Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

Me Dison Prouvènço N°68 - Edito

D 20 juillet 2020     H 16:15     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Editouriau

Après aquel episòdi proumieren d’un virus vengu de Chino que se prèn, nous vaqui revengu à nosto vido vidanto, libro e nourmalo. Mai tout eiçò es-ti fini de-bon ? N’en siéu pas tant segur qu’acò. Sènso n’en dire forço mai, aquelo amenistracioun centralisado, qu’espincho tout, que s’engavacho de tout, qu’es mai forto pèr acampa un moulounas de pretendu « saberu », que de baia au pople de masco, de blodo, d’eisamen e de gènt pèr s’encarga di malaut, a pas di soun darrié mot. Subre-tout ’mé la coumpliceta de quàuqui labouratòri internaciounau à l’agachoun davans li dardèno que la bourso pourrié ié faire gagna tin-tin...
Basto. Veiren bèn. Mai fau resista davans tóuti aquéli virus que nous secuton. Fau crèire en un aveni mai siau. Un aveni que li lengo regionalo, li regioun de noste païs saran enfin recouneigudo, e que deman, li gènt que fan avanca d’un bon biais lou trin de la Franço fugon enfin escouta.

Mai pèr aro, mis ami, ié sian ! Lou 24 d’óutobre que vèn, l’Óusservatòri sara plus « l’Arlatenco », mai uno vertadiero realita. Aquelo inaguracioun marcara pèr sèmpre l’istòri de Prouvènço. Un Couleitiéu, qu’aguère l’ounour de crea e de beileja pendènt un bon vintenau d’an, a pouscu davera quauco-rèn que se pourra plus countesta, e nimai nega, dóumaci soun gàubi e sa voulounta, riboun ribagno, de capita. Alor que tant d’autre se coungoustèron de bèlli fraso e que, noun soulamen restèron en foro de noste proujèt, mai faguèron meme tripet pèr qu’aquéu s’emplastrèsse…
Qu’enchau tout acò ? I’a que la resulto que comto. Aquelo, es bèn aqui ! Tout ço que faguè lou Couleitiéu Prouvènço s’encapè forço bèn ; de gràndi manifestacioun paficico pèr la recouneissènço dóu prouvençau coume lengo de Franço, de festenau de culturo variado, de forum, lis edicioun, la charto « O pèr la lengo e la culturo prouvençalo », etc.
Emé la chourmo atravalido de nòstis ami benevole travaiant bountousamen, em’un Counsèu scientifi grandamen representatiéu de la lengo e de la culturo prouvençalo, emé lou Counsèu d’amenistracioun. E pièi, emé nòstis emplega, Alicia, Marioun ee Cristòu, anen ! aplanaren li mountagno.

Pamens, i’aura mai de batèsto que nous faudra gagna pèr resta fidèu au prefa que se sian douna. L’aparamen de noste biais de viéure e de nósti tradicioun. De regioun mai decentralisado. De lengo regiounalo autentico e noun mesclado en uno meno « d’aiòli » óucitan e uno Grando Óucitanío artificialo. Tè, d’aiours, raport à-n-aquéu sujèt, nautre avèn refusa que lou Couleitiéu Prouvènço fuguèsse empega souto la bandiero « ÓUCITANÌO » coume d’àutris aparaire de la lengo d’o/óucitan lou faguèron, raport à la revendicacioun naciounalo pèr la reformo dóu bacheleirat.
I’aura tambèn, e subre-tout, lou proublèmo de la subre-vivènço financiero de noste Óusservatòri. Pèr mena tout eiçò, lou Couleitiéu Prouvènço fara tout ço que fau davans lou grand publi, lis elegi, emé tóuti li biais poussible : acampado, publicacioun, manifestacioun de touto meno…
Em’aquel Óusservatòri, me permetrés d’espera que deman boufara un bon vènt de liberta e de traternita sus aqueste terraire. En un mot, uno prouvençalita reviéudado !
Pèr que pousquessian nous retrouba à l’entour de tout ço que nous es car : la lengo e la culturo prouvençalo, e souto l’aflat de noste grand Frederi Mistral, sènso óublida tóuti lis autre, mai o mens couneigu, qu’ilustrèron nosto culturo e noste parla.

