Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°42 - Me Dison Prouvènço

D 23 janvier 2014     H 17:39     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir
JPEG - 607.4 ko
MDP 42

Editouriau pèr Jan-Pèire Richard

Nautre que sian de gènt proche de nòsti territòri coumunau o regiounau e que couneissèn li realita de la vido vidanto, lou sabèn proun. Pèr espargna li dardèno, fau coupa dins li despènso. Sabèn tambèn que nòstis « Enarco » mancon pas d’idèio. La darriero, que lou Presidènt de la Republico n’en parlè dins sa counferènci de prèisso dóu 14 de janvié passa, sarié d’apichouni lou noumbre di regioun. De vinto-dos, pourrien passa à quinge, e perqué noun, à dès… E ansin, « farian d’ecounoumìo » !... Mai li Regioun, ansin trasfourmado, aurien plus ni goust ni gousto, valènt-à-dire plus ges de foundamento umano, istourico, em’enca mens linguistico. Que devendrien, aqui dedins, ço que sian tóuti de-bon : istòri, tradicioun, usanço, patrimòni ?... Mai tout eiçò ‘s ti encaro impourtant dins lou mounde que li teinoucrato de Paris o de Brussèlo nous preparon, dins si coucoun de sedo ?... Ço que comto, es li sòu. « L’Ecounoumìo »… Queto diferènci entre lou cas centralisaire e teinoucrati francés, em’aquéli di païs vesin !... En Anglo-Terro, en Espagno, en Itàli o en Alemagno, li couleitiveta territourialo fuguèron pas creado d’un biais artificiau. Sarié-ti pèr acò qu’eilabas, li regioun soun mai forto emai respetado ?...

Adounc, faudrié faire d’ecounoumìo ? Pourrian parla, aqui dessus, di « Coumunauta d’agloumeracioun » ! Teouricamen, fuguèron creado à bèl esprèssi pèr acò… Mai vaqui uno idèio que nòsti « decidaire » pourrien metre en plaço. Faire un estùdi sus ço que coustavo, pèr estajant, uno coumuno, avans la creacioun di estrato amenistrativo que s’amoulounèron pièi, dins lou bos de Cujo qu’es aro, l’amenistracioun !... Emé, chasque cop, de plaço nouvello, autant pèr lis elegi que pèr li founciounàri… Sarié un pau mestié de coumpara lis anciàni despènso em’aquéli de vuei !...

Autant dins l’amenistracioun que dins lou negòci o l’industrìo, la « reüniounito », acò ‘s uno grosso malautié qu’es desenant un biais de viéure vertadié. Li gènt amo de barjaca un moulounas de tèms. Pièi, souvènt, coume se dis lou prouvèrbi : « e Sansoun derrabè ‘no ferigoulo » !... Ah, se soulamen pouvian remouchina tóuti aquéli faraoun que fan li Mèstre Enri, e que despènso de-countùnio e de-longo, sènso coumta, pèr que causo que coston la pèu dóu tafanàri !.. Quant a cousta, pèr eisèmple, lou gros manjo-sòu que fuguè Marseille Provence 2013 ?

Es eisa de decida de causo que sèmblon « à la modo »… Crea d’ourganisacioun en dessus di coummuno pèr « espargna »… alor qu’es liuen d’èstre lou cas !... Quant d’ecounoumìo mai fruchouso se pourrien faire d’un biais mai simplas ?... Pèr eisèmple en levant de cassolo li bus emé pas res dedins, que van e vènon, sus de ligno tresanado. Tout en se baiant uno bono counsciènci « ecolò », marchon pèr rèn e fan de poulucioun. Quant costo, de-bon, aquéu gros manjamen ?...

Pourrian-ti pas espandi lou maiun de carré ‘mé la routo e lou camin de fèrri, emai tambèn la batelarié, en liogo d’empassa li milioun de camiounas que vanegon dins noste païs e dins l’Éuropo touto ? L’espargno, aqui, sarié grandarasso !... E l’èr que respiran s’endevendrié forço meiour ! Quéti bòni causo pourrian n’en tira, tant au nivèu de l’ecounoumìo que pèr ço qu’es de la naturo ?.... E s’à la plaço de ço que i’an mes lou galant noum franchimand « d’écotaxe » se decidavo un impost sus li croumpo facho pèr l’internet ? Acò favourisarié lou negòci loucau… e supremirié proun lou tèms de liéuramen, que li gènt, aro, volon faire en un vira d’iue… Cresès-ti francamen qu’aqueste biais de viéure e de croumpa - à la lèsto…- es-ti vertadieramen bon ?... Se pourrié pièi limita - enfin !...- lou noumbre de mandat pouliti pèr chasque elegi, tout en apichounissènt, au Parlamen, lou noumbre de sèti… Ansin, tant se pourrié que noste estat fuguèsse pas tant gros e pas tant bóusaru !... Mai aqui, mai, coume se dis : « regardo, mai toques pas ! »…

N’i’a proun ! Fau counserva li regioun nostro, que soun la marco de mounte venèn. Lou libre escri pèr Roumié Venturo sus l’istòri de nosto bandiero - Sang e or : un drapèu éuroupen pèr Prouvènço -, e que vai bèn-lèu creba l’iòu, nous ramento que la Prouvènço es uno vièio entita istourico e umano, meme s’es pèr aro, sèmpre escoundudo souto lou noum laidas de « Paca » - acò s’apren en d’elegi plen de croio em’i teinoucrato. En grando part, es pièi quasimen pariero au terraire ounte es parla uno lengo : lou prouvençau. Fau apara un patrimòni ansin. Mai pèr acò, n’en faudra mena, mai que mai, de batèsto !...

