Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°62 - Me Dison Prouvènço - Édito

D 20 janvier 2019     H 16:56     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Édito
Version provençale

Liberté, Égalité, Fraternité. Aquéli tres mot coumplementàri, li sabèn tóuti. Soun marca sus lis escolo, li licèu, li coumuno, li bastimen publi... Mai fau pamens saupre ço que volon dire. E subre-tout, coume venguèron la deviso de nosto Republico.

Espelido en 1789 au moumen de la Revoulucioun franceso de 1789, lou biais de dire Liberté, Égalité, Fraternité faguè alor partido dóu mouloun de deviso alor evoucado, au mitan de proun d’autro. La liberta e l’egalita soun pamens moustrado coume causo impourtanto, dins l’article 1é de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Tre 1790, Robespierre, demandè que la deviso fuguèsse marcado sus li drapèu e lis uniforme. Mai sou proujèt s’emplastrè. Coume proun de simbole revouluciounàri, tout eiçò toumbè en douliho souto l’Empèri e la Restauracioun. Respeliguè au moumen de la Revoulucioun de 1830. Mai alor, fuguè pamens asatado, car se i’apoundeguè uno coulour religiouso, que li capelan lausavon lou Crist-Fraternita e benesissien lis aubre de la Liberta, qu’alor plantavon. Fauguè espera 1848 e la Coustitucioun de la IIenco Republico pèr que Liberté, Égalité, Fraternité, fuguèsse counsiderado coume uno foundamento. Chausido pèr la IIIenco Republico coume deviso óuficialo en 1880, es marcado dins li Coustitucioun que seguiguèron - aquéli de 1946 e de 1958 -, e fai partido en plen de noste patrimòni naciounau.

Vaqui pèr lis afaire istouri. Chascun d’entre nautre pourra tira de plan sus aquéli mot, pres l’un à cha l’autre, e sus ço que volon dire. Dins li tèms que sian, tóuti s’encapon d’image fort. E naturalamen, cadun ié trouvara uno significacioun qu’es siéuno. Siéu pamens d’aquéli que se pènson que li « catau » que nous mènon, e meme quàuquis descalaire que fan tripet en manifestant, ié farié besoun cava tout eiçò. Mai n’en soun-ti capable ?

Uno di gràndi questioun au cèntre dóu débat, es qu’entre Paris e li territòri, li pensamen dis un e dis autre van pas toujour coutrìo. Se n’en parlo despièi proun de tèms. Li pousicioun e li decisioun, en particulié raport i vehicule diesel, an moustra lou cinisme, lou biais gousto-soulet e clafi de croio d’aquéli que seguisson soulamen que la draio d’uno ecounoumìo tenènt pas jamai comte di terraire e dis ome que ié soun estaca.

N’en vendrai à-n-uno questioun que pòu sembla pas gaire impourtanto à l’ouro d’aro. Es ligado i lengo em’ i tradicioun regiounalo. Es pamens au cor de tout !... E zóu ! Aqueste debat, lou proupousaren e l’anan durbi ! E lou faren au nivèu naciounau, pèr lou Forum de Desèume, que se tendra li 13 e 14 d’abriéu que vènon. Lou tout souto l’aflat dóu Couleitiéu Prouvènço, emai tambèn emé l’Óusservatòri de la lengo e de la culturo prouvençalo, aro de-bon crea d’un biais óuficiau, dóumaci la signaturo de la proumesso d’un bai enfiteouti, signa lou 19 de desèmbre passa, davans noutàri, e que clavo la longo batèsto que deguerian mena. Em’aquel óutis precious que sara l’Òusservatòri, lou prouvençau vai enfin veni de-bon uno di lengo de Franço recouneigudo coume talo, óuficialamen o pèr forço dins la vido vidanto. E qu’acò agrade o noun en quàuqui pisso-vinaigre... Dins aquelo espèro, aviéu deja souveta que Roumié Venturo prenguèsse la presidènci dóu Coumitat scientifi de la lengo e de la culturo prouvençalo. Aquéu es coumpausa de persounalita e de saberu qu’obron de-longo pèr la lengo e li culturo regiounalo de nosto Prouvènço. Es ansin que dóumaci sa bono ajudo, pourren faire un prougramo clafi de valour e de proumesso.

