Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

N°64 - Me Dison Prouvènço - Édito

D 8 juillet 2019     H 09:00     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Édito
Version provençale

Dins aquelo coumençanço d’estiéu, auriéu ama d’evouca li vacanço, li proujèt de lesi... Mai vaqui que la calourasso que s’anóuncio vai seguramen nous ensuca... Veiren bèn...

Li media e li gènt pouderous que nous mènon an bèn resoun de denouncia pèr l’aveni uno mau-parado vertadiero, estigançado pèr l’ome éu-meme. Mai de-que fan pèr ana contro tout eiçò ? De que fan pèr empacha que de milioun de camioun vanegon de-longo sus nòsti routo pèr adurre de coumando facho la vèio ? Aurié-ti pas miés vougu que s’encouragèsse lou ferroutage e lou carré pèr li canau e li flume, alor qu’aquéli proujèt fuguèron leva de cassolo, en particulié pèr lis ecoulougisto éli meme que tourpihèron la liesoun Ren-Rose ?... De-que fan contro li super-tanker que marchon emé de petròli lourd fasènt autant de poulucioun que de milioun de veituro encò-nostre, e que nous aduson de proudu fabrica en Chino ?... De-que fan pèr enebi li paquebot grandaras fa à bèl-esprèssi pèr un tourisme à estrasso de marcat, que fan autant de poulucioun, e que d’ùni que i’a soun forço dangeirous pèr de site ufanous coume Veniso ? De-que fan pèr trouba la clau d’un proublèmo que tubo ; aquéu di bourdiho nucleàri – que d’aiours, es impoussible de regla !... -, e que lis ome se lou van empega pendènt aperaqui 100 000 an ? De-que fan pèr enebi l’emplé de pouisoun coume lou glifousate que n’en arrouson nòsti terro ounte i’a plus rèn que pousso, o de poumo d’amour vengudo d’un biais artificiau e qu’an ni goust ni gousto ? Basto. Vous an-ti di que soun vengu coumpletamen ascla ? I’a pas que lou tèms qu’es desenant coumpletamen fòu. Nòsti baile tambèn !...

Acò di, i’a un autre doursié que se capito tras qu’impourtant pèr nautre. Es aquéu de la reformo di licèu, que coundano li lengo regiounalo. E coume se n’i’avié pas proun, vaqui-ti pas que lou presidènt dóu Counsèu Despartamentau de la Vau-Cluso a dins l’idèio de supremi li panèu en prouvençau à l’intrado de nòsti vilo, ounte leissarien qu’aquéli en franchimand souto escampo que s’agis de la « lengo de la Republico » !... E pièi es pas tout. Lou Despartamen dis Àutis-Aup vèn de prouclama que l’óucitan sarié la lengo óuficialo de soun territòri. Un cop de mai, meme se soun grandamen minouritàri en Prouvènço, li tenènt de l’ideoulougìo óucitano demandon que noste parla ague pèr noum qu’aquéu « d’occitan » ! E tout acò emé la bono ajudo di « coumpan de routo » que pronon uno « Unioun Sacrado » ounte se fan couiouga de-countùni. Es que lou sabèn proun. Aquelo poulitico a moustra si limito. Meno soulamen qu’à faire trachi lou poudé d’aquéli que volon mai que mai óucitanisa Prouvènço...

Alor, de-que nous soubro-ti de faire ? Vau pamens clava em’ uno belugo d’esperanço. Semblarié que lou Reitour de l’Acadèmi de-z-Ais-Marsiho e lou Prefèt de la Vau-Cluso, que rescountrère, aguèsson coumprés nòstis argumen. Fau tambèn coumta sus la voulounta dis ensignaire nostre – proufessour, mèstre d’escolo, aquéli qu’obron dins lis assouciacioun... Tóuti assajon de teni l’escoumesso. Tóuti an la fe. Nosto lengo es pas morto, d’autant que l’Óusservatòri nostre es plus un pantai e nimai un mirage, mai uno realita. Un óutis pèr la lengo e de la culturo nostro !

Esperan que lou moumen de campos que coumenço em’aquel estiéu dounara un enavans nouvèu à la fraternita prouvençalo !

Jan-Pèire Richard




Édito
Version française

En ce début d’été, mon souhait serait de vous parler de loisirs, de vacances, de projets… Mais voilà que la canicule s’invite, avec des températures records annoncées. Nous verrons bien…

Les médias, et les puissants qui nous gouvernent ont bien raison de dénoncer une catastrophe programmée par l’homme lui-même. Mais que fait-on contre cette situation ? Que fait-on pour empêcher la circulation de millions de camions tous les jours sur nos routes pour nous apporter des commandes faites la veille ? N’aurait-il pas mieux valu encourager le ferroutage et le transport par voie fluviale alors que ces projets ont été supprimés... y compris par les écologistes qui ont torpillé la liaison Rhône-Rhin ?... Que fait-on contre les super tankers qui transportent des produits manufacturés en Chine, et qui fonctionnent au fuel lourd polluant autant que des millions d’automobilistes ? Que fait-on pour interdire les navires de croisière géants pour tourisme de masse à bon marché, qui polluent tout autant et dont certains font courir de très graves dangers à des sites incomparables comme Venise ? Que fait-on pour régler le problème des déchets nucléaires – par ailleurs insoluble... - dont l’espérance de vie (sic) est de 100 000 ans ? Que fait-on pour interdire l’emploi du glyphosate qui arrose nos champs, devenus terre sans herbe, où des tomates poussant hors sol, fruits sans saveur ? Bref, vous ont-ils dit que nous sommes devenus fous ? Il n’y a pas que le climat qui est cinglé ! Nos dirigeants aussi !

Après ce constat, il y un autre dossier qui est très important pour nous. C’est celui de la réforme du lycée, qui condamne les langues régionales. Et comme si cela ne suffisait pas, voici que le Président du Conseil Départemental de Vaucluse envisage de supprimer la double signalétique, français-provençal, à l’entrée de nos villes, où il ne resterait que le français sous prétexte qu’il s’agit de la « langue de la République » ! Et ce n’est pas tout. Le Département des Hautes-Alpes annonce l’occitan comme langue officielle de son territoire ! Une nouvelle fois, les tenants d’une idéologie occitaniste, pourtant largement minoritaires en Provence, demandent que notre langue se nomme « occitan » ! Et cela avec la complaisance de compagnons de route qui préconisent benoîtement la « Sainte Alliance ». Mais on le sait bien. Une telle politique a déjà montré ses limites. Elle n’aboutit qu’à renforcer les tentatives d’occitanisation de la Provence.

Alors, que nous reste-t-il à faire ? Je vais quand même conclure avec une lueur d’espoir. Il semble que le Recteur de l’Académie Aix-Marseille ainsi que le Préfet de Vaucluse, que j’ai rencontrés, sont sensibles à nos arguments. Il faut compter également sur la volonté des professeurs, des instituteurs, du tissu associatif… Tous veulent relever le défi. Tous ont la foi. Notre langue régionale n’est pas morte, d’autant plus que notre Observatoire n’est plus un rêve ou un mirage, mais une réalité. Un outil au service de la lengo e de la culturo nostro !

Espérons que cette trêve estivale qui commence donnera un élan nouveau à la fraternité provençale !

Jean-Pierre Richard