha aquelo eresìo ? Jan-Louis Biget de respondre pèr uno autro questioun : « Se pouvait-il que la violence ait, sans génocide, triomphé d’une foi ? Ce serait pratiquement le seul exemple dans l’histoire. Comment se fait-il, d’ailleurs, que les partisans de la dissidence qui échappent aux poursuites se rallient ensuite à l’Église ? Ce n’est, certes, pas par la violence qui n’impose jamais une foi, celle-ci triomphe par ses vertus positives. »

I’a pas agu rèn que l’Enquisicioun pèr escafa la dissidènci albigoto : s’apren tambèn en d’àutri resoun mai impourtanto. E d’en premié, lis albigot noun èron pas gaire noumbrous (au pountificat de la dissidènci, pas mai de 5 % de la poupulacioun).

Pèr li noublihoun, mitan que pourtavo aquelo dissidènci, Jan-Louis Biget mostro dóu det la criso financiero que n’en vòu sié la mort sié lou service dóu rèi de Franço… e lou renounciamen à l’eresìo.

La grosso bourgesié di ciéuta, elo tambèn, renóuncio à l’eresìo albigoto : lis óufice dóu rèi – justiço o finanço – pourgisson de proumoucioun soucialo. N’en voulèn pèr provo un eisèmple famous, lou de Guihèn de Nogaret. Nascu à St Fèli en Lauragués, felen d’un tenènt de l’eresìo albigoto, es lou meiour di legisto-menistre de Felipe lou Bèl.

Enfin, nous fau recounèisse que, d’un poun de visto religious, lis ordre mendicant, e d’en premié, li fraire presicadou (douminican) e li fraire minour (franciscan) faguèron mirando. Praticant la paureta, espandisson uno pastouralo nouvello, miés asatado à l’enançamen ecounoumi de la soucieta que la pastouralo de l’eresìo albigoto. Es ansin que gramaci lis ordre mendicant, i’a plus ges de penitènci publico e que se desveloupo la counfessioun auriculàri.

En mai d’acò, li gros bourgés podon intra dins lis ordre mendicant que li tradiciounau noun recebon que lis aristoucrato.

E Jan-Louis Biget de coustata : « c’est la pastorale des Mendiants qui, en Languedoc, a vaincu l’albigéisme et rétabli la paix spirituelle. »

COUNCLUSIOUN

Fin finalo, n’en revenèn à la debuto, quouro evoucavian lou liame téune qu’eisisto entre Prouvènço e l’eresìo albigoto, la Crousado dis Albigot. Emai Prouvènço siegue pas esta toucado pèr l’eresìo albigoto, d’ùni, au siècle 20, an assaja de la liga à-n’aquelo mitoulougìo en s’apielant sus ço qu’escriguè Frederi Mistral.

Au tout debut de Calendau, pareigu en 1867, e dins sa noto 5, Mistral evoco la Crousado dis Albigot mai ço que se n’en sabié à l’epoco èro pas grand causo (Mistral couneissié ni li microbe nimai la boumbo atoumico !) L’Istòri vendra sciènci qu’au fin bout dóu siècle 19.

Adounc, ço que poudié saupre Frederi Mistral de la Crousado dis Albigot, en 1867, tenié à pas grand causo. E sièr pas de rèn de liga Prouvènço à la mitoulougìo albigoto.

Vuei, nosto coumunicacioun permet de trespassa l’istòri dis « hérétiques albigeois » e la d’aquelo Crousado pèr n’en leva uno leiçoun autro. Aquelo leiçoun, la devèn à Gui Lobrichon (Inventer l’hérésie) : « La lecture littérale est le pire des mirages pour l’historien : lire un document du Moyen Âge au premier degré, qu’il appartienne aux espaces de l’imaginaire ou à ceux du normatif, qu’il soit littéraire, scientifique, théologique, juridique, c’est endosser le bonnet du positivisme leplus sot. »

Oudilo Delmas

1 Albigot : hérétique albigeois