Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

Mèfi ! Prouvènço reguigno !

D 28 mai 2015     H 14:03     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Dimenche 19 d’abriéu, la manifestacioun que s’es debanado à Sant-Roumié de Prouvènço pèr l’aparamen de l’Encierro à l’Eiraguenco e de la Bourgino a recampa forço mounde. Mai de 5 000 persouno éron presènto en cridant « Mèfi ! » un mot que lou Couleitiéu a fa siéu despièi la grando manifestacioun d’Arle en 2007. Passo-carriero pacifi e bravas. Sus la plaço principalo li dicho dis un e dis autre an denouncia lis intervencioun d’en-deforo pèr faire enebi nòsti tradicioun taurino. Aquesto Éuropo, qu’à soun dire voudrié nous entiera vers uno culturo anglò-seissouno e nous impausa li coustumo de l’Éuropo de l’uba. La countèsto que soustène e que lou Couleitiéu fai trachi de pèr nòsti forum e de nòstis entre-messo mediatico porton fru e lis elegi se fan entèndre.

Sus aquest sujèt, Mandy Graillon, Rèino dóu Païs d’ Arle mando lou le enca mai liuen. A lou fege de parla de terradou e d’identita e sa dicho pico mounte fau e fuguè visto mai de 40 000 cop sus internet. Aqueste biais de vèire li causo, es segur lou nostre. Alargissen la countèsto e precisen li counfront. Siéu d’à-founs éuroupen, mai aquesto Éuropo me vèn en òdi. Es aquelo di dardèno e d’un sistèmo apoudera pèr uno amenistracioun sènso patrìo, e de coumessàri que nous menon tout dre contro la muraio emé si direitivo, si prouceduro e si eisigènci que soun pèr la majo-part aluenchado en plen dóu terren.

L’Éuropo de Brussello, la di teinocrate vòu de gràndi regioun ; fasèn courbeto, e noste gouvèr reformo li regioun qu’an plus rèn d’istouri. Vòu que i’ague mens de coumuno e se fabricon li coumunauta de coumuno, pièi d’agloumeracioun, pièi li metroupòli. Tout acò en fasènt crèisse majamen lou noumbre di founciounàri territouriau.

Dins uno pountannado que se fai lou demeni d’àutri founciounàri, dins lou mitan ouspitalié em’un manco de mège generalisto e d’urgènci tresanado en plen… De poustié que déuran bèn-lèu s’endeveni mounitour d’autò-escolo.

Uno urbanisacioun pensado pèr nòsti catau emé lou plan loucau d’urbanisme aparia aro d’uno lèi de dono Duflot, la lèi ALUR (Acès au Loujamen e à-n-un Urbanisme Renouva) qu’entre autre prevèis l’aument, es à dire lou crèis di poupulacioun dins li relarg urbanisa. Dóu tèms que se lagnan sus lou deperimen di relarg rurau, sus lis ermas e àutri séuvo noun esplechado.

Darrié poun que me fau denouncia : nosto republico demoucratico coungreio mai que mai de pichot segnour vengu tout dre de l’amenistracioun centralo o bèn d’elegi loucau e terradouren que s’endevènon tout pouderous e aduson de despènso faraounenco pèr de proujèt mau-segur ounte l’argènt publi rajo drud. Eisèmple tout fres, mai n’i a tóuti li jour : Agnès Saal, presidènto de l’Istitut Naciounau de l’Audiò-Visuau (INA) a fatura pèr 40 000 éurò de noto de tàssi en 10 mes. Veiren çai-souto li prepaus dóu felen de Marcèu Pagnol toucant « Marseille-Provence », capitalo éuropenco de la Culturo. Enterin que nòstis assouciacioun de culturo prouvençalo fan « li mendicant », d’àutri regioun bèn « óucitano » coume dison an 550 000 € pèr lis « estivadas » de Roudès, 260 000 € pèr « l’Ostal de Tolosa »… o encaro l’« Ofis Breizh » de la lengo bretouno, si 23 emplega e 1,3 milioun d’éurò de buget.

Alor, vai soulet que se voulèn subre-viéure, nous fau countunia la batèsto pèr manteni nòsti tradicioun, que siegon li culturo taurino o tóuti lis autro dins nosto bello Prouvènço. Acò es necite, mai es pas proun, es vengu lou tèms de faire boulega li causo dins noste terradou. Chanja lou noum de PACA, perqué pas pèr Païs de Prouvènço, alesti de coumessioun especifico « lengo e culturo prouvençalo » dins li nouvèu Counsèu Despartamentau e futur Counsèu Regiounau que déuran teni comte de la manifestacioun dóu 24 d’óutobre en Arle. Pèr acò, fai mestié de se teni sarra, ensèn. Es la resoun perqué prepause l’espelido d’uno coourdinacioun d’assouciacioun e de decidaire pèr un terradou que respetara sis estajan. Un terradou que tendra comte de soun istòri, de si coustumo e de sa lengo sènso la mescla dins sabe pas quete paraulage lengadoucian o d’aiours. Aro l’Alianço Éuroupenco di Lengo Regiounalo es creado. N’en siéu, emé lou Couleitiéu, l’estigadou. Anan ansin faire clanti la voues d’aquéli qu’eisiston pas à l’avejaire de l’Éuropo e de-pèr-ansin à l’avejaire di Nacioun.

