Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Maurise Marechal (1934-2014)

Maurise Marechal (1934-2014)

D 14 janvier 2015     H 14:11     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

L’annado 2014 que vèn de s’acaba fuguè une vertadiero daiarello. Au moumen qu’èro à mand de feni, nous a mai pounchouna l’un di persounage majour de nosto culturo, lou grand tambourinaire Maurise Maréchal, que defuntè lou 18 de desèmbre passa.

Aquel ome de trìo nasquè à Marsiho lou 17 de nouvèmbre 1934, e venié d’agué vuetanto an. Sa famiho èro tipico de l’evoulucioun soucialo que couneiguèron un moulounas de gènt, en Prouvènço, dins la proumiero partido dóu siècle XXen. Soun paire, Pau, èro proufessour de fisico chimìo au licèu Thiers de Marsiho. Venié d’Embrun, ounte restavon li siéu - de mèstre d’escolo…-, après qu’aguèsson deja davala de Savoio. Sa maire, nascudo Giloux, avié fa tambèn d’estùdi qualitous - causo raro, à l’epoco, pèr uno fumo... Èro la chato unenco d’un boulangié, que sa famiho avié planta caviho, despèi lou tèms de Napouleoun III, au 55 Balouard de la Madaleno - atuau Balouard de la Liberacioun, que part, en aut de la Canebiero, à coustat de la glèiso di Refourma. Mai li Giloux tiravon de Mourmeiroun, vilajoun qu’es acata, dins la Coumtat, contro lou Ventour. Ié gardèron forço tèms lou vièi oustau de famiho, ounte li Maréchal anavon passa si vacanço. Es aqui que lou jouine Maurise s’embuguè de culturo nostro. Parlavo voulountié dóu Mourmeiroun qu’avié couneigu, e qu’èro, alor, un terraire rurau qu’avié pancaro viscu li gràndi boulegadisso dóu « Prougrès ». N’en fuguè quasimen uno encicloupedìo, poupulàri e vivènto. Countavo voulountié si souveni d’eilabas - ié veguè encaro un charivarin dins lis annado 1946 ! Apoundren que li gènt de Maurise Maréchal avien pas jamai renega si racino prouvençalo. Pau Maréchal avié uno tras que bello biblioutèco clafido de libre prouvençau, que fuguè forço preciouso au jouine Maurise - éu tambèn fiéu unique -, pèr que s’aprouvençaliguèsse…

Pèr n’en reveni à Marsiho, se capito que l’oustau de si gènt tenguè ‘no grando plaço dins la voucacioun musicalo de Maurise Maréchal. Es qu’èro vesin d’un di mai grand tambourinaire marsihés de la debuto dóu siècle vinten, Alèssi Mouren (1873-1950). Pèr courouna lou tout, Maurise èro lou meiour ami dóu felen de Mouren, Girard Cast, que devendra pièi un grand proufessour de Dre à l’universita de-z-Ais. Se prouvençalejè sèmpre, es un pau d’asard que noste jouvenome se metiguè au tambourin. Se capito qu’un jour, fuguè sousprés pèr un ensignaire en trin de parla prouvençau, dins un courredou dóu Licèu Thiers. Aquéu proufessour - d’italian -, ié disien Carle Castaing. Èro tambèn tambourinaire dins lou group marsihés La Couqueto. Noun soulamen Moussu Castaing baiè pas ges de punicioun au jouine Maréchal, mai l’encourajè e ié counseiè de rintra à La Couqueto, ço qu’aquéu faguè. Coume soun li causo ! Sènso aquéu rescontre - coume lou mounde raport au nas de Cleoupatro ! -, tant se pourrié que l’istòri de nòstis estrumen fuguèsse pas estado pariero !

Maréchal fuguè, pèr lou siècle XXen, coume lou Sestian Francés Vidau cènt an aperavans

A La Couqueto, adounc, Maréchal se metiguè à tambourineja. E soun proufessour fuguè un autre flame musician, Nourat Jouven. Aquéu flahutaire emai tambouriraire avié jouga, forço jouine, dins tout lou terraire marsihés, coume un musician quasimen proufessiounau. Fasié de trin, de balèti… Aqui, l’escoulan tambourinaire fuguè à bono escolo. Après la mort d’Alèssi Mouren, sa famiho leissè à Maréchal tóuti li couleicioun dóu vièi tambourinaire : de casernet manuscri, d’estrumen, d’archiéu, de particioun. Tout lou patrimòni dóu tambourin. Un tresor vertadié, que li doucumen li mai ancian venien dóu siècle XVIIIen. Es ansin que dóumaci sa fourmacioun e sis archiéu, Maréchal devenguè un pau coume un pont entre dos generacioun de tambourinaire, au moumen que la majo part d’aquéli èron de pichot musician amatour, que fasien soulamen dansa li group fóuclouri tout en canardejant. Un pau après, quitè La Couqueto pèr ana faire partido dóu Roudelet Felibren de Castèu-Goumbert. N’en sara l’un dis animatour, en coumpagno dóu regreta Daniel Audry. Tóuti dous - l’un pèr la musico, l’autre pèr la danso -, n’en faguèron l’un di meiour group fóuclouri de Prouvènço, emai un moudèle vertadié pèr tóuti lis autre. Pèr èstre coumplèt, apoundren que Maurise Maréchal faguè d’èstùdi d’anglés, e que devenguè pièi proufessour, quasimen touto sa vido proufessiounalo, à Marsiho.

