Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°63 - Me Dison Prouvènço - Édito

D 27 mars 2019     H 15:29     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Édito
Version provençale

Alor que lou printèms arrivo, lou Collectif Prouvènço fuguè forço atravali despièi la debuto de l’an. I’aguè la parucioun de dous edicioun de noste magasino, la ceremounié di vot au Mas dóu Juge à Maiano, l’acamp generau à Moulegés. Et pièi la debuto dóu gros chantié dóu Mas Sant-Pau, à Chivau-Blanc pèr i‘aculi l’Óusservatòri de la lengo e de la culturo prouvençalo, emai la preparacioun dóu Forum de Desèume – la mai grando acampado di culturo prouvençalo -, emé lou soustèn dóu Despartamen di Bouco dóu Rose…Proun de travai, adounc, mai tambèn proun d’empache amenistratiéu que nous meteguèron mai que mai en aio… En particulié pèr ço qu’es de iéu…

Á tout aquéu prefa, s’apoundon li rescontre emé lis atour de la culturo prouvençalo, emé li decidaire. Nosto presènci dins un mouloun de fèsto loucalo. La vido dóu burèu dóu Couleitiéu, l’amagestramen dóu prougramo de l’Óusservatòri. Maugrat tout acò, es necite de se garda de moumen pèr sa vido persounalo…. Car lou diren jamai proun. Lou Couteitiéu, es un mouvemen mena pèr uno chourmo de benevole.
Mai basto, coume se dis en prouvençau. Faguen pas trop li besuquet ! Es la rançoun dóu sucès, e vesèn nosto causo en trin de capita, emé l’acoumplimen de nòsti proujèt, meme se la draio sèmblo de-longo samenado d’embrouio. Li darriero, es la barraduro d’uno classo de prouvençau au licèu de Carpentras. Reagiguère quatecant en arresounant lou Reitour de l’Acadèmi de-z-Ais-Marsiho, dins uno entrevisto que faguère sus la radiò France Bleu Vaucluse. Es ansin que demandère que s’acampèsse lou Counsèu Academi di Lengo Regiounalo. Lou faguère pièi d’un biais óuficiau pèr uno letro, que lou Reitour vouguè bèn ié respondre en counvoucant lou Counsèu lou 30 d’abriéu que vèn, à-z-Ais. Escriguère parieramen au Menistre de l’Educacioun Naciounalo pèr que reçaupèsse – o faguèsse reçaupre pèr un de si coulabouraire – uno delegacioun dóu Couleitiéu Prouvènço pèr que pousquessian ié dire nósti douleànci raport à la reformo dóu bacheleirat. E mai generalamen pèr ço que nous estransino pèr ço qu’es de l’endeveni di lengo regiounalo dins l’Educacioun Naciounalo, em’ en particulié lou prouvençau.

De-fèt, fau bèn avoua que sian plen d’amarun. Tout es fa pèr descouraja lis escoulan, li coulegian e li licean d’aprene li lengo regiounalo. Se regardan de proche li nouvèu reglamen toucant lou bacheleirat, nosto lengo i’es desenant visto coume uno di lengo « estrangiero », pèr pas dire di « lengo morto ». O, lou prouvençau, tant coume lou bretoun, lou basco, l’alsacian, lou corse, tóuti nósti bélli lengo que fan lou drudige di terraire francés, dins l’esperit estré di teinoucrato parisen e d’aquéli que nous gouvernon, soun counsiderado mai que mai coume de lengo fourestiero.

Proupausaren, un grand debat sus aquéu sujèt au Forum de Desèume. Vous esperan noumbrous pèr apara la lengo nostro, en foro de tout esperit de capello. Vous esperan noumbrous pèr l’aparamen de nósti territòri, nòsti terraire, noste gàubi e nosto liberta.

« Sian pancaro mort ! ». Mai que mai, lou tèms es vengu de l’afourti aut e fort. Óublidessian jamai qu’avèn lou poudé de vouta. Que nòsti catau parisen l’óublidèsson pas !…

Vaqui perqué, lou 30 d’abriéu, venès au Mas de l’Estang de Desèume, à Sant-Martin-de-Crau. Lou Presidènt dóu Couleitiéu se metra pas en taio pèr parla soulet un gros moumen. Coume se fai dins li tèms que vuei, cadun pourra dire sis idèio. Ensèn, decidaren de causo forto, e demandaren i Parlamentàri de faire soun obro.

