Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

Qu’es acò, d’èstre Prouvençau vuei ?

Girard Gelas : « Aquesto terro… »

D 15 mai 2020     H 13:41     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Une question toute bête de prime abord, mais que l’on est en droit de se poser en ce début de décennie, en ces temps de mondialisation, de globalisation, de grand chambardement politique, économique, philosophique et autres qualificatifs en « ique ».
Cette question, nous l’avons posée à des personnalités de la culture : artistes, intellectuels, universitaires… Cette question, vous vous la posez aussi sans doute, chaque jour, dans votre vie quotidienne. Nous aurons, nous l’espérons, l’occasion de recueillir vos commentaires et d’en discuter sereinement à la prochaine occasion qu’il nous sera donnée. Pour l’heure, grâce au réseaux sociaux, le débat peut être lancé. Puisse-t-il inspirer les Maires de nos communes fraîchement élu, et les candidats aux scrutins à venir. Dans notre chère Provence, cette question existentielle et les réponses que nous pouvons lui apporter demeurent essentielles.

Girard Gelas

« Aquesto terro… »

Aièr, dins moun oustau d’Entraigo, emé Lis, ma mouié, erian un pau tardié pèr plega dins de papié, l’un à cha l’autre, li santoun de noste belèn. Èron-ti li darrié cepoun d’uno Prouvènço anequelido, emé si païsan, si pescadou, si repetié, si bóumian e si chivau Camargo, qu’estremavian emé grand siuen dins quàuqui bouito de caussuro, que sarien soun sarcoufage jusqu’au Nouvè que vèn ? O tout simplamen, sarien-ti pas aquélis estajant d’un jardin secrèt que tant de Prouvençau, n’en pantaion ?... Aquéu jardin que, de Maiano i baumo baussenco, en passant pèr lou Ventour, li Aupiho, Mount-Majour et la Crau, assouston encaro tant de secrèt. Li secrèt d’uno terro que barbelo, meme s’es, en grando part, endecado pèr li residènci segoundàri, amalugado e sagatado pèr un mounde que l’ecounoumìo se trufo pas mau di païsage e de sa bèuta, uno terro que se i’ausis pamens encaro lou cant di felibre e de nósti tradicioun.
S’atrobo pas, aquesto Prouvènço, dins li catalogue touristi, meme se quàuquis-un de sis evenimen lis atrivon – e perqué noun ?... Aquesto Prouvènço, es la d’aquéli que van d’à-pèd landa dins la garrigo, au bèu mitan dis agarrus que si branco soun toursegudo pèr lou « mistrau gagnant ». Aquelo terro que nous remando dóu coustat de la Touscano, la Grèco e touto la Mieterrano. Aquesto terro qu’un jour, me ié foundrai dedins, e que, pèr aro, me porto dins sa glòri.

Girard Gelas es metèire en scèno, autour dramati, direitour dóu Théâtre du Chêne Noir en Avignon.


Gérard Gelas

« Cette terre… »

Hier, dans ma maison d’Entraigues sur la Sorgue, avec Lys, ma compagne, nous emballions, l’un après l’autre, et certes un peu tardivement, tous les santons de notre crèche. Etaient-ce les derniers témoins d’une Provence disparue avec ses paysans, ses pêcheurs, ses vendeurs à l’étalage, ses bohémiens et ses chevaux de Camargue, que nous rangions délicatement dans des boites à chaussures qui seraient leurs sarcophages jusqu’au Noël prochain ? Ou tout simplement n‘étaient-ce pas les habitants d’un jardin secret où rêvent encore tant de provençaux ? Ce jardin qui, de Maillane aux grottes des Baux en passant par le Mont Ventoux, les Alpilles, Montmajour et la Crau, abrite encore tant de secrets. Les secrets d’une terre qui palpite, bien qu’en partie occupée par les résidences secondaires, balafrée et déchirée par un monde où l’économie se moque des paysages et de leur beauté, une terre où l’on entend encore le chant des félibres et de nos traditions.
Cette Provence, on ne la trouve pas dans les catalogues touristiques, même si certains des événements qu’elle célèbre les attirent en nombre, et pourquoi pas ? Cette Provence est celle de ceux qui vont à pied dans la garrigue, parmi les chêneraies cheveux au vent et « mistral gagnant ». Cette terre qui nous renvoie vers la Toscane, la Grèce, et toute la Méditerranée. Cette terre dans laquelle je me fondrai un jour et qui pour l’heure me porte dans sa gloire.

Gérard Gelas est metteur en scène, auteur dramatique, directeur du Théâtre du Chêne Noir à Avignon.