Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°33 - Me Dison Prouvènço

D 8 novembre 2012     H 09:56     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

N°33 – Octobre 2011 56 pages

Les titres :

• Les produits
• Édito par Jean-Pierre Richard
• Les Brèves
• Festival des Fontaines les 2/3/4/09/2011 à Grans – Compte rendu
• Les cours de langue provençale
• Antenne d’Ouest-Provence
o Terre de Provence agenda 2011-2012
o Fête des Bergers d’istres 2011
o Avec 100 % Mag, M6 et Estelle Denis donnent la parole à la Provence
• Antenne de Marseille – Nouvello de mar…
• Concours – Affichez les couleurs de Provence
• Bulletin de soutien
• Antenne d’Arles
o Le retour des joutes à Arles
o Après-midi provençal
• Antenne 06
o Acadèmi Prouvençalo de Mandelieu
o Festenau dóu libre de « Mouans-Sartoux-en-Occitania »
o Dono Eva Joly candidato dis ecoulougisto i presidencialo venguè à Mouans-Sartoux faire campagno
• Antenne 84
o La majo fèsto di 30 an de la Chourmo dis Afouga
o Gros succès pour le 16e concours de labour à l’ancienne des Prouvençau de Cavaillon
o Cafè prouvençau à Caroumb
o Les Chants d’Amours de Mireille à l’Opéra-Théâtre d’Avignon
• Antenne 30 – Esteban Martorell
• Antenne 83 – Couloubriero festejo la Castagno
• Antenne du Piémont – Coumboscuro : lou « katmandou prouvençau »
• Pluralité des langues régionales
o « L’unitat de la lenga d’òc » : Les armes pour la construction d’une Grande Occitanie
o Lou CAPES « d’occitan langue d’oc » : un escandale de mai…
• Chronique Catalane – La Diada, fête nationale de la Catalogne
• Chronique musicale - Adrian L egros, Uno « Star » … e un prouvençau de la bono
• Les Us & Coutumes – Les Pimprenelles
• Mot Crousa e libre avejaire
• Chronique Nature
o Caminado dins lis Aupiho
o Le Lézard Ocellé : espèce protégée
• Chronique littéraire - Jan-Calendau Vianés festeja à Mouriés
• Revue de presse du Festival des Fontaines
• Les livres
• La Vigno : Tristo, Gaio, Sereno… (Extrait du premier prix de poésie provençale à la journée du livre de Sablet en 2011 décerné à R. Aprin)
• Les bonnes tables – l’auberge de Cheval-Blanc
• Li biòu
o Sànti-Marìo-de-la-Mar XXXIXenco Courso de Tau Marcèu-Mailhan
o La bouvino e la lengo
• Adhésion et abonnement
• Li mounto-davalo
• Nous an quita
o Jan-Pau Clebert
o jacqueline Mineo
• Pub : Arbre habitat

JPEG - 525.1 ko
MDP 33


L’Edito par Jean-Pierre Richard, Président

Pèr un cop, dins aquel editouriau, amariéu d’evouca pèr vous de causo ligado à l’ecounoumìo, i marcat em’à la moundialisacioun…
L’Éuropo vai pas bèn. Li media l’afourtisson de-longo, pèr eisèmple dins li journau televisa. Malurousamen, parlon que de la malautié e di remèdi, sènso evouca l’encauso de tout eiçò. A moun avejaire, la criso que vivèn tiro de l’Éuropo que d’ùni teinoucrato an vougu nous impausa. Aquelo dóu libre escàmbi e di marcat, messo en plaço pèr faire targo is U.S.A. Tout eiçò avié pas rèn de vèire emé ço que lis Éuroupen, éli meme, voulien, pèr eisèmple pèr ço qu’es liga is estatut souciau. Aquéu proublèmo tras qu’impourtant aurié degu èstre counserva dins l’èime prefound de la Coumunauta Éuroupenco.
L’auto amenistracioun éuroupenco de Brusselo vouguè tout mestreja. Impausè is estat que lou dre naciounau se pluguèsse davans li reglamen éuroupen. Coume resta fidèu en ço que sian quouro impauson en de païs autant desparié que l’Alemagno e la Grèço un nivelamen dis us, di biais de viéure e de culturo, lou tout au noum de la « libro councurrènci », e de la « libro circulacioun » ?... Aqueste prefa èro impoussible que capitèsse !...
Pèr ansin faire, s’acountentèron d’impausa uno marrido còpi de la culturo anglo-seissouno, à la sausso americano. Ié retrouban tout ço que fau : óubligacioun escoundudo de se servi dis OGM, Interdicioun e reglamentacioun sus la fabricacioun de froumage nostre… coundanacioun de cassa la paloumbo e d’ourganisa de courso de biòu souto escampo que tàli causo agradon pas is Anglés emai is Escandinavo !... Reglamen pessuguet e tihous pèr basti d’inmoble… Coustrencho pèr chanja li biais de viéure – ouro pèr dina o soupa - pèr lis asata au biais de viéure di gènt de l’Uba, qu’an pamens pas lou mume tèms que lis Espagnóu o li Grè… Tout ié passo !...
Dins lou mume tèms, li marca se duerbon au negòci moundiau. Chino, Brasil, Indo devènon li mèstre dóu mounde. Talamen que li nouvèu richas de Chino croumpon tin-tin tout ço que volon d’en pertout, e subre-tout encò nostre : terro, usino, bastimen… Tàli causo se fan mai que mai, emé li banco que fan chi e manjon la granouio, e li tradèr que tuvon nòstis ecounoumìo en quàuqui clique-claque, sus sis ourdinatour……
Sarié tèms que revenguessian en de biais mai simple, e mai ounèste. De metre de caire li bedigo malauto. De faire ço qu’es necite pèr que pousquessian teni d’à ment li mejan de prouducioun. Pèr refourma li règlo, e castiga li qu’an fali.
La Franço es un grand païs que dèu resta fidèu à l’èime de si territòri, dins lou respèt de sis culturo loucalo. Faudra faire reveni aqui d’ativeta qu’an parti, dins l’escasènço de nous apara d’un biais inteligènt. Pèr i’arriva, apara nosto agriculturo – subre-tout en Prouvènço…- nous faudra de courage. D’efèt, quouro lou travai es cinq cop mens carivènd dins li païs vesin – membre de la C.E.E…- la councurrènci es pas ounèsto !.. Mai se fau boulega… Que li campagno countùnion de se deserta. Lis usino barron… Se manjo mai que mai de salouparié… E n’en passe…
Poudèn encaro chanja li causo, que lou pople a sèmpre resoun. Pèr ço qu’es de nautre, au Couleitiéu Prouvènço, fasèn noste poussible pèr apara Prouvènço, sa lengo, sa culturo e tout ço que fai soun èime…