Uno regioun, uno identita, uno lengo !...

Jan-Pèire Richard

Édito
Version française

Alors que le printemps arrive, le Collectif Prouvènço a connu une activité intense depuis le début de l’année. Il y a eu la parution de deux éditions de notre magazine Me Dison Prouvènço, la cérémonie des vœux au Mas du Juge à Maillane, l’assemblée générale à Mollégès. Et aussi le début des travaux au Mas Saint-Paul à Cheval-Blanc pour y accueillir l’Observatoire de la langue et de la culture provençales, ainsi que la préparation du Forum des Aulnes - le plus grand rassemblement des cultures provençales - , avec le soutien du département des Bouches-du-Rhône... Beaucoup de travail donc, mais aussi beaucoup de tracas administratifs qui contribuent à ajouter de la pression sur nos épaules… Et sur les miennes, en particulier…

S’ajoutent à ces nombreuses tâches les rencontres avec les acteurs de la culture provençale, avec les décideurs. Notre présence lors de fêtes locales. La vie au bureau du Collectif, l’élaboration du programme de l’Óusservatòri. Malgré tout cela, il faut également se ménager des instants pour sa vie personnelle… Car, soulignons-le, le Collectif est un mouvement animé par une équipe de bénévoles.

Mais basto, comme on le dit en provençal. Ne faisons pas la fine bouche ! C’est la rançon du succès, et nous voyons le bout du tunnel avec l’accomplissement de nos projets, même si le parcours semble sempiternellement semé d’embûches. Les dernières en date sont la fermeture d’une classe de provençal au lycée de Carpentras. J’ai immédiatement réagi et interpellé le Recteur de l’Académie d’Aix-Marseille, par radio interposée, lors d’une interview sur France Bleu Vaucluse. Ainsi ai-je demandé une réunion du Conseil Académique des Langues Régionales. Cela a été confirmé par un courrier auquel le Recteur a répondu favorablement en fixant un rendez-vous le 30 avril à Aix-en-Provence. J’ai par ailleurs écrit au Ministre de l’Éducation nationale pour qu’il reçoive - lui-même ou un de ses représentants - une délégation du Collectif Prouvènço afin que nous puissions lui faire part de nos doléances sur la réforme du baccalauréat. Et de manière plus générale au sujet de nos inquiétudes sur la place des langues régionales au sein de l’Éducation Nationale, et plus particulièrement pour ce qui concerne le provençal.

Car le constat est amer. Tout est fait pour décourager les élèves, collégiens ou lycéens, d’apprendre leur langue régionale. Si l’on s’en réfère aux nouvelles directives concernant le baccalauréat, notre langue est désormais assimilée aux langues étrangères, voire aux « langues mortes ». Oui, le provençal, tout comme le breton, le basque, l’alsacien, le corse, toutes nos belles langues qui font la richesse des terroirs Français, sont considérées comme des langues étrangères dans l’esprit étroit des technocrates parisiens et de ceux qui nous gouvernent.

Nous proposerons un grand débat sur le sujet au Forum des Aulnes. Je vous espère nombreux pour défendre la lengo nostro, au-delà de tout clivage. Je vous espère nombreux pour défendre nos territoires, notre terroir, notre art de vivre et notre liberté.

« Sian pancaro mort ! ». Le temps est venu de le dire haut et fort. Nous avons le pouvoir de voter, ne l’oublions pas. Que nos élites parisiennes ne l’oublient pas non plus…
Alors, le 13 avril, venez débattre au Domaine de l’Étang des Aulnes, à Saint-Martin-de-Crau. Le Président du Collectif ne se mettra pas en bras de chemise pour monologuer pendant des heures. Comme c’est la tendance actuellement, chacun pourra s’exprimer. Nous prendrons ensemble une résolution forte, et nous demanderons à nos parlementaires de faire le travail.

Uno regioun, uno identita, uno lengo !

Jean-Pierre Richard