Mai pode pas acaba sènso vous counvida pèr que vengués parteja un grand moumen de noste mouvemen. Vole parla de la presentacioun di vot dóu Couleitiéu Prouvènço, que se fara à Maiano, au Mas dóu Juge – endré proun simbouli, se n’i’a un !... - lou dissate 26 de janvié de cinq ouro à dès ouro dóu tantost. Uno vesito de l’oustau ounte visquè et travaiè Mistral ié sara ourganisado.
Car legèire e ami, au noum dóu Couleitiéu Prouvènço e d’un biais persounau, vous souvète uno bono e urouso annado 2019. E que fugue aquelo de la respelido e de l’enavans !

Jan-Pèire Richard

Édito
Version française

Liberté, Égalité, Fraternité. Ces trois mots complémentaires, nous les connaissons tous. Ils sont gravés sur les façades des écoles, des lycées, des mairies, des bâtiments publics, etc. Mais savons-nous vraiment ce qu’ils signifient ? Et surtout, pourquoi et comment sont-ils devenus la devise de notre République ?

Apparue en 1789 au moment de la Révolution Française, la formule Liberté, Égalité, Fraternité faisait partie des devises alors invoquées, mais parmi beaucoup d’autres. La liberté et l’égalité sont tout de même posées comme principes dans l’article 1er de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Dès 1790, Robespierre préconisait que la devise fût inscrite sur les drapeaux et les uniformes. Mais son projet fut ignoré.
Comme beaucoup de symboles révolutionnaires, la devise tomba en désuétude sous l’Empire et la Restauration. Elle réapparut lors de la Révolution de 1830. Mais réadaptée, car empreinte d’une aura religieuse : les prêtres célébraient le Christ-Fraternité et bénissaient les arbres de la Liberté qui étaient alors plantés. Il a fallu attendre 1848 et la rédaction de la Constitution de la IIème République pour que Liberté, Égalité, Fraternité soit érigé en principe fondateur. Adoptée par la IIIème République comme devise officielle à partir de 1880, elle est inscrite dans les Constitutions suivantes - celles de 1946 et 1958 -, et fait partie intégrante de notre patrimoine national.

Voilà pour le rappel historique. A chacun d’entre nous de méditer sur ces mots pris individuellement, et leurs significations. Dans la période actuelle, tous sont porteurs d’une image forte. Et naturellement, chacun y trouvera un sens qui lui est propre. Je suis toutefois de ceux qui pensent que nos dirigeants, et même certains extrémistes qui manifestent, ont un sérieux besoin de réflexion sur le sujet. Mais en sont-ils capables ?

Une des grandes questions qui est au centre du débat, c’est le décalage entre Paris et les territoires. Cette question est d’actualité depuis longtemps. Les prises de position et les décisions, en particulier sur les véhicules diesel, ont démontré le cynisme, l’égoïsme, la supériorité de ceux qui n’obéissent qu’aux lois d’une économie ne tenant pas compte du fait territorial et de l’humain qui s’y réfère.

J’en viens à un débat qui peut paraître subalterne à cet instant. C’est celui des langues et des traditions régionales. Il est pourtant au coeur de tout ! Eh bien, ce débat, nous allons le proposer et nous allons l’ouvrir ! Et nous le ferons au niveau national, à l’occasion du Forum des Aulnes, qui se tiendra les 13 et 14 avril prochain. Le tout sous l’égide du Collectif Prouvènço, mais aussi avec l’Observatoire de la langue et de la culture provençales, maintenant officiellement acté par la la signature de promesse de bail emphytéotique, le 19 décembre dernier, devant notaire. Cela met un terme définitif à la longue bataille que nous avons menée pour cela. Grâce à l’outil privilégié que va constituer cet Observatoire, et officiellement ou de fait, le provençal va devenir enfin une des langues régionales de France reconnue comme telle. N’en déplaise à certains....
Dans cette attente, j’avais déjà souhaité que Remi Venture préside le Comité scientifique de la langue et de la culture provençales. Il est composé de personnalités et d’experts qui travaillent au quotidien sur la langue et les cultures régionales de notre territoire. Grâce à leur concours, notre programme sera plein de valeurs et de promesses.

Mais je ne peux pas terminer mon propos sans vous inviter à venir partager un moment fort de notre mouvement. Je veux parler de la présentation des vœux du Collectif Prouvènço, qui se déroulera à Maillane, au Mas du Juge – lieu symboliquement important s’il en est !...- le samedi 26 janvier de 17 à 22 heures. Une visite de la maison où a vécu et travaillé Mistral sera proposée aux participants.
Chers lecteurs et amis, autant pour le Collectif Prouvènço qu’en mon nom propre, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2019. Et qu’elle soit celle du renouveau !

Jean-Pierre Richard