Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°37 - Me Dison Prouvènço

D 8 novembre 2012     H 10:32     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

N°37 – octobre 2012
56 pages

Les titres :
• Adhésion et abonnement
• Édito par Jean-Pierre Richard
• Les Brèves
• Pub : Alain Casez
• Pub : Le Condor
• Pays d’Ouest-Provence - 37e Fête des Bergers
• Festival des Fontaines 2012 – Dans la cour des grands !
• Échange Culturel – Excellente initiative ! wwwbearnshirt.com
• Les Alpilles
• Le temps retrouvé
• Chez lolo Mauron, le mas de la Pyramide
• Pays d’Ouest-Provence – Souvenir d’enfance, du temps de la guerre 1939-1945
• Pays marseillais
o Encaro uno fierta prouvençalo, va sabiès ?
o Avis de recherche : Vol du drapeau de l’Escolo de la Nerto
• Pays Vauclusien
o Arlésiennes aux Alycamps
o 13ieme dictée de la Fête des Foins de Montfavet
• Pays salonais – Les Jardins du vieux moulin
• Pays des Alpes-Maritimes
o Au fiéu de l’aigo…
o Douçuro prouvençalo
• Pluralité des langues régionales
o Motion pour défendre et promouvoir le provençal comme langue de France à part entière
o Motion à faire signer
• Échos politiques
o Réunion de rentrée du Conseiller Général Jean-Baptiste Blanc en Vaucluse : les actions du Collectif Prouvènço mises à l’honneur
o Joël Giraud, député des Hautes-Alpes, s’engage contre l’hégémonie occitane
• Les Cours de provençal
• Sablet : 1er prix de poésie de décerné à Roubert Aprin
• Mot crousa
• Cuisine – Lou grato-cuou o l’agoulènço et tourtoun i figo lèu fa
• Pub : Hôtel Rêvotel
• L’Observatoire de la Langue et de la Culture Provençales – Souscription
• Avignon théâtre du Chêne Noir - Concert au profit de L’Observatoire de la Langue et de la Culture Provençales
• Patrimoine musical - Au siècle di Lumiero de tambourinaire à Paris
• Chronique Nature – La Tortue d’Herman
• Chronique littéraire - Le Prix Mistral 2012 décerné à Mireille Bouveno-Chantriaux
• Mouriès, Fête des Olives Vertes
• Hommage – Despartido dóu Dacan, Laurèns Ayme
• Les Livres
• La Camargo e Barouncèlli à la televesioun...
• Sortie du CD de Crous e Pielo
• Les produits
• Les bonnes tables – La Petite École à Gargas
• Li Biòu – Beaucaire, course comptant pour la palme d’Or
• mounto-davalo e vocabulàri…
• Nous an quita
o Laurent Ayme
o Arlette Chiron
• Pub : Api Control

JPEG - 626 ko
MDP 37


L’Edito par Jean-Pierre Richard, Président

Noste mounde es de-longo en boulegadisso, e s’encamino devers ço que ié dison la « gloubalisacioun ». Dins tout acò, es mestié d’èstre à l’agachoun pèr pas toumba dins la ragougnasso anglou-seissouno. Uno ragougnasso sènso goust ni gousto, sourtido de la tarnavello di teinoucrate li « mai chanu ». Segur, dins tout acò, l’Èuropo dóu miejour, pèr li gènt de l’Uba, pòu èstre que marrido… Fuguen pas estouna de saupre qu’es subre-tout lou coustat ecounoumi que sèr pèr juja li pople, e decida que quau es « bon » o « marrit »… E pèr cop d’astre, li « marrias » podon èstre que lis Italian, lis Espagnòu, li Pourtugué e li Francés. Tóuti, pièi, an voucacioun d’èstre « mena » emai « beileja » pèr un Nord que vòu tout mestreja…

N’en vaqui un autre eisèmple interessant. Avès-ti remarca coume l’anglés s’arrapo mai que mai sus lou davans di magasin ?... Lou lavage di tarnavello es en trin de coumença. Emé l’internet, lis esmarfone, o de causo coume li Drive e li Discount. Dins aquelo evoulucioun, li gènt dóu Quebec soun mai Francés que nautre, éli qu’aparon sa lengo coume soun patrimòni lou mai entime. Mai fau dire que soun envirouna pèr 250 milioun de gènt parlant l’anglés, que lis metrejon deja pèr ço qu’es dóu biais de viéure…

E li lengo regiounalo, dins tout acò ? Lou prouvençau es un parla que s’anequelis, e ço d’autant mai que soun aprendissage passo soulamen pèr l’educacioun naciounalo. Es aqui que li causo se pebron . Car es un nescige pedagougi d’impausa l’emplé d’uno doublo grafìo. Pouvès-ti imagina l’ensignamen dóu franchimand emé dos ourtougràfi despariero ?... Es pamens ço que se passo encò-nostre emé la prouvençalo – ou mistralenco – e l’óucitano, que s’es elo memo autouprouclamado coume « classico » - coume se l’ourtougràfi de Mistral, de d’Arbaud e de Delavouët èro pas autant « classico » que lou « gai sabir » de Perbosc, Estiéu e Alibert !… D’aiours, lis óucitanisto, finocho, lou sabon bèn !... Que tre que passas lou Rose, es plus questioun d’ensigna dos grafìo !... Alor que lou Gard es de-bon mistralen e prouvençau d’un poun de visto lenguisti, eilabas, es l’óucitan soulet qu’es impausa d’en pertout !...

