Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

Qu’es acò, d’èstre Prouvençau vuei ?

Patrick Simeon « Es pas eisa de parla d’un païs, de sa lengo, de si tradicioun e de sis us. E countunia de li faire viéure, l’es enca mens... »

D 18 mai 2020     H 15:32     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Une question toute bête de prime abord, mais que l’on est en droit de se poser en ce début de décennie, en ces temps de mondialisation, de globalisation, de grand chambardement politique, économique, philosophique et autres qualificatifs en « ique ».
Cette question, nous l’avons posée à des personnalités de la culture : artistes, intellectuels, universitaires… Cette question, vous vous la posez aussi sans doute, chaque jour, dans votre vie quotidienne. Nous aurons, nous l’espérons, l’occasion de recueillir vos commentaires et d’en discuter sereinement à la prochaine occasion qu’il nous sera donnée. Pour l’heure, grâce au réseaux sociaux, le débat peut être lancé. Puisse-t-il inspirer les Maires de nos communes fraichement élu, et les candidats aux scrutins à venir. Dans notre chère Provence, cette question existentielle et les réponses que nous pouvons lui apporter demeurent essentielles.

Patrick Simeon

« Es pas eisa de parla d’un païs, de sa lengo, de si tradicioun e de sis us. E countunia de li faire viéure, l’es enca mens... »

Quouro lou Couleitiéu Provènço prenguè lengo emé iéu pèr me demada d’escriéure un pichot tèste sus lou tèmo : « Qu’es acò, d’èstre Prouvençau, vuei ? », quàuquis idèio me venguèron proun rapidamen en tèsto. Es que la causo es tihouso. Malurousamen, un simple virus venguè degaia ma santa fisico, sichico em’inteleitualo deja proun endecado, qu’au miéu, tout va coutrìo. Coumpletamen atupi em’ensuca, m’èro impoussible d’escriéure lou mai pichot tèste o la mai pichoto ligno. Es que, vesès, pèr esplica la causo, fau èstre siau e gaiardet en plen, ço qu’èro pas moun cas. Es pas eisa de parla d’un païs, de sa lengo, de si tradicioun e de sis us. E countunia de li faire viéure, l’es enca mens... Mai pamens, rèn qu’à dire aquéu noum de « Prouvènço », es tout uno passioun que nous animo, que nous prèn i tripo e nous meno dins de counversacioun que n’en finiran plus. Car es ansin, aquéu païs, à n’en plus fini. Que que n’en siegue, pèr iéu, lou soulet que capitè de dire ço qu’es, d’èstre Prouvençau, es lou grand Frederi Mistral, que soun obro universalo, se póu pas miés dire, restara en foro dóu tèms.

Patrick Simeon es un ancian rasetaire, artisto, pintre, scenougrafo e coumessàri d’espousicioun.

Patrick Simeon

« Parler d’un pays, de sa langue, de ses traditions et de ses coutumes ce n’est pas chose si simple et continuer à les faire vivre et perdurer encore moins. »

Lorsque le Collectif Provènço m’a contacté afin de rédiger un petit texte sur le thème « C’est quoi être provençal aujourd’hui ? », plusieurs idées me sont venues en tête très rapidement. C’est que la chose n’est pas à prendre à la légère. Malheureusement un simple virus est venu dégrader mon fragile état physique et en même temps psychique et intellectuel, car chez moi tout va d’un commun accord. Plongé dans un tel état second, il m’était impossible de réaliser le moindre texte, la moindre ligne. Car, voyez-vous, pour expliquer la chose, il faut être en pleine possession de tous ses moyens et moi je n’en avais plus. Parler d’un pays, de sa langue, de ses traditions et de ses coutumes ce n’est pas chose si simple et continuer à les faire vivre et perdurer encore moins. Et pourtant, rien qu’en énumérant ce nom de « Provençal », c’est toute une passion qui nous anime, qui nous noue les tripes et nous emporte dans des conversations à n’en plus finir. Car il est comme cela ce pays, à n’en plus finir. Quoi qu’il en soit, selon moi, le seul qui soit parvenu à définir ce qu’est être provençal n’est autre que le grand Frédéric Mistral, dont l’oeuvre demeure intemporelle et a valeur universelle, et c’est peu dire.

Patrick Simeon est ancien raseteur, artiste peintre, scénographe et commissaire d’exposition


Crédit photo : Anthony Maurin