Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°59 - Me Dison Prouvènço

Avril 2018

D 17 juillet 2018     H 16:30     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Edito

Version provençale

Vaqui, ié sian. L’ivèr s’acabo, e anan mai pousqué viéure deforo. Aprouficha d’uno naturo que s’espoumpis. Alena lis óudour de la campagno, de nòsti colo. E o ! De-que ?... Uno vido prouvençalo !

Dins li tèms que sian, lou Couleitiéu Prouvènço es atravali qu’es pas de dire, emé la redacioun dóu magasino, la preparacioun dóu Forum de Desèume, di Théâtrales en Luberuon. I’a tambèn de proujèt d’edicioun, li plan de l’Óusservatòri,, etc... Lou disèn pas proun. Au countràri de ço que d’ùni fan, lou Couleitiéu Prouvènço bastis, preparo l’aveni. Sènso relàmbi, mostro qu’es necite d’agué uno culturo regiounalo ativo e renadivo, alor que vivèn dins un mounde que li sóu ié mestrejon tout…
Emé l’Óusservatòri, que lou permés de basti pèr restaura lou Mas Sant-Pau, à Chivau-Blanc, vai èstre depausa dins li jour que vènon, auren un óutis precious pèr servi la jouinesso. Pèr servi la lengo nostro.

Pamens, i’aura mai de bataio que faudra mena. Pèr eisèmple, en soustenènt la proupousicioun de lèi depausado pèr lou deputa Bernat Reynès souto lou titre Reconnaissance du provençal comme langue de France. Dins lis istitucioun de nosto regioun, aquéu proujèt dounara l’escasènço de coumta lis elegi e li respounable d’assouciacioun que soun lis aparaire vertadié de la lengo prouvençalo.

Sara indispensable, lou dise bèn, indispensable, de veni à la realita. Uno regioun que devra enfin poussedi uno lengo regiounalo siéuno. Emé soun noum vertadié. Soun ourtougràfi, facho à bèl esprèssi pèr Frederi Mistral, emai, adounc, particuliero. Lou biais d’escriéure de tóuti lis escrivan prouvençau d’aièr et de vuei, e que se vèi d’en pertout aqui – noum de boutigo, pèiro escricho, noum de carriero, etc...

La D.G.L.F.F. (Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France) dóu Menistèri de la Culturo e l’Educacioun Naciounalo enganon li gènt emé sa recouneissènço de la « Grando Óucitanìo » souleto e si 32 despartamen aneissa en plen au Lengadò. Tout eiçò se capito d’autant mai faus e ridicule, que s’un Prouvençau póu coumprene proun facilamen l’italian, l’espagnóu o lou catalan, sara pas parié ’mé lou gascoun, lou biarnés o lou lemousin, que fan pamens partido, tant coume nautre, dóu pretendu « óucitan » unen. Dins la grando famiho di lengo latino, chasque parla dóu Miejour a soun èime. E vougué entrauca ‘qui pèr forço lou « gai sabir » óucitan en impausant i Prouvençau la « doublo grafìo » - …ço que refuson, segur, tre que passas lou Rose !... – es un aganto-couioun e meme, uno meno d’alienacioun. Lou Francés a-ti dos grafìo ? E l’anglés ? L’espagnòu ? L’italian ?... Uno lengo póu pas s’escriéure de dous biais desparié. Se n’i’a que lou volon faire, es qu’an lou vèire-veni de plan-plan leva de cassolo lou nostre, au soul proufié d’uno unificacioun nivelarello.

Signe grèu e clar d’aqueste biais, coumènçon deja d’impausa la grafìo óucitano coume la souleto. Pèr eisèmple dins li prougramo dóu bacheleirat, à rebous de ço qu’es marca dins li reglamen amenistratiéu, escafa e descouneigu en plen, « ad majorem Occitanae gloriam »… Tout eiçò dèu fini !...

En fasènt obro de bastissèire, en dounant la paraulo is assouciacioun, gardaren nosto lengo e nosto culturo regiounalo. Gardaren un territòri que ié dison PROUVÈNÇO !

Jan-Pèire Richard

Edito

Version française

Voilà, nous y sommes. L’hiver se termine, et nous allons de nouveau pouvoir vivre à l’extérieur. Profiter d’une nature qui explose. Respirer les odeurs de nos campagnes, de nos collines… Enfin, quoi !... Une vie provençale !
Pour le Collectif Prouvènço, l’activité est à son maximum avec la rédaction du magazine, la préparation du Forum des Aulnes, des Théâtrales en Luberuon. Avec également des projets d’édition, le travail sur les plans de l’Observatoire, etc... Nous ne le disons pas assez. Contrairement à d’autres, le Collectif Prouvènço construit, prépare l’avenir. Sans relâche, il met en avant la nécessité d’une culture régionale active et renaissante, alors que nous vivons dans une société qui n’a que l’argent comme unique préoccupation.

Avec l’Observatoire, dont le permis de construire pour la réhabilitation du Mas Saint-Paul, à Cheval-Blanc, va être déposé ces prochains jours, nous aurons un bel outil au service de la jeunesse. Au service de la lengo nostro.

Pour cela, il y aura encore des batailles à mener. Par exemple soutenir la proposition de loi déposée par le député Bernard Reynès sous le titre Reconnaissance du provençal comme langue de France. Au sein des institutions de notre région, ce projet permettra de compter les élus et les responsables d’associations qui sont de vrais défenseurs de la langue provençale.

Il sera indispensable, je dis bien ; indispensable, de revenir à la réalité. Une région qui devra enfin posséder sa propre langue régionale, dotée de son véritable nom. De son orthographe à elle, créée par Frédéric Mistral, et donc particulière. L’orthographe de tous les écrivains provençaux d’hier et d’aujourd’hui et qui est répandue partout en Provence – enseignes, plaques, noms de rues, etc...

La D.G.L.F.F. (Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France) du Ministère de la Culture et l’Éducation Nationale trompent les gens avec la reconnaissance de la seule « Grande Occitanie » et ses 32 départements, de fait annexés au Languedoc. Tout cela est d’autant plus faux et ridicule, que si un Provençal peut comprendre assez facilement l’italien l’espagnol ou le catalan, ce ne sera pas le cas pour le gascon, le béarnais ou le limousin, pourtant inclus, tout comme nous, dans le prétendu « occitan » unique. Dans la grande famille des langues latines, chaque parler du Sud a sa spécificité. Et vouloir y introduire de force le « gai sabir » occitan en imposant aux Provençaux la « double graphie » - …ce que l’on refuse pourtant dès que l’on passe le Rhône !...- est une forme de tromperie, voire même d’aliénation. Le français a-t-il plusieurs orthographes ? Et l’anglais ? L’espagnol ? L’italien ?... Une langue ne peut pas s’écrire de deux façons différentes. Si on veut nous forcer à le faire, c’est avec l’arrière-pensée de supprimer progressivement la nôtre au profit d’une unification niveleuse. Signe grave et révélateur, on commence déjà à imposer la seule graphie occitane…

Par exemple dans les programmes du baccalauréat, au grand mépris des règlements administratifs qui sont de fait contournés et ignorés, « ad majorem Occitanae gloriam »… Tout cela doit finir !

En construisant, en donnant la parole au tissu associatif, nous garderons notre langue et notre culture régionale. Nous garderons l’honneur d’un territoire qui se nomme PROVENCE.

Jean-Pierre Richard