Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°47 - Me Dison Prouvènço

D 25 octobre 2017     H 17:21     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

N°47 – Mai 2015 56 pages

Les titres :

• La une : Les Théâtrales en Luberoun
• Affiche : Mèfi ! Prouvènço reguigno !
• Édito par Jean-Pierre Richard
• Agenda du Collectif Prouvènço
• Les Brèves
• Ça s’est passé en Provence
• Les Théâtrales en Luberoun – Programme
• PUB : Ville de Salon-de-Provence
• Forum des Association de culture et de tradition Provençales
o Compte rendu
o Presse
• Pays Arlésien - Fête de la nature au marais du Vigueirat, Mas Thibert
• Les Alpilles
o Moulin Saint-Michel
o Manifestation Saint-Rémy avec « l’encierro à l’Eyraguaise »
• Pays d’Ouest-Prouvènço
o Instants poétiques au Musée municipal Paul Lafran avec Lei Gènt dóu baou
o Racino e Jitello 2015
• Pays Marseillais – Aubagne capitale Marcel Pagnol 2015
• Pays Gardois
o Festival du film taurin et camarguais de Saint Géniès
o Lis ami de la lengo d’o invitent Chiron
• Pays des Alpes-Maritimes – Assemblée Générale à Cannes – Compte rendu
• Pays Varois
o Zou mai : Assai trasfourma
o Journée provençale au Val – Première édition
• Pays Vauclusien
o Perno – 10 an de passioun dóu Coustume Countadin
o Le Condor à Orange (appel au car du Collectif Prouvènço)
• AELR – Création de l’alliance
• Pluralité des langues régionales
o Un pin es pas un roure
o Paraulo de Capoulié
o Gouvernance de l’Observatoire droit de réponse à la direction du Félibrige
• PUB : l’Agneau de Maussane
• Libre avejaire – L’ouliviè
• Un pau de gramatico
• Fiche ludique - Mots croisés
• Pub : Tropic Apéro
• Patrimoine musical - Mistral et la musique
• Pub : Salon-de-Provence
• Musique - Crous e Pielo : 10 ans de Folk’n’Rock provençal !
• Patrimoine – Vallabrègues – Terre des vanniers
• Chronique littéraire – « Lou cop passè tant proche … »
• Adhésion - Abonnement - Souscription
• Fondation du Patrimoine – don pour l’Observatoire
• Les livres
• Hommage
o Pierre Vouland
o Lucien Durand
o Jeannnine Fieloux
o Marie-Thérèse Sanié
o Andrée Batailler
o Georges Martello
• Li Mounto-Davalo
• Carnet rose
• Pub : Api Control


L’Edito par Jean-Pierre Richard, Président

Dimanche 19 avril la manifestation qui s’est déroulée à Saint Rémy de Provence pour la défense de l’Encierro à l’Eyraguaise, la Bourgino, a connu un grand succès de participation. Plus de 5000 personnes se sont rassemblées au cri de « Mèfi », terme que le collectif a mis en avant depuis la grande manifestation d’Arles en 2007. Défilé pacifique et bon enfant. Puis, sur la place principale, les discours des uns et des autres ont dénoncé les interventions extérieures visant à faire interdire nos traditions taurines. Cette Europe qui prétend nous aligner sur une culture anglo saxonne et nous imposer les us d’une Europe du Nord. Le débat que je porte et que le collectif développe au travers de nos forums, de nos interventions médiatiques, prend corps et les élus donnent de la voix. Sur ce sujet, Mandy Graillon, Reine du Pays d’Arles, va plus loin encore en osant parler de territoire et d’identité. Son discours a fait mouche ! Il a été visionné près de 40000 fois sur internet. Cette façon de voir les choses est bien entendu la nôtre.
Elargissons le débat et précisons- en les tenants et les aboutissants. Je suis profondément européen, mais cette Europe-là ne me convient pas ! C’est celle du fric et d’un système aux mains d’une administration apatride et des commissaires qui nous conduisent droit dans le mur, par des directives, des procédures et exigences qui sont pour la plupart totalement éloignées de la réalité du terrain.
L’Europe de Bruxelles, celle des technocrates, veut de grandes régions. On s’exécute et notre gouvernement réforme les régions qui n’ont plus aucun sens historique. Elle veut moins de communes, on invente les communautés de communes, puis d’agglos, puis les métropoles, tout cela en augmentant de façon considérable les fonctionnaires territoriaux…Dans un moment où l’on réduit d’autres fonctionnaires, dans le milieu hospitalier, avec une médecine et des généralistes qui manquent à l’appel, des urgences complétement dépassées…Les postiers qui devront prochainement devenir des instructeurs d’auto-école…
Une urbanisation pensée par nos élites avec le plan local d’urbanisme assorti maintenant d’une loi de Madame Duflot la loi ALUR (Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové) qui entre autre prévoit la densification c’est-à-dire l’augmentation des populations dans les zones urbanisées. Pendant ce temps on se lamente sur la désertification des zones rurales, sur les friches et autres forêts inexploitées.
Dernier point qu’il me faut dénoncer : notre république démocratique crée de plus en plus de petits seigneurs issus de l’administration centrale ou des élus locaux, territoriaux qui deviennent tout puissants et conduisent à des dépenses pharaoniques pour des projets plus que douteux où l’argent public coule à flot. Exemple récent, mais il y en a tous les jours, Agnès Saal, Présidente de l’Institut National de l’Audiovisuel, INA, a facturé pour 40000€ de notes de taxi en 10 mois. Nous verrons plus loin les explications du petit fils de Marcel Pagnol à propos de Marseille-Provence capitale européenne de la culture. Tandis que nos associations de culture provençale font « la manche » d’autres régions bien « occitanes » comme ils disent, obtiennent 550000€ pour les estivadas de Rodez, 260000€ pour l’Ostal de Tolosa…En Bretagne, l’Ofis Breizh de la langue a 23 salariés et 1.3 million d’euro de budget…
Alors tout naturellement si nous voulons subsister il faudra continuer la bataille pour le maintien de nos traditions, que ce soit les cultures taurines ou bien toutes les autres dans notre belle Provence. Cela est nécessaire mais pas suffisant, il est temps de faire bouger les choses dans notre territoire. Changer le nom de PACA, pourquoi pas, par Pays de Provence, créer des commissions spécifiques « langue et culture provençales » dans les nouveaux Conseils Départementaux et futur Conseil Régional qui devront tenir compte de la manifestation du 24 octobre à Arles. Pour cela il faut s’unir ! C’est la raison pour laquelle je propose la création d’une coordination d’associations et de décideurs pour un territoire qui respectera ses habitants. Un territoire qui prendra en compte son histoire, ses coutumes et sa langue sans l’amalgamer dans je ne sais quel verbiage languedocien ou venu d’ailleurs. L’alliance Européenne des Langues Régionales est maintenant créée. J’en suis, avec le Collectif, l’instigateur. Nous allons ainsi faire entendre la voix de ceux qui n’ont pas d’existence aux yeux de l’Europe et par conséquent aux yeux des Nations.
Alors ensemble préparons le 24 octobre pour qu’enfin la justice triomphe. J’en appelle à la fraternité provençale.


Abonnez-vous en ligne !

Me Dison Prouvènço est un magazine trimestriel bilingue provençal-français édité par l’association Collectif Prouvènço.