Alor, ensèn, alestissen lou 24 d’óutobre perfin que la justiço, fin finalo, fague l’empèri ; mande un rampèu à la fraternita prouvençalo.

***

Dimanche 19 avril la manifestation qui s’est déroulée à Saint-Rémy-de-Provence pour la défense de l’Encierro à l’Eyraguaise, la Bourgino, a connu un grand succès de participation. Plus de 5 000 personnes se sont rassemblées au cri de « Mèfi », terme que le Collectif a mis en avant depuis la grande manifestation d’Arles en 2007. Défilé pacifique et bon enfant. Puis, sur la place principale, les discours des uns et des autres ont dénoncé les interventions extérieures visant à faire interdire nos traditions taurines. Cette Europe qui prétend nous aligner sur une culture anglo saxonne et nous imposer les us d’une Europe du Nord. Le débat que je porte et que le collectif développe au travers de nos forums, de nos interventions médiatiques, prend corps et les élus donnent de la voix. Sur ce sujet, Mandy Graillon, Reine du Pays d’Arles, va plus loin encore en osant parler de territoire et d’identité. Son discours a fait mouche ! Il a été visionné près de 40 000 fois sur internet. Cette façon de voir les choses est bien entendu la nôtre.

Élargissons le débat et précisons- en les tenants et les aboutissants. Je suis profondément européen, mais cette Europe-là ne me convient pas ! C’est celle du fric et d’un système aux mains d’une administration apatride et des commissaires qui nous conduisent droit dans le mur, par des directives, des procédures et exigences qui sont pour la plupart totalement éloignées de la réalité du terrain.

L’Europe de Bruxelles, celle des technocrates, veut de grandes régions. On s’exécute et notre gouvernement réforme les régions qui n’ont plus aucun sens historique. Elle veut moins de communes, on invente les communautés de communes, puis d’agglos, puis les métropoles, tout cela en augmentant de façon considérable les fonctionnaires territoriaux…Dans un moment où l’on réduit d’autres fonctionnaires, dans le milieu hospitalier, avec une médecine et des généralistes qui manquent à l’appel, des urgences complétement dépassées… Les postiers qui devront prochainement devenir des instructeurs d’auto-école…

Une urbanisation pensée par nos élites avec le plan local d’urbanisme assorti maintenant d’une loi de Madame Duflot la loi ALUR (Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové) qui entre autres prévoit la densification c’est-à-dire l’augmentation des populations dans les zones urbanisées. Pendant ce temps on se lamente sur la désertification des zones rurales, sur les friches et autres forêts inexploitées.

Dernier point qu’il me faut dénoncer : notre république démocratique crée de plus en plus de petits seigneurs issus de l’administration centrale ou des élus locaux, territoriaux qui deviennent tout puissants et conduisent à des dépenses pharaoniques pour des projets plus que douteux où l’argent public coule à flot. Exemple récent, mais il y en a tous les jours, Agnès Saal, Présidente de l’Institut National de l’Audiovisuel, INA, a facturé pour 40 000€ de notes de taxi en 10 mois. Nous verrons plus loin les explications du petit fils de Marcel Pagnol à propos de Marseille-Provence capitale européenne de la culture. Tandis que nos associations de culture provençale font « la manche », d’autres régions bien « occitanes » comme ils disent, obtiennent 550 000€ pour les estivadas de Rodez, 260 000€ pour l’Ostal de Tolosa…En Bretagne, l’Ofis Breizh de la langue a 23 salariés et 1.3 million d’euros de budget…

Alors tout naturellement si nous voulons subsister il faudra continuer la bataille pour le maintien de nos traditions, que ce soit les cultures taurines ou bien toutes les autres dans notre belle Provence. Cela est nécessaire mais pas suffisant, il est temps de faire bouger les choses dans notre territoire. Changer le nom de PACA, pourquoi pas, par Pays de Provence, créer des commissions spécifiques « langue et culture provençales » dans les nouveaux Conseils Départementaux et futur Conseil Régional qui devront tenir compte de la manifestation du 24 octobre à Arles. Pour cela il faut s’unir ! C’est la raison pour laquelle je propose la création d’une coordination d’associations et de décideurs pour un territoire qui respectera ses habitants. Un territoire qui prendra en compte son histoire, ses coutumes et sa langue sans l’amalgamer dans je ne sais quel verbiage languedocien ou venu d’ailleurs. L’alliance Européenne des Langues Régionales est maintenant créée. J’en suis, avec le Collectif, l’instigateur. Nous allons ainsi faire entendre la voix de ceux qui n’ont pas d’existence aux yeux de l’Europe et par conséquent aux yeux des Nations.

Alors ensemble préparons le 24 octobre pour qu’enfin la justice triomphe. J’en appelle à la fraternité provençale.


Jean-Pierre Richard,
Président du Collectif Prouvènço

JPEG - 356 ko
2015 - Gardaren Prouvènço web 7