Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°44 - Me Dison Prouvènço

D 25 octobre 2017     H 17:09     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

N°44 – Aout 2014 56 pages

Les titres :

• A la une : L’Ousservatòri es endraia
• Abonnement, adhésion
• Édito par Jean-Pierre Richard
• Les Brèves
• Festival des Fontaines à l’Isle sur Sorgue – Compte rendu
• 2014 années Mistral
o Agendas des manifestations en Provence
o Mistral e li sant-roumieren
o Maillane l’âme de la Provence - Programme
• Une nouvelle régionalisation !
o Le charcutage des régions, une attrape couillonne et une véritable honte
o Le devenir du Conseil Generau 84
• Les nouvelles du Piémont - Rescountre Piemount / Prouvènço
• Antenne internationale – une ambassadrice de la Provence en Argentine
• Pays marseillais
o Marsiho 2013
o Maruis : banque d’image de Marseille est désormais en ligne
• Pays Arlésien
o Van Gogh en Arles : uno fondacioun de la bono
• Pays d’Ouest-Provence
o Lou Martegue danso e canto
• Les Alpilles
o Festival des Alpilles : Marlevar & Luisa Cottifogli
• Pays des Alpes Maritimes – La flour dó soulèu
• Pluralité des langues régionales
o Rendez-vous en terre inconnue
o Mistral, cent ans après quel héritage ?
o Table ronde : « les langues régionales, le bilinguisme »
o Question écrite à propos du provençal à Mme Filippetti
• Chronique nature
o L’Hôtel à insectes
o Randonée : Goult, Sant-Pantàli
• Des nouvelles de l’Observatoire
o L’observatoire attend vos dons
o Fondation du Patrimoine
• Chronique littéraire
o Interview de Remi Venture sur son livre Sang e Or : un drapeau européen pour la Provence
• La grande guerre – Vaucluse : à ses morts glorieux
• Libre avejaire
o Reneissènço
o Pichoto fau charra
• Musique – Le Condor à l’Olympia : la consécration
• Les Livres
• Made in Prouvènço : Soutenons le savon de Marseille
• Patrimoine : Couronnement de Mandy Graillon
• Hommage – la mort du manadier Hubert Jonnet
• Mounto-davalo
o Carnet Rose
o Nous a quita : Maurise Agulhon
• Pub : Api Control


L’Edito par Jean-Pierre Richard, Président

Comme vous le savez, la devise de la France républicaine est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
Le mot « Liberté » est souvent galvaudé. On devrait plutôt préciser aujourd’hui « Liberté »... surveillée !.. . Par exemple avec la « surveillance » dont est l’objet l’internet, par « Les grandes oreilles de l’oncle Sam » qui contrôlent aussi nos I-phone, les caméras, les radars, les GPS, les cartes bancaires et d’achat, les drones, les satellites... Impossible de passer entre les mailles du filet. Nous sommes tous fichés. Analysés. Suivis, et dirigés... C’est cela notre « liberté » aujourd’hui !... Ainsi que l’écrivait l’auteur anglais George Orwell dans son roman d’anticipation 1984, que l’on peut qualifier de visionnaire car publié dès 1949 ; « Big Brother is watching you ! »...
Le mot « Égalité » me semble bien malade aussi ! Quelle égalité y a-t-il entre un milliardaire et un smicard ?... Un africain et un européen ?… Deux exemples parmi des centaines d’autres...
Pour revenir à notre principal le sujet de préoccupation, en l’occurrence les langues et cultures régionales, quelle « égalité » y a-t-il en ce domaine ? Voyez par exemple le grandissime festival pan-occitaniste dit les Estivadas de Rodez. Grâce à l’obtention d’une énorme subvention de 550 000 €, tout y est gratuit !... De quoi convertir même un extraterrestre au bienfait de la Grande Occitanie !…
Messieurs les élus, il est temps de revoir votre copie ! Puisqu’il est indispensable de faire des économies, faisons-le là où l’argent est devenu indécent. Mais il est aussi grand temps de revoir les budgets en rééquilibrant les sommes octroyées, en Provence, aux manifestations de culture générale et à celles consacrées à la culture régionale. Cela ne veut pas dire qu’il faut prendre prendre aux uns pour donner aux autres. Il s’agit simplement d’un problème d’équité et d’égalité. Revenons aux sources. Nos langues et nos cultures régionales existent. Il est plus que nécessaire de les promouvoir. Sans cela, une attitude partisane et jacobine fera naître les intégrismes. La Région Bretagne – ainsi que ses départements - consacrent chaque année 7,6 millions d’euro à la langue. Pourtant, ces collectivités territoriales ne s’en portent pas plus mal…
L’union fait la force c’est bien connu. Ainsi, dès la rentrée, nous mettrons en place l’Alliance Européenne des Langues Régionales que nous avons initiée, et dont le principe a été accepté, en plus des Provençaux, par nos amis piémontais, valenciens, béarnais, nissards, et Cévenols…
Je terminerai enfin par une note d’optimisme. Notre Observatoire de la langue et culture provençale prend de plus en plus forme. Le Conseil Général des Bouches du Rhône a tiré le premier en nous accordant une substantielle subvention. Le Conseil Général de Vaucluse et la Région (principal bailleur de fonds) devraient en faire de même dans les mois qui viennent. Nous avons également signé une convention avec la Fondation du Patrimoine. Désormais, les dons reçus pour faire vitre notre projet seront déductibles des impôts. Avec un groupe de travail et l’aide de notre architecte, nous assumerons la maîtrise d’ouvrage en vue de réhabiliter le mas Saint Paul.
Dés que les travaux seront lancés, nous organiserons un grand pique-nique citoyen sur place. Chacun pourra ainsi s’approprier cette Institution qui honorera la Provence. Et chemin faisant, nous donnerons ainsi du corps à la « Fraternité »...
Bonnes vacances

