Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°53 - Me Dison Prouvènço

D 25 octobre 2017     H 17:42     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

N°53 – Septembre 2016 56 pages

Les titres : Provençal, niçois, gavot : nos langues enfin reconnues par la Région

• Pub : Salon-de-Provence
• Édito par Jean-Pierre Richard
• Les Brèves
• Ça s’est passé en Provence
o Fête de Mistral à Maillane – Compte rendu
o Lou Martegue
o Plaisians - fête des traditions provençales
• Broche à vendre
• Dossier Rentrée - Lou tèms de la rintrado
o Toco : concous di jouine de Prouvènço
o Apprendre en jouant
o Troubadours Galapiat à l’école
o Cours de provençal en ligne pour les pichoun e pour les professeurs
o Cours de provençal : l’annuaire en ligne du Collectif Prouvènço
• Terre de Festival – Avignon : l’amour des possibles
• Actualité – à la une :
o Provençal, nissart, gavot la Région s’engage !
o Assemblée plénière du 24/06/16 – proposition N°12
o Reconnaissance du Provençal – un long combat mené par le Collectif Prouvènço
o
• Le Piémont - Roumiage 2016 – Compte rendu
• Les Alpilles – Sauvaren-ti la piramido ?
• Pays marseillais
o L’Escolo de la Nerto fête ses 90 ans
o Li calanco en dangié
• Pays d’Aix – Simiane : Fèsto dóu Terraire
• Pays vauclusien – Fèsto di Fen
• Pays arlésien
o Camin barrulaire
o Reneissènço au service dóu vèsti arlaten
• Pays d’Ouest-Provence
o Councert intergeneracioun emé La Couralo Prouvençalo d’istre
o Fête des Bergers – annonce
• PUB : Concert Guy Bonnet en Avignon
• PUB : Domaine Paul Ricard à Méjanes
• Pays gardois
o Vallabrègues - Fête de la Vannerie – Compte rendu
• Pluralité des langues régionales
o Guerro entre oc
o Le petit Nicolas à l’accent occitan
o France 3 un cop de mai foro-bandi lou Couleitiéu
o Festa de la Countéa de Nissan 2016 –Compte rendu
• Histoire de Famille
o Qu es que pouarto lei braio dins aquest oustau ?!
o Moun Grand
• Recette d’automne
o La Counsolo
o La soupo de Coucourdo
o La Prouvènço, uno mescladisso
• Made in Prouvènço : Château Virant
• Chronique nature
o Anen au rescontre de Jan-Enri Fabre
o Jean-Henri Fabre entomologiste et félibre
o Une application intelligente pour les parcs naturels régionaux de Provence
• Hommage : Élisée Bonelli
• PUB : L’Agneau de Maussane
• Patrimoine musical : La Coupo Santo
• Patrimoine : Lis ami de Charloun Rieu festejon lou 170en anniversàri dóu pouèto-païsan
• Les Théâtrales en Luberoun – Compte rendu
• Les livres
• Abonnement et adhésion
• Fiche ludique
o Mots croisés
o Un pau de Gramatico
• l’Observatoire – Lettre du maire de Cheval-Blanc
• Li Mounto-Davalo
• Nous an quita :
o Simone Allegre
o Luc Hoffmann
o Jean Franval
• Pub : Api Control


