Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

Qu’es acò, d’èstre Prouvençau vuei ?

Felipe Blanchet « Èstre prouvençau, es lou vougué e teni pèd ! »

D 11 mai 2020     H 16:01     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Une question toute bête de prime abord, mais que l’on est en droit de se poser en ce début de décennie, en ces temps de mondialisation, de globalisation, de grand chambardement politique, économique, philosophique et autres qualificatifs en « ique ».
Cette question, nous l’avons posée à des personnalités de la culture : artistes, intellectuels, universitaires… Cette question, vous vous la posez aussi sans doute, chaque jour, dans votre vie quotidienne. Nous aurons, nous l’espérons, l’occasion de recueillir vos commentaires et d’en discuter sereinement à la prochaine occasion qu’il nous sera donnée. Pour l’heure, grâce au réseaux sociaux, le débat peut être lancé. Puisse-t-il inspirer les Maires de nos communes fraichement élu, et les candidats aux scrutins à venir. Dans notre chère Provence, cette question existentielle et les réponses que nous pouvons lui apporter demeurent essentielles.

Èstre quoucarrèn coumo « prouvençau » o « bretouno », que a rèn d’óuficiau, s’apren à-n-uno counsciènci. Èstre prouvençau, es lou vougué. Degun nèisse prouvençau o prouvençalo : si va devèn. Em’acò, cadun e caduno va pòu deveni. Acò s’apren eis elemen necite pèr èstre prouvençau, que tiron de ce que li dien « culturo » : un biais particulié de viéure, de coumprene lou mounde, de si coumpourta, de tèisse de liame emé lei gènt, de s’encamina dins l’Istòri, de regarda l’avenidou.

Èstre prouvençau, s’apren à-n-un « patrimòni » fa siéu au tèms d’aro e lou fa viéure deman. Tóuti aqueli que an toco de persegui acò ensèn, li douno counsciènci de basti uno coumunauta d’esperit, que li poudèn dire « lei Prouvençau e lei Prouvençalo ».

Acò s’apielo sèmpre sus uno lengo particuliero o pèr lou mens un biais particulié de vira uno lengo. Avèn la lengo prouvençalo e peréu un biais prouvençau de parla lou francés, lengo fourestiero impausado quouro la Franço s’es empatrounado de Prouvènço. Si pòu èstre prouvençau sènso parla prouvençau. Mai sènso lengo prouvençalo, dounco sènso francés aprouvençali, l’a gié de Prouvènço prouvençalo.
Èstre prouvençau vuei, es resisti contro ce que nous buto à plus v’èstre, à s’afrancihouti. Contro lei Franchimand que soun aro mai noumbrous que nautre en Prouvènço, d’autant que si li apoundoun Francihot e Francihoto, e que an pres lou poudé sus nouaste païs. Èlei enfuson sa lengo à luego de la nouastro noun pas qu’en demai. Li enfuson soun biais de vèire e de viéure. Prouvençau, Prouvençalo, sian uno minouranço amenaçado. »
(Texte en graphie varoise).

Felipe Blanchet
Soucioulenguisto, Presidènt dóu Counsèu Academi de l’Universita Reno 2 (Bretagno / Breizh / Bertègn - France), Proufessour de soucioulenguistico (coumunicacioun plurilengo e interculturalo), Couourdounatour francés dóu Réseau algéro-français LaFEF.


Philippe Blanchet
« Être provençal, c’est le vouloir et tenir bon ! »
Être quelque chose comme « provençal » ou « bretonne », qui n’a rien d’officiel, relève d’une conscience. Être provençal, c’est le vouloir. Personne ne nait provençal ou provençale : on le devient. Chacun et chacune peut alors le devenir. Cela découle des ingrédients nécessaires pour être provençal, car ils sont « culturels », comme on dit : une façon particulière de vivre, de comprendre le monde, de se comporter, de tisser des liens avec les autres, de marcher sur le chemin de l’Histoire, d’envisager l’avenir.
Être provençal procède d’un « patrimoine » que l’on fait sien à son époque et que l’on fera vivre demain. À tous ceux et celles qui ont le projet de continuer en ce sens, cela donne conscience de construire une communauté d’esprit que l’on peut appeler « les Provençaux et les Provençales ».
Cela s’appuie toujours sur une langue particulière ou au moins une façon particulière de parler une langue. Nous avons la langue provençale ainsi qu’une façon provençale de parler français, langue pourtant étrangère, imposée quand la France a mis la main sur la Provence. On peut être provençal sans parler provençal. Mais sans langue provençale, donc sans français provençalisé, il n’y a pas de Provence provençale.
Être provençal aujourd’hui, c’est résister contre ce qui nous pousse à ne plus l’être, à se franciser. Contre les Français d’ailleurs qui sont maintenant plus nombreux que nous en Provence, d’autant que s’y ajoutent les Provençaux et Provençales qui les imitent, et qui ont pris le pouvoir sur notre pays. Ces gens-là répandent leur langue à la place de la nôtre et non en plus. Ils répandent leur façon de voir et de vivre. Provençaux et Provençales, nous sommes une minorité en danger.

Philippe Blanchet est président du Conseil Académique de l’Université Rennes 2 (Bretagne / Breizh / Bertègn – France, professeur de sociolinguistique (communication plurilingue et interculturelle), coordonnateur français du Réseau algéro-français.