***

Coume lou sabès, la deviso de la Franço republicano es « Liberta, Egalita, Fraternita ».
Proun souvènt pamens, aro, lou mot « Liberta » es degaia. Se devrié pulèu dire, vuei, « Liberta »... survihado !... Pèr eisèmple, sian de-longo agacha, sus la « telaragno », pèr lis « gràndis auriho de l’oucle Sam », que tènon tambèn d’à ment nòstis I-phone, li camera, li radar, li GPS, li carto de crèdi e de croumpo, li drone, li satelito... Impoussible de passa pèr maio. Tóuti, sian encarta. Analisa. Segui, e beileja... Es acò, vuei, nosto « liberta » !... Coume l’escrivié l’autour anglés George Orwell dins soun rouman d’anticipacioun 1984, que l’on pòu presenta coume vesiounàri - fuguè publica tre 1949 : « Big Brother is watching you ! »...
Lou mot « Egalita », éu tambèn, me sèmblo proun endeca ! De-que i’a, coume egalita, entre un gros richas e quaucun que gagno soulamen lou SMIC ?... Entre un african e un éuroupen ? … Vaqui soulamen dous eisèmple, au mitan d’un moulounas d’autre.
Pèr reveni à nosto toco em’ai noste prefa - segur li lengo e li culturo regiounalo...-, de-que i’a, coume « egalita », aqui dedins ? I’a que de vèire lou grandaras festenau pan-óucitanisto, à Roudès, que ié dison lis Estivadas. Dóumaci de suvencioun que ié toumbon dessus à bóudre - 550 000 € !...- tout se ié fai à-gràtis !... Es ansin qu’atrivarien e que counvertirien, meme un marcian, i bènfa de la Grando Óucitanìo !…
Messiés les elegi, sarié proun tèms que reveguessias vosto còpi ! Bord qu’es indispensable d’espargna, fasèn-lou pèr li causo ounte se gasto de dardeno d’un biais descounvenènt. Mai sarié tambèn lou tèms de miés parteja li buget, en baiant mai de sòu, en Prouvènço, i manifestacioun de culturo regiounalo raport à la culturo generalo. Acò vòu pas dire que fau prèndre is un pèr douna is autre. S’agis simplamen d’un proublèmo e de justiço e d’egalita. Faudrié que se revenguèsse à la font de tout. Nòsti lengo e nòsti culturo regiounalo vivon, riboun-ribagno. Es mai que mai necite de ié faire de reclamo, de lis apara, e de lis espandi. Sènso acò, uno modo partisano e jacoubino en plen sara lou sourgènt dis estremisme. La Regioun Bretagno – e si despartamen – counsacron, chasco annado, 7,6 millions d’éuro à la lengo. E pamens, aquéli couleitiveta territourialo se carrejon pas tant mau qu’acò...
L’unioun fai la forço, acò se saup. Vaqui perqué, tre la Rintrado, anen estigança l’Alianço Éuroupenco di Lengo Regiounalo qu’avèn coumença de crea, e que soun principe fuguè aceta, en mai di Prouvençau, pèr nòstis ami piemontés, valencian, biarnés, nissarts, e Cevenòu…
Acabarai d’un biais mai sourisènt. Noste Óusservatòri de la lengo e de la culturo prouvençalo prèn mai que mai vido. Lou Counsèu Generau di Bouco-dóu-Rose faguè bono obro, lou bèu proumié, en nous baiant uno tras que bello suvencioun. Lou Counsèu Generau de la Vau-Cluso e la Regioun (noste partenàri principau) devrien faire parié, dins li mes avenidou. Avèn tambèn signa un pache emé la Foundacioun dóu Patrimòni. Desenant, li douno reçaupudo pèr faire viéure noste proujèt se pourran leva dis impost. Em’un group de travai e l’ajudo de noste architèite, mestrejaren tout aqueste prefa, dins l’escasènço de restaura lou Mas Sant-Pau.
Tre que lou chantié coumençara, ouranisaren quauco-rèn sus plaço, à la bono apoustolico, en demandant i gènt de veni dina sus plaço, emé sa biasso. Es ansin que chascun pourra miés vèire e faire siéuno aquelo istitucioun que fara ounour à la Prouvènço. En mai d’acò, ansin, farèn trachi la « Fraternita »...

Bòni vacanço


Abonnez-vous en ligne !

Me Dison Prouvènço est un magazine trimestriel bilingue provençal-français édité par l’association Collectif Prouvènço.