Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Ça bouge en Provence » Mise à mort de l’enseignement des langues régionales ?

Mise à mort de l’enseignement des langues régionales ?

⚠️ Communiqué de presse du Collectif Prouvènço du 22 mars 2021 ⚠️

D 22 mars 2021     H 15:08     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

La situation de l’enseignement des langues régionales n’est pas brillante. Les réformes successives de l’Education nationale viennent lui porter un coup de grâce. Les professeurs de provençal doivent-ils songer à une reconversion ⁉️

🟡 Une lettre d’un enseignant de provençal exerçant dans le département des Bouches du Rhône a été adressée au Collectif Prouvènço, association qui vient de créer l’Observatoire de la langue et de la culture provençales.

Extraits : « Voici un point sur l’état de l’enseignement dans l’académie au moment où se prépare la rentrée et l’affectation des heures dédiées au provençal dans les DGH (Dotation Horaire Globale) des établissements :

  • De manière globale, à la rentrée 2021, les chefs d’établissement ne maintiennent les heures que si un seuil de 10 élèves est atteint. En-deçà, il est indiqué que l’ouverture du cours ne sera pas maintenue.
  • Dégradation très importante des heures affectées à l’enseignement : à Cézanne (Aix) et Jean Monnet (Vitrolles), le quota d’heures passe de 12 h à 4 h. Il est annoncé au professeur qu’en 2022 il n’y aura plus l’enseignement. Mais cette situation est constatée dans tous les établissements où, à mots couverts ou de manière explicite, les heures sont restreintes
  • Les élèves qui prennent l’option en 2nd peuvent l’arrêter à tout moment (en 1ère ou en Tle) ce qui entraîne une instabilité permanente des enseignements, une fluctuation imprévisible d’une année sur l’autre.
  • Aucune politique de valorisation de la langue et de la culture : les coefficients alloués à la matière sont insignifiants (1/120) et totalement démotivants pour les élèves qui suivent cette option à raison de 2 h / semaine
  • Aucun moyen donné pour sa promotion
  • Plus profondément, les enseignants se demandent quel sera leur sort s’ils n’enseignent plus la langue. Quelle affectation ? Pas de réponse. »

🟡 Nous constatons une volonté politique délibérée de tuer l’enseignement des langues régionales, et en l’occurrence le provençal, le gavot et le nissart, langues du territoire de la Région Provence-Alpes-Côtes d’Azur. Constat dramatique pour nos langues régionales et pour les enseignants. En fait il s’agit du résultat des réformes successives concernant les langues régionales, ceci depuis une quinzaine d’années.

Alerté sur ce risque, Jean-Pierre Richard, Président du Collectif Prouvènço et Président de l’Observatoire de la langue et de la culture provençales, par ailleurs membre du Conseil Académique des Langues Régionales, a adressé une lettre au Président de la Région, Renaud Muselier, pour lui présenter cette situation catastrophique, avec ces propositions :

🔺 le Collectif Prouvènço demande la suppression de l’appellation « langue d’oc occitan ». Cette appellation sera remplacée par : « les langues régionales de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, soit le provençal, le gavot et le nissart », langues reconnues par l’Assemblée régionale lors d’un vote unanime en date du 24 juin 2016.

🔺 le Collectif Prouvènço demande une extension de la loi NOTRe (article 104) qui donnerait aux Collectivités territoriales, placées sous la haute autorité de la Région, le droit du choix des langues régionales enseignées sur son territoire et la compétence de l’enseignement de ces langues régionales, en concertation avec l’Education nationale et les associations qualifiées, représentatives en la matière. (Pour ce faire on peut se référer à l’article L312-10 et à l’article L231-1 du Code de l’Education.)

🗣 « Si nous ne disons rien, si nous ne faisons rien, il n’y aura plus demain un seul enseignant de langues régionales dans ce pays, il n’y aura plus un seul élève pour apprendre nos langues qui, comme le précise la Constitution, appartiennent au patrimoine de notre pays. » met en garde Jean-Pierre Richard.

🗣 Et de conclure : « Le provençal n’est pas du « baragouinage ». Le provençal est la langue du seul Prix Nobel de littérature en langue régionale, Frédéric Mistral. Le provençal est la langue des Provençaux et cependant elle n’est toujours pas reconnue comme langue de France… »

Les médias relaient l’information >>>http://www.collectifprovence.com/Enseignement-des-langues-regionales-La-presse-et-la-radio-relaient-l


La presse relaie l’information : http://www.collectifprovence.com/Enseignement-des-langues-regionales-La-presse-et-la-radio-relaient-l