Darrié l’emplé de la grafìo óucitano, i’a la rèiro-pensado de crea de pas-rèn uno identita unenco dins tout lou Miejour, à l’entour dóu Lengadò. Uno gloubalisacioun de mai, forço mai pichoto que la « grando », mai autant dangeirouso… Certo, aquelo entita gloubalisarello es vuei artificialo. Mai tant se pourrié qu’un jour eisistèsse se ié prenèn pas gardo – es aqui que l’ensignamen es impourtant, d’ùni que i’a vouguènt n’en prouficha pèr coumença d’óucitanista li counsciènci…. Pèr capita dins soun marrit prefa, pantaion d’inventa uno pretendudo « lengo de coumunicacioun » abandeirado de crous toulousano. Coume se la lengo de Mistral èro pas deja uno « lengo de coumunicacioun », elo que fuguè meme proupausado, à la fin dóu siecle XIXen, pèr que devenguèsse lengo internaciounalo !...

La lengo de Mistral fuguè coudificado en respetant li mot dóu terraire, i’a deja mai de 150 an… Li Prouvençau an pas besoun d’un « volapuk integra », simbole d’une entita artificialo que n’en volon pas !... E ço d’autant mai que darrié lis ambicioun unificarello emai nivelarello, s’escoundon de group estremisto que, dóumaci uno pretendudo « culturo regiounalo », an d’ambicioun que pourrien nous faire cabussa dins de draio que li lengo regiounalo i’auran plus rèn de vèire…

Un prouvèrbi dis que : « li bataio perdudo soun aquéli que se fan pas ». Vaqui perqué sian en trin de crea un Óusservatòri qu’ajudara e devendra un óutis pèr aquéli que s’interesson à nosto lengo e à nosto culturo. Tóutis ensèn, es uno bataio que fau mena. Es lou message que fasèn passa is Elegi pèr que coumprèngon e soustèngon nosto pousiciooun.

***

Le monde où nous vivons est en perpétuelle mutation et marche vers ce que l’on appelle la « globalisation ». Dans ce contexte, il est plus que jamais utile d’être à l’offensive pour ne pas tomber dans la marmite anglo-saxonne. Une marmite sans odeur et sans saveur, concoctée par les technocrates « les plus brillants ». L’Europe du Sud est forcement mauvaise face à l’Europe du Nord. Bien entendu, ce sont surtout les critères économiques qui servent d’uniques évaluateurs des « bons » ou des « mauvais » pays… Et comme par hasard, les vilains canards d’Italiens, d’Espagnols, de Portugais et de Français, doivent être mis aux plis, par un Nord dominateur et donneur de leçons.

Voici un autre exemple révélateur. Avez-vous remarqué combien la langue anglaise s’accroche aux devantures de nos magasins ?... Le lavage de cerveau est en marche. Avec l’internet, les smartphones et autre Drive et Discount. Dans ce contexte, les Québécois sont plus Français que nous, eux qui protègent la langue française comme une richesse patrimoniale. Mais il faut dire qu’ils sont entourés par 250 millions d’anglophones qui les ont déjà assimilés pour ce qui concerne le mode de vie…

Et les langues régionales dans tout cela ? Le provençal est une langue en perte de vitesse, et cela d’autant plus que son apprentissage passe par l’éducation nationale. Et c’est là commencent les difficultés… Car c’est un non sens pédagogique que d’y imposer l’emploi d’une double graphie. Imagine-t-on l’enseignement du français avec deux orthographes différentes ?... C’est pourtant ce qui se passe ici avec la provençale – ou mistralienne – et l’occitane, qui s’est elle-même autoproclamée « classique » - comme si la graphie de Mistral, d’Arbaud et Delavouët n’étaient pas aussi « classique » que le « gai sabir » de Perbosc, Estieu et Alibert ?... D’ailleurs, les occitanistes en sont conscients !... Car dès passé le Rhône, plus question de « double graphie » et « d’ouverture » !... Alors que le Gard est fondamentalement Provençal et mistralien du point de vue linguistique, là-bas, c’est le seul occitan qui est imposé partout !...

Derrière l’emploi de la graphie occitane, il y a l’arrière-pensée de créer une identité unique sur tout le Midi, recentré sur le Languedoc. Une nouvelle globalisation, plus petite que la « grande », mais tout aussi dangereuse…Certes, cette entité globalisante « occitane » est artificielle. Mais de fait, elle pourrait vite exister si l’on n’y prenait pas garde – c’est là que l’enseignement est important, certains voulant en profiter pour commencer à occitaniser les consciences. Et afin d’arriver à ce but contestable, certains rêvent d’inventer une prétendue « langue de communication » pavoisée de croix de Toulouse… Comme si le provençal n’en n’était déjà pas une, lui qui fut même proposé, à la fin du XIXe s, pour devenir langue internationale !...

La langue de Mistral a été codifiée il y a déjà plus de 150 ans en respectant les mots du terroir… Les Provençaux n’ont pas besoin d’un « volapuk intégré », symbole d’une entité artificielle qu’ils rejettent !... Et cela d’autant plus que derrière ces ambitions unificatrices et niveleuses, se profile l’ombre de groupuscules extrémistes qui, par l’intermédiaire d’une prétendue « culture régionale », ont des visées pouvant nous entraîner vers des chemins où les langues régionales n’auraient plus rien à voir…

Selon un vieil adage : « les batailles perdues sont celles que l’on ne mène pas ».C’est la raison pour laquelle nous sommes en train de créer un Observatoire qui aidera et constituera un outil pour tous ceux qui s’intéressent à notre langue et à notre culture. Ensemble, menons cette bataille. C’est le message que nous faisons passer aux élus pour qu’ils comprennent et soutiennent notre position.


Abonnez-vous en ligne !

Me Dison Prouvènço est un magazine trimestriel bilingue provençal-français édité par l’association Collectif Prouvènço.