L’Edito par Jean-Pierre Richard, Président

De-que dire d’aquel estiéu que s’acabo e d’aquelo rintrado ? Pèr ço qu’es de nosto regioun, fuguerian matrassa, d’un biais crudèu, pèr lou dramo de Niço. Perdequé un malur ansin ? Perdequé vèire, encò nostre, un chaple d’aquesto meno ?...
Se prenèn, pèr eisèmple, ço que se passo vers nòsti vesin piemountés, de-que poudèn n’en tira ? Iéu que ié fuguère i’an gaire, en particulié dins de fèsto e de voto, pode vous dire qu’eilabas, i’a pas ges de militàri emé sis arnescamen guerrié. Pas ges de pouliço, e nimai de gardaire, à l’agachoun. Em’enca mens de gròssi queirado de betun pèr coupa la routo en de camioun o de veituro assassin. D’en pertout, li gènt fan tintèino. Se ié manjo de camello de polenta. De jouine « cabla » soun au toco-toco emé lis Ancian… Mais es tambèn verai que nòstis ami italian se soun pas enfarça en « gendarmo dóu mounde ». Em’ aquel esperit « napouleounen » di prince que nous beilejon, que meno lou païs à la guerro. À la falido. Qu’en meme tèms, fan pas rèn davans l’anequelimen de nósti valour, de nósti tradicioun. Subre-tout quouro aquel esperit guerrié s’acoumpagno, aqui, dóu renounciamen, e de l’acetamen coumplet, sènso rèn dire, d’uno religioun que vóu tout mestreja. Quouro s’escuso tout, e meme de causo que se devrié pas !...
Regarden mai la regioun vesino que venèn e cita ; aquéli valado d’Itàli que se ié parlo uno lengo regiounalo qu’es de prouvençau - meme se l’óucitan, em’un gros ensucamen mediati emai escoulàri, ié gagno proun lis esperit. Dins lou Piemount, li grand magasin van à la davalado. Se li Leclerc emai lis Auchan ié fuguèron jamai à soun pountificat, lou soun enca mens vuei. Es ansin que li pichòti boutigo vivon d’en pertout sènso proublèmo, em’enca mai. Dins li carriero, pas ges de magasin barra. Dins lou cèntre di vilo, de centenau de gènt landon e bado de veirino que ié fan lingueto. Es eisa de ié parca sa veituro, pèr de pres resounable. E quouro n’en sias à l’aperitiéu, tout en se chourlant un got, vous aduson pèr lou meme pres de pichòti mangiho requisto – charcutarié de touto meno, óulivo, etc…
Bèn entendu, siéu pas aqui pèr vous dire que l’Itàli, acò’s Liseto au païs estrourdinàri !... Mai pamens, me sèmblo que devrian de cop que i’a vèire ço que se passo un pau aiours, sènso countunia de se regarda l’embourigo.
Que dins nòsti vilo, à nautre, li trepadou soun devengu mai grand que li routo estrechounido, ço que fai de coua terriblo pèr arriva dins lou cèntre. Aquélis avengudo soun trevado pèr de bus quasimen vueje, qu’empusisson l’èr emé sa poulucioun. E dins li banlègo, s’estalouiron pièi de loutissamen laïdas coume de lapiniero, emé si jardinet ridicule… tout en coustant pamens la pèu dóu tafanàri… Gramaci à Madamo Duflot, pèr sa lèi de ma grand la borgno qu’amoulouno e cacalucho ensèn tóuti li gènt que podon, acò pèr pas grand causo – e subre-tout pas la « qualita de vido » !....
Alor, ami Prouvençau, es tèms de dire que sian pas de niais. Lou tèms es vengu de resista, e de douna la paraulo i gènt de Prouvènço e d’aiours.
Bono rintrado.

***

Que dire de cet été qui s’achève et de cette rentrée ? Pour ce qui concerne notre région, elle a été cruellement atteinte par le drame de Nice. Pourquoi un tel malheur ? Pourquoi des actes assassins sur notre territoire ?
Si l’on prend exemple de ce qui se passe chez nos voisins du Piémont, que constate-t-on ? Pour y avoir assisté très récemment à des fêtes patronales, je peux vous dire que là-bas, pas de militaires armés. Pas de forces de l’Ordre. Pas même de vigiles… Et encore moins de blocs de béton pour empêcher les véhicules assassins. Les gens s’amusent. La polenta s’y mange à la louche. Les jeunes « branchés » y côtoient les Anciens… Mais il est vrai aussi que nos amis italiens ne jouent pas aux « gendarmes du monde ». Avec cet esprit « napoléonien » des princes qui nous gouvernent, qui conduit le pays à la guerre. A la faillite. Car de manière parallèle, ils ne font rien pour contrer la dislocation de nos valeurs, de nos traditions. Surtout quand cet esprit belliciste est accompagné ici par le renoncement et l’acceptation d’une religion qui veut tout dominer. Quand on excuse tout, même des choses que l’on ne devrait pas !
Mais continuons de regarder la région voisine que nous évoquons ; ces vallées d’Italie où l’on parle une langue régionale qui est du provençal - même si l’occitan, avec un matraquage médiatique et scolaire, y a souvent conquis les esprits... Dans le Piémont, les grandes surfaces périclitent. Les Leclerc et autres Auchan n’y ont jamais fait recette, et plus encore aujourd’hui. En revanche, le petit commerce vit de façon intense. Dans les rues, il n’y a pas de magasins fermés. Dans les centres urbains, des centaines de promeneurs admirent des vitrines alléchantes. Les parkings sont nombreux, à des prix raisonnables. Et à l’heure de l’apéro, pour le même prix, on vous rajoute des choses succulentes à grignoter – charcuterie, olives, etc…
Bien entendu, je ne suis pas ici pour vous dire que l’Italie c’est Alice au Pays des Merveilles. Mais tout de même, il me semble que nous devrions regarder parfois ailleurs que notre nombril.
Car dans nos villes à nous, les trottoirs sont devenus plus grands que les routes, ce qui entraîne des queues terribles pour accéder au centre. Ces artères sont parcourues de bus vides, et qui polluent. Dans les banlieues, s’étendent des zones de lotissements, véritables clapiers à lapins aux parcelles ridicules… mais chères… Très, très chères !… Merci à Mme Duflot pour sa loi qui concentre les populations. Cela pour rien - et surtout pas pour la « qualité de vie » !...
Alors, amis Provençaux, le temps est venu de dire que nous ne sommes pas des idiots. Le temps est venu de résister, et de donner la parole aux gens de Provence et d’ailleurs.
Bonne rentrée.
Jean-Pierre Richard


Abonnez-vous en ligne !

Me Dison Prouvènço est un magazine trimestriel bilingue provençal-français édité par l’association Collectif Prouvènço.