Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°49 - Me Dison Prouvènço

D 25 octobre 2017     H 17:25     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

N°49 – Octobre 2015 32 pages

• La une : Gardaren Prouvènço !
Pub : Pure Impression
• Édito par Jean-Pierre Richard
• Coordination Gardaren Prouvènço !
o La manifestation – le programme
o Edito par Jean-Pierre Richard
o Ce que nous sommes
o Ce que nous voulons
o Ce que nous faisons
o Reconnaissance officielle des langues du midi : où en sommes-nous ?
o Bernard Mazel : La Camargue est en train de devenir une terre de résistance
o Démocratie de proximité et réveil citoyen
o Les Maires sont en colère
o Hervé Fabre-Aubrespy : les citoyens ont besoin de proximité
o Message de l’Institut d’Estudis Valencians
o Corentin Carpentier : la jeunesse au secours de la tradition
o Frédéric Lescot : La Confrérie des Gardians sera présente à Arles en tête du cortège
o Pierre Pancin : il faut que la Provence relève la Tête
o Laurent Burgoa : Les énarques parisiens n’ont pas à nous dire où nous devons aller
o Davide Martini : Que les défenseurs des langues régionales d’Europe s’unissent en une force commune
o Affiche A3 : Gardaren Prouvènço
o Le costume Provençal
o Jeanine Castanet : tout ce qui concerne nos traditions est lié
o Une réforme dont nous ne voulons pas !
o Des explications confuses et tardives pour les enseignants
o L’Observatoire, Les provençaux s’impatientent…
o Programme de la manifestation
• Agenda du Collectif Prouvènço
• Les Brèves
• Hommage – Marie-Louise Jullien
• Libre avejaire : Lou libre « Sang e or » countesta pèr un pretendu « eraud independènté » qu’aujo mume pas de signa ‘mé soun noum
• Abonnement et adhésion
• Nous an quita :
o William Mercier
o Jean Martin
o Jean-Pierre Deleuil
o Marie Arnéodo
• Li Mounto-Davalo
• Pub : Salon-de-Provence

L’Edito par Jean-Pierre Richard, Président

Despièi proun d’annado, e d’un gouvèr à l’autre, lis istitucioun de la Franço – e nous-autre tambèn -, sian cauciga pèr uno Franço em’ uno Éuropo teinoucratico.
L’agroupamen du regioun. La creacioun di metroupòli, di coumunauta de coumuno, o d’agloumeracioun. La voulounta de supremi mai de 10 000 coumuno. Tout acò fai partido d’un prougramo claramen establi pèr « Brusselo e Paris », e que sa toco es de crea uno soucieta uniformo, emé pas ges d’identita.
Dins lou meme tèms, noste gouvèr a decida d’apichouni lis impost sus lou revengut, après que lis aguèsson proun aumenta. Quatecant, la seguido s’encapo couneigudo. Segound lou princìpi di vas coumunicant, l’Estat coupo de 30 % si doutacioun i coumuno. Au nivèu loucau, li counsequènci soun tihouso. De dos causo l’uno. Li municipe van-ti sagata li suvencioun baiado is assouciacioun ? Mounta lis impost ?.Á mens que faguèsson tout eiçò en meme tèms ? La manco o la supressioun di suvencioun a deja de seguido pèr lis assouciacioun de culturo prouvençalo que, pecaire, avien jamai agu lou blanc dóu pòrri dins lou mounde de la culturo. Se n’en veguè dessuito la resulto. Aquesto annado un mouloun de festenau – quàuqui centenau, se dis - an barra boutigo, endevenènço qu’a touca tóuti li regioun de Franço.
I’a pièi mai. En Prouvènço, despièi quàuqui desenau d’an, l’agriculturo e li païsan s’anequelisson plan plan d’un biais dramati. Aro, sa disparicioun s’encapo grèvo que-noun-sai. Aqui, lou gouvèr a supremi pèr li risicultour li suvencioun éuroupenco que la Franço tiro de la Poulitico Agricolo Coumuno. Terro de tradicioun se n’i’a uno, la Camargo a pamens fa de soun ris uno mangiho qualitouso, famouso, e quasimen devengudo legendàri…
Enfin, emé la reformo di coulège, anèn devers l’escrancamen di lengo regiounalo, pèr ço qu’es de soun ensignamen. Au contro de ço que faguè pèr lou peitevin-santoungés, sènso literaturo e quasimen plus parla, la lengo prouvençalo es panca recouneigudo pèr l’Estat coume lengo de Franço. Emé Frederi Mistral, la Prouvènço es pamens fièro d’agué lou soulet Pres Nobel de literaturo en lengo regiounalo. Em’acò, li catau parisen vènon d’aceta la creacioun d’un Óufice publi de la lengo óucitano. S’agirié-ti d’un biais eleitouralisto pèr assaja de counserva ‘no regioun ? Volon-ti servi la soupo en de coumpan ? La questioun es pausado.
Lou 24 d’óutobre, saren de milié que s’acamparen, cadun emé noste gàubi, pèr afourti : « n’i’a proun ! »
Manifestaren pèr la recouneissènço dóu prouvençau. Pèr la creacioun de l’Óusservatòri de la Lengo e de la Culturo Prouvençalo. Pèr counserva nòsti tradicioun de bouvino e de roussatino. Pèr la recouneissènço dóu coustume arlaten coume patrimòni inmateriau de l’U.N.E.S.CO. Pèr que lis assouciacioun de tradicioun nostro pousquèsson agué li mejan que ié soun necite pèr viéure. Manifestaren emé lou mounde païsan, qu’es tout amaluga pèr la criso e lou marrit prefa di teinoucrate e dis éurocrate. Manifestaren pèr que nosto regioun devengue pas coume uno meno de Califournìo, sènso goust ni gousto. Manifestaren pèr lou dre di ciéutadan d’èstre entendu ! En un mot, pèr uno Prouvènço autentico, estrambourdanto, e vivènto !
Vaqui perqué l’afourtisse d’un biais soulide. Es impoussible de resta sus lou bord dóu camin. Lou noumbre de manifestaire, lou 24 d’óutobre que vèn, sara determinant. Es soulamen la forço de nòstis idèio que nous dounara l’escasènço de chaja li causo.
Li soulet coumbat perdu d’avanço soun aquéli que soun pas jamai mena. L’aveni sara pèr aquéli que reguignon.
Garden nosto fierta, nosto ounour, e Gardaren Prouvènço !.