***

Une fois n’est pas coutume, dans cet éditorial, ce sont des aspects économiques, de marché et de mondialisation que je me propose d’évoquer…
L’Europe va mal. Les médias nous le disent à longueur de journaux télévisés. Malheureusement, ils ne parlent que de la « maladie » et des remèdes, mais pas des causes. A mon sens, la crise que nous vivons a pour origine l’Europe que les technocrates nous ont imposée. Celle du libre-échange et des marchés, mise en place pour concurrencer les U.S.A. Tout cela ne correspondait pas à l’attente des Européens eux-mêmes, en particulier pour ce qui concerne l’égalité des régimes sociaux. Cet aspect important aurait dû être conservé dans les caractéristiques profondes de la communauté européenne.
La haute administration européenne de Bruxelles a voulu se mêler de tout. Elle a imposé aux états que le droit national s’efface devant ses directives européennes. Comment rester cohérent quand on impose à des pays aussi divers que l’Allemagne et la Grèce un nivellement des usages, des modes de vie et des cultures, le tout au nom de la « libre concurrence » et de la « libre circulation » ?…. Cette mission était impossible !
Cette façon de faire s’en en fait bornée à imposer ici une pâle copie de la culture et des us anglo-saxons, à la sauce américaine. Nous y retrouvons tous les ingrédients obligés : obligation déguisée d’utilisation d’OGM, interdiction et réglementation sur la fabrication de certains fromages… interdiction de la chasse à la palombe, de la tauromachie sous prétexte que cela « scandalise » les Anglais et les Scandinaves !… Réglementation draconienne sur la construction d’échafaudage…Pression pour changer les modes de vie – heures des repas… - pour vivre comme les Anglais ou les Allemands, qui ne vivent pourtant pas sous le même climat que les Espagnols ou les Grecs… Tout y passe !
Parallèlement, les marchés s’ouvrent au commerce mondial. Chine, Inde, Brésil deviennent les maîtres du monde. A tel point que les nouveaux milliardaires chinois achètent tout au quatre coins du monde, et plus particulièrement chez nous : terres, usines, bâtiments…. Cela s’accentue de jour en jour avec la déconfiture des systèmes bancaires et des traders qui tuent les économies et les pays en quelques coups de clic.
Il est grand temps de revenir à des systèmes plus simples et plus sains. D’éliminer les brebis galeuses. De se donner les moyens de production et de contrôle. De réformer les règles du jeu et sanctionner ceux qui ont failli.
La France est un grand pays qui doit rester en adéquation avec ses territoires, respecter ses cultures locales. Il faudra relocaliser afin de se protéger de façon intelligente. Pour mener à bien un tel projet, reconquérir notre agriculture – celle de la Provence en particulier…- il faudra du courage. En effet, quand la main d’œuvre coûte cinq fois moins cher dans des pays voisins – et même membres de la C.E.E…- il y a concurrence déloyale… Mais il faut agir vite !... Car la désertification de nos terres se poursuit. Nos usines ferment. La mal bouffe s’accentue. L’assistanat augmente…
Nous pouvons modifier le cours des choses, car le peuple a toujours raison. Pour notre part, au Collectif Prouvènço, nous nous employons à défendre plus que jamais la Provence, sa langue, sa culture, son environnement et son art de vivre...


Abonnez-vous en ligne !

Me Dison Prouvènço est un magazine trimestriel bilingue provençal-français édité par l’association Collectif Prouvènço.