Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

Qu’es acò, d’èstre Prouvençau vuei ?

Micoulau Dromard « Èstre Prouvençau, es trouba la Prouvènço de deman. »

D 14 mai 2020     H 15:44     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Une question toute bête de prime abord, mais que l’on est en droit de se poser en ce début de décennie, en ces temps de mondialisation, de globalisation, de grand chambardement politique, économique, philosophique et autres qualificatifs en « ique ».
Cette question, nous l’avons posée à des personnalités de la culture : artistes, intellectuels, universitaires… Cette question, vous vous la posez aussi sans doute, chaque jour, dans votre vie quotidienne. Nous aurons, nous l’espérons, l’occasion de recueillir vos commentaires et d’en discuter sereinement à la prochaine occasion qu’il nous sera donnée. Pour l’heure, grâce au réseaux sociaux, le débat peut être lancé. Puisse-t-il inspirer les Maires de nos communes fraîchement élu, et les candidats aux scrutins à venir. Dans notre chère Provence, cette question existentielle et les réponses que nous pouvons lui apporter demeurent essentielles.

Micoulau Dromard

« Èstre Prouvençau, es trouba la Prouvènço de deman. »

Qu’es acò, d’èstre Prouvençau vuei ? Queto questioun tihouso !
Èstre Prouvençau, es assaja de faire viéure soun terraire, sa vilo, soun campèstre, sis estajant. Es èstre dre ’mé lis autre, e plen d’enavans pèr lou travai. Es èstre paciènt, ounèste. Es cerca dins l’acioun coumuno ço que fai racino, ço que meno au bèu, au verai. Es se durbi e fourma lis autre i valour umano. Es planta un aubre dins sa terro pèr aquéli que seguiran. Èstre Prouvençau, es assaja de parla sa lengo e de saupre ço qu’aquelo aduguè à sa terro em’is àutri nacioun.
Èstre Prouvençau, es trouba la Prouvènço de deman, moudernisa si tradicioun, lis asata i tèms que sian, e se ramenta qu’es à l’entour de l’idèio de realisa tóutis ensèn li causo que capitaren, en fasènt veni lis femo e lis ome à la lengo. La lengo que, se nous unis pas fourçamen, - que proun de Prouvençau la parlon pas-, dèu pamens nous ié mena. Fau pas afourti que la lengo dèu subre-viéure, mai la faire r-espeli (sic) pèr un nouvèu publi, sus de valour acamparello, d’amista de partage et d’acioun, que dounaran d’envanc à sa pratico.
E perqué pas ourganisa de Grand Jo de Prouvènço, que tóuti li gràndi vilo nostro ié mandarien sa chourmo pèr ié faire targo ? De jo e de courso de touto meno que moustrairien la forço e lou gàubi nostre. Faudrié defini tout acò, mai li jo e la culturo soun un bon biais pèr s’agroupa tóutis ensèn.

Nicolas Dromard es coumedian e metèire en scèno, mèmbre de la coumpagnié tiatralo Dans la Cour des Grands.


Nicolas Dromard

« Être provençal c’est inventer la Provence de demain. »

C’est quoi être provençal aujourd’hui ?... Quelle question difficile ! Etre provençal c’est essayer de faire vivre son territoire, sa ville, sa campagne, ses habitants. C’est être droit avec les autres et courageux au travail. C’est être patient, honnête. C’est chercher dans l’action commune ce qui fait racine, ce qui participe au beau, au vrai. C’est s’ouvrir et former les autres aux valeurs humaines. C’est planter un arbre dans sa terre pour ceux qui suivront. Être provençal, c’est essayer de parler sa langue et de savoir ce qu’elle a apporté à sa terre et aux autres nations.
Être provençal c’est inventer la Provence de demain, moderniser ses traditions, les adapter à notre époque et se rappeler que c’est autour de l’idée de réaliser des choses ensemble que l’on parviendra à faire venir des femmes et des hommes à la langue. La langue qui, si elle ne nous unit pas forcément - car certains, bien que Provençaux, ne la parlent pas -, doit cependant nous y conduire. Il ne faut pas parler de faire survivre la langue mais de la faire re-naître (sic) à un nouveau public, sur des valeurs de cohésion, d’amitié, de partage et d’action qui pousseront à la pratiquer.
Et à quand des Grands Jeux de Provence où chaque grande ville mettrait en lice ses équipes ? Jeu de Pala et autres courses, épreuves d’habileté, de force... Tout reste à définir, mais le jeu et la culture sont les meilleurs vecteurs de cohésion.

Nicolas Dromard est comédien et metteur en scène, membre de la compagnie théâtrale Dans la Cour des Grands.