***

Depuis de nombreuses années, et d’un gouvernement à l’autre, les institutions de la France et nous tous subissons la pression d’une France et d’une Europe technocratiques.
Le regroupement des régions. La création de métropoles, de communautés de communes, ou d’agglos. La volonté de supprimer plus de 10 000 communes. Tout cela fait partie d’un programme clairement établi par « Bruxelles et Paris », dans le but de créer une société uniforme, sans aucune identité.
Dans le même temps, notre gouvernement a décidé de baisser les impôts sur le revenu après les avoir fortement augmentés. La réaction est immédiate. Selon le principe des vases communicants l’État diminue de 30 % ses dotations aux communes. Au niveau local, les conséquences seront implacables. Soit les municipalités supprimeront les subventions aux associations, soit elles augmenteront les impôts… Á moins que les deux choses se déroulent en même temps ?... La baisse ou la suppression des subventions a déjà des répercutions auprès des associations de culture et de tradition provençales, qui ne sont pourtant que le parent pauvre de la culture en général. On en voit déjà les résultats. Cette année, des centaines de festivals ont mis la clef sous la porte, phénomène qui a touché toutes les régions de France.
Il y a plus. En Provence, l’agriculture connaît depuis quelques décennies une baisse dramatique de ses paysans. Leur disparition s’accélère au cours de la période que nous vivons aujourd’hui. Ici, le gouvernement a supprimé aux riziculteurs les subventions européennes acquises par la France au nom de la Politique Agricole Commune. Terre de tradition s’il en est, la Camargue a pourtant fait de son riz un label identitaire, de qualité, devenu quasiment légendaire.
Enfin, avec la réforme des collèges, nous allons vers un laminage des langues régionales pour ce qui concerne leur enseignement. A l’opposé du poitevin-charentais, sans littérature et quasiment plus parlé, la langue provençale n’est toujours pas reconnue par l’État comme langue de France. La Provence possède pourtant avec Frédéric Mistral le seul prix Nobel de littérature en langue régionale. Au plus haut niveau de l’État, on vient d’accorder la création d’un Office public de la langue occitane. S’agirait-il d’une manœuvre électoraliste pour tenter de conserver une région ou de servir la soupe à des copains ? La question est posée.
Le 24 octobre, nous serons des milliers avec chacun notre spécificité pour dire : « ça suffit ! »
Nous manifesterons pour la reconnaissance du provençal. Pour la création de l’Observatoire de la Langue et de la Culture Provençales. Pour conserver nos traditions équestres et taurines. Pour la prise en compte du costume arlésien comme patrimoine immatériel de l’U.N.E.S.C.O. Pour que des moyens soient donnés aux associations de tradition. Nous manifesterons aussi avec le monde paysan qui subit de plein fouet la crise et la besogne des eurocrates et des technocrates. Nous manifesterons pour que notre région ne devienne pas une sorte de Californie sans âme et sans goût. Nous manifesterons pour le droit des citoyens à être entendus ! En un mot, pour une Provence authentique, dynamique et vivante.
C’est la raison pour laquelle, je l’affirme avec fermeté, il n’est pas possible de rester sur le bord du chemin. Le 24 octobre prochain, le nombre de manifestants sera déterminant. Seul un rapport de force nous permettra de changer le cours des évènements.
Les seuls combats perdus d’avance sont ceux que l’on ne mène pas. L’avenir appartient à ceux qui redressent la tête.
Gardons notre fierté, notre honneur, et Gardaren Prouvènço !
Jean-Pierre Richard


Abonnez-vous en ligne !

Me Dison Prouvènço est un magazine trimestriel bilingue provençal-français édité par l’association Collectif Prouvènço.