Que que n’en siegue, Maréchal fuguè, pèr lou siècle XXen, coume lou Sestian Francés Vidau cènt an aperavans, l’autour d’uno segoundo reneissènço. Tre 1957, faguè parèisse un article dins la revisto Folklore de France que tubè, e que n’en escalustrè mai que d’un. Ié critiquè la manco de nivèu di tambourinaire qu’alor, lou mai souvènt, jougavon. Vaqui un escapouloun de ço que i’escriguè  : «  Ce n’est pas du tambourin « instrument de musique provençal  » dont nous voulons parler […], mais du  tambourin  «  instrument de musique tout court  » […]. En effet, il nous semble bien qu’en dépit des apparences, l’avenir de nos instruments soit menacé, et si ceux qui nous ont précédés pouvaient revenir sur cette terre, ils feraient cette constatation réconfortante et décourageante tout à la fois  : il n’y a jamais eu, en Provence, autant de tambourinaires, ni si mauvais ! Ils assisteraient avec stupeur à des défilés où figurent, il est vrai, une vingtaine de « musiciens », mais qui ne jouent, en tout et pour tout, qu’une marche ou deux, et ceci pendant des heures s’exposant aux remarques ironiques et justifiées d’un public souvent plus avertis qu’eux-mêmes. […] C’est ainsi que le ménétrier provençal, en toute bonne foi, a cessé d’être « de son temps » pour devenir un embaumeur de momies…  ».

Creacioun di Musiciens de Provence e de L’Acadèmi dóu Tambourin

Aquel article fuguè la debuto d’uno revoulucioun vertadiero. Emé soun grand ami Maurise Guis, que couneiguè à La Couqueto, Maurise Maréchal fuguè l’animatour d’un mouvemen que  veguè  l’ourganisacioun d’eisamen, d’estage, la publicacioun d’uno metodo emai de particioun… Es tout lou pichot mounde dóu tambourin que couneissèn à l’ouro d’aro que tiro dóu travai grandaras que faguèron Maurise Maréchal e Maurise Guis. Es pièi mestié d’evouca la creacioun di Musiciens de Provence e de L’Acadèmi dóu Tambourin… Li recerco facho dins li particioun, pèr recoubra lou repertòri dis ancian tambourinaire. Soun endrudimen pèr de musico mouderno. Es que pèr courouna lou tout, Maréchal èro tambèn un coumpousitour em’un meloudisto requist. Faguè un moulounas de poulit moussèu que jogon, aro, tóuti li tambourinaire de Prouvènço. Acò ‘s d’autant mai amirable que noste ome faguè jamai d’estùdi musicau, e que coumpausè sis èr naturalamen, tant coume se fuguèsse sourti d’un counservatòri. Un pau coume un aucèu que canto, sènso que i’aguèsson jamai après. Faudrié tambèn evouca lou carretié, que couleiciounavo li coulas e lis arnescamen. L’ome que patinavo un marsihés grana qu’es pas de dire. E pièi parla de l’ami fidèu em’abelan, sèmpre lèst pèr baia de counsèu, pourgi de musico, de doucumen, de galoubet, de masseto, emai meme, de tambourin à si jouìni coumpan, em’uno generousita sènso fin…

Adounc, Maurise Maréchal nous a quita. Coume se dis di vièi sage d’Africo, emé sa mort, es de-bon uno biblioutèco qu’a brula pèr toujour. Mai pèr sèmpre, aquel ome grana restara viéu dins lou cor d’aquéli que l’amirèron, e que l’amèron. Pèr toujour, se dira « Maréchal » coume se dis « Châteauminois », « Carbounèu », « Arnaud », « Vidau », « Couvo », « Mouren » o « Sicard »… E pèr sèmpre, sis èr galant barrularan dins touto la Prouvènço, jouga pèr de tambourinaire que soun tóuti, un pau, coume sis enfant…

JPEG - 1.9 Mo
Maurice Maréchal au Forum des Associations Provençales en 2014