Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

"Paysage de Provence" de Paul Guigou

LA PROVENCE CONFINEE - LA PROVENCE CULTIVEE

D 23 mars 2020     H 17:51     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Et si nous commencions notre évasion par un classique au nom évocateur histoire de donner le ton ?

Paul Guigou n’a, comme beaucoup d’artistes, pas connu un grand succès de son vivant. Il faut dire aussi que la brièveté de sa carrière et son caractère solitaire ne l’y ont certainement pas aidé. Aujourd’hui, il est connu et reconnu comme un des artistes les plus emblématiques de la Provence. Son style sans fioriture et sa maîtrise technique poussent certains à le comparer aux artistes hollandais du XVIIe siècle, mais ce qui est sûr c’est que c’est avec talent qu’il a su retranscrire les paysages de sa province natale.


Autoportrait 1869, Huile sur bois, H 40 x L 29,5 cm
Musée d’Orsay, Paris, France
©️ photo musée d’Orsay / rmn

Ainsi, quel bien lui en a pris, lui, issu d’une famille aisée et destiné au notariat, de céder à son désir de dessin et de peinture. Encouragé par un autre natif de Provence, Auguste Loubon, alors directeur des Beaux-Arts de Marseille, séduit par les œuvres d’artistes comme Puvis de Chavanne, Corot, Millet, aux côtés de qui il a exposé dans le cadre de l’Exposition de la Société artistique des Bouches-du-Rhône en 1859, Paul Guigou est parti pour Paris. Lui, l’autodidacte, s’est installé dans la capitale comme professeur de dessin pour y gagner sa vie, et y a réalisé la majorité de ses oeuvres.
Toutefois, la nostalgie de ses paysages provençaux l’a rattrapé et poussé à retourner régulièrement dans la vallée de la Durance et le pays marseillais. Il en a fixé avec minutie et sincérité, sur des petits formats en bois la plupart du temps, la diversité et la richesse. En pur naturaliste, sans interprétation historique, romantique ou essai de style, il a su animer soigneusement ses tableaux de quelques personnages et si bien les structurer de quelques bâtisses régionalistes que Mistral en a dit « Il a su faire un portrait fidèle de notre belle contrée ».

Paysage de Provence 1860, huile sur toile, H 54 x L 81 cm
Musée d’Orsay, Paris, France
©️ photo musée d’Orsay / rmn

#restas_à_loustau

Dans la même rubrique

7 mai – La pissaladière

28 avril – Invitation au voyage

25 avril – Fête de la Saint-Marc

20 avril – Le Crespèu

16 avril – La peste à Aix-en-Provence en 1546