Que la decentralisatcioun nous doune la poussibleta de chausi la lengo nostro que voulèn parla. Aquelo de noste terraire emé si biais particulié ; lou niçart, lou gavot, li prouvençau maritime o roudamen.
Em’aquelo decentralisacioun, que l’Educacioun naciounalo digue de o à la creacioun de poste d’ensignaire de prouvençau. Dise bèn de « prouvençau », sènso emplega lou faus titre d’esbroufe « d’occitan langue d’oc ».
Pèr ço qu’es de nautre, diren jamai sebo ! Countunuren noste camin devers li jouine. Pèr faire qu’aquelo identita em’aquelo culturo, deman fugue uno priourita dins aqueste territòri.
Ié sian ! Longo mai Prouvènço !

Jan-Pèire Richard

Edito

Après ce premier épisode d’un virus contagieux venu de Chine, nous voilà revenus presque à la normalité d’une vie de liberté. Mais est-ce que cela est définitif ? J’en doute. Et sans rentrer dans le détail, cette administration centralisée, profiteuse et tatillonne, plus à même de fournir une quantité impressionnante de pseudo experts à la place de masques, de blouses, de tests et de soignants, n’a pas dit son dernier mot. Surtout avec la complicité de quelques labos internationaux à l’affut de l’évolution des actions en bourse…

Nous verrons bien. Mais il faut résister à tous ces virus qui nous guettent. Espérons en un avenir plus serein. Un avenir où les langues régionales, les régions de notre beau pays seront enfin reconnues, et que demain on écoute ceux qui, proches du terrain, font avancer « la machine France » dans le bon sens.

Mes amis, nous y sommes ! Le 24 octobre prochain, l’Observatoire ne sera plus « l’Arlésienne », mais bien une réalité. Cette inauguration marquera pour toujours l’histoire de la Provence. Un Collectif, que j’ai eu l’honneur de créer et de diriger pendant vingt ans, a obtenu ce résultat incontestable et incontournable par la démonstration de son savoir-faire. Par une volonté de tous les instants, alors que d’autres se gargarisaient de belles phrases, et non seulement restaient à l’écart de ce projet, mais ont tout fait pour le faire capoter…
Peu importe. Seul le résultat compte et le résultat est bien là. Toutes les initiatives du Collectif Prouvènço ont fait mouche : grandes manifestations pacifiques pour la reconnaissance du provençal comme langue de France, festivals polyculturels, forums, édition, charte « O pèr la lengo e la culturo prouvençalo », etc.
Avec l’ensemble des bénévoles participants, avec un Conseil scientifique largement représentatif de la langue et de la culture provençales, avec le Conseil d’administration, et avec nos employés, Alicia, Marion et Christophe, nous allons renverser des montagnes.

Il y aura encore d’autres batailles à mener, afin de rester fidèle aux objectifs que nous nous sommes donnés. La préservation de notre art de vivre et de nos traditions. Des régions plus décentralisées. Des langues régionales authentiques et non amalgamées dans un « melting-pot » occitan et une Grande Occitanie. Tiens, d’ailleurs ! à ce sujet, nous avons refusé que le Collectif Prouvènço apparaisse sous la bannière « OCCITANIE » comme l’ont fait d’autres défenseurs de la langue d’oc/occitan, à propos d’une revendication nationale pour la réforme du bac.
Il y aura aussi, et surtout, la pérennisation financière de notre Observatoire. Pour mener à bien ce projet, le Collectif Provence ne ménagera pas ses efforts pour sensibiliser le grand public et les élus par tous les moyens possibles : réunions, publications, manifestations...
Avec cet Observatoire, permettez-moi d’espérer que demain soufflera un vent de liberté et de fraternité sur ce territoire… Et que nous verrons un regain de « provençalité » !...
Que nous nous retrouvions autour de ce qui nous est cher : la langue et la culture provençales avec notre grand Frédéric Mistral, ainsi que tous les autres, connus et inconnus, qui ont illustré notre culture et notre langue.

Que la décentralisation nous permette de choisir la lengo nostro. Celle de ce territoire avec ses variantes, le nissard, le gavot et le provençal, qu’il soit rhodanien ou maritime.
Grâce à cette décentralisation, que l’Education nationale consente à créer des postes d’enseignants de provençal. Je dis bien de « provençal », et non pas sous le faux titre redondant « d’occitan langue d’oc ».
Pour ce qui nous concerne, nous ne lâcherons rien. Nous continuerons notre chemin vers la jeunesse. Pour faire que cette identité et cette culture, demain, soient une priorité au sein de ce territoire.
Nous y sommes ! Provence, en avant !

Jean-Pierre Richard