Emé tóuti nòsti bon vot pèr 2014, nous souvetan, en tóuti, uno annado atravalido e fegoundo pèr l’aveni de nosto Prouvènço….

***
Nous qui sommes des gens attachés à nos territoires communaux ou régionaux et proches des réalités concrètes, nous le savons : pour faire des économies, il faut réduire les dépenses. Nous savons aussi que nos Énarques ne manquent pas d’idées. La dernière en date, reprise par le Président de la République dans sa conférence de presse du 14 janvier dernier, est de réduire le nombre de régions. De vingt-deux, on pourrait passer à quinze, voire à dix… Ainsi ferait-on « des économies !... ». Mais les Régions ainsi remodelées n’auraient plus aucun fondement humain, historique, ni linguistique. Qu’en adviendrait-il donc alors de ce que nous sommes vraiment : histoire, traditions, usages, patrimoine ? Mais tout cela a-t-il encore de l’importance dans le monde que les technocrates de Paris ou de Bruxelles nous préparent dans leurs tours d’ivoire ? Ce qui compte, c’est l’argent. « L’économie »… Quel contraste entre le cas centralisateur et technocratique français et celui des pays voisins !... En Angleterre, en Espagne, en Italie ou en Allemagne, les collectivités territoriales n’on pas été crées de manière aussi artificielle. N’est-ce pas ce qui explique pourquoi elles sont plus fortes et respectée ?...

Il faut donc faire des économies ?... Parlons un peu, à ce sujet, des communautés d’agglomération ! Elles sont sensées avoir été créées pour cela… Mais voici une idée qui pourrait être reprise par nos « décideurs » : faisons une étude sur ce que coûtait une commune par habitant avant la création des différentes strates qui se sont accumulées dans la jungle administrative. Avec chaque fois, des postes nouveaux, occupés autant par des élus que par des fonctionnaires… Comparons les anciennes dépenses à celles d’aujourd’hui !

Autant dans l’administration que dans les affaires ou l’industrie, la « réunionite aigüe » est devenue un « art de vivre ». On aime palabrer pendant des heures. Puis, souvent, trop souvent, la montagne accouche d’une souris. Ah, si seulement nous pouvions « tacler » certains « pharaons » qui dépensent sans compter pour des projets plus que dispendieux !... Combien a coûté, par exemple, l’usine à gaz qu’a constitué Marseille Provence 2013 ?

Il est facile de prendre des décisions qui paraissent « à la mode »… Créer des structures supra-communales pour « faire des économies »… alors que c’est loin d’être le cas !... Combien d’économies plus profitables pourraient être faites de manière plus simple ? Par exemple en supprimant les bus qui tournent à vide sur des lignes de transports obsolètes. Tout en se donnant une bonne conscience « écolo », ils roulent à vide et polluent… Combien coûte réellement cette gabegie ?

Au lieu de supporter les millions de camions qui circulent dans notre pays et dans toute l’Europe, ne pourrions-nous pas développer le réseau rail-route (ou « ferroutage »), ou encore le transport fluvial ? Les économies seraient substantielles ! Et l’air que nous respirons y gagnerait en qualité ! Quel bénéfice pourrait-on en tirer, tant au niveau de l’économie que pour l’environnement ! Et si, à la place de l’écotaxe on créait aussi un impôt sur les achats effectués par l’intermédiaire de l’internet ? Cela favorisait le commerce local… et mettrait un frein aux livraisons sous quarante-huit heures… Franchement, cette tendance à l’accélération des besoins et des désirs est-elle bien saine ? On pourrait imposer aussi - enfin !...- le non cumul des mandats, tout en diminuant le nombre de parlementaires…Histoire de « dégraisser le mammouth ». Mais là, encore, comme on le dit en argot : « pas touche !... ».

Cela suffit. Il faut conserver nos régions, qui sont le reflet de notre Histoire. Le livre écrit par Remi Venture sur les origines de notre bannière - Sang et or : un drapeau européen pour la Provence -, qui sera très bientôt disponible, nous rappelle que la Provence est une ancienne entité historique et humaine, même si elle est toujours camouflée, à cause de l’égo d’élus et de technocrates, sous l’affreux acronyme de « Paca »… À peu de chose prêt, elle correspond bien aussi au territoire où est parlée une langue : le provençal. Préservons ce patrimoine. Mais pour cela, il nous faudra encore mener bien des batailles !

Avec tous mes vœux pour 2014, je nous souhaite à tous une année active et féconde, pour l’avenir de notre Provence…

Jean-Pierre Richard,
Président du Collectif Prouvènço