Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Agenda Cartabèu » RASSEMBLEMENT Gardaren Prouvènço

RASSEMBLEMENT Gardaren Prouvènço

Arles - place de la République - 15h

D 27 novembre 2019     H 15:21     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


La langue et la culture provençales sont en danger !

La coordination « Gardaren Prouvènço ! », sous l’égide de La Confrérie des Gardians, de L’Union Provençale et du Collectif Prouvènço, a décidé de réagir aux attaques contre la langue et la culture provençales.

Venez nombreux samedi 30 novembre à 15h00 Place de la République à Arles !

Infos :
collectifprovence@gmail.com
04.90.50.49.12 / 06.81.99.06.14

Y aura-t-il encore des provençaux demain ?

Rassemblement du 30 novembre 2019 à Arles

L’ensemble de la Provence a répondu à l’appel du Collectif Prouvènço, de l’Unioun prouvençalo et de la Confrérie des Gardians. Des Hautes-Alpes au Gard, des Alpes-Maritimes à la Camargue, c’est d’un seul élan que les provençaux se mobilisent.

En cause, les atteintes répétées des pouvoirs publics contre la langue et les cultures provençales. Réforme du lycée qui diminue encore un peu plus cette année l’espace alloué aux langues régionales dans les programmes. La langue provençale, déjà en difficulté, est désormais complétement annihilée au sein des programmes, plus que maigres, d’occitan-langue d’oc. Rien n’est fait pour sa pérennisation alors même que, selon l’article 75-1 de la Constitution « Les langues régionales font partie du patrimoine de la France ».

La mobilisation, initialement commencée par une lettre ouverte au Président de la République, à l’initiative du Président du Collectif Prouvènço se poursuit ce samedi 30 novembre 2019 par un rassemblement à 15h à Arles, place de la République. « Il faut être visibles et entendus. La langue provençale et les cultures qui lui sont liées ne peuvent mourir en silence. Notre rôle est d’alerter mais aussi de montrer que nous existons encore, nous les provençaux, parlant provençal, aimant la bouvino, le costume, la danse, nos cultures en général… Nous en avons le droit le plus absolu ! » déclare Jean-Pierre Richard.

Pour rappel, outre la polémique sur l’interdiction de la corrida aux mineurs, il est également question, à travers des débats plus larges sur la maltraitance des animaux, de remettre en cause l’ensemble des cultures taurines, jugées trop vieillottes, trop décalées, barbares, dans un modèle de société tendant au tout gratuit, rapidement, si possible informatisé, international et dernier cri. Le Collectif Prouvènço refuse ces positions actuelles qui veulent transformer la France et le monde en un seul système formaté, sans identité.

Pourquoi le 30 novembre 2019 ?

A l’appel d’un autre « collectif » d’associations dîtes « régionalistes », une manifestation est organisée le même jour à Paris. Jean-Pierre Richard, président du Collectif Prouvènço, ne croit pas à un impact réel de cette initiative. D’autant que la pétition mise ne place par « Pour que vivent nos langues » n’a pas récolté plus de signatures que celles du Collectif Prouvènço par le passé.

« A Arles, nous sommes en plein cœur de notre terroir, nos élus nous écoutent et ce sont eux qui relaieront notre message au gouvernement. » déclare encore Jean-Pierre Richard. D’autant que la loi NOTRe a réattribué les compétences en matière de langue régionale aux collectivités territoriales (EPCI, Région, Département, Communes…). Des communes donc, et des maires que le Collectif Prouvènço entend bien rallier à sa cause en leur proposant de signer la « Charto pèr la lengo e li culturo prouvençalo » (Charte pour la langue et les cultures provençales). Au programme : mise en place d’une signalétique routière bilingue, initiation au provençal sur les temps périscolaires, mise en place d’une véritable économie tournée vers les producteurs locaux, communication officielle en provençal…

Plusieurs candidats aux élections municipales, de tous horizons politiques, ont déjà signé dont notamment Cyril Juglaret (Arles), Robin Prétot (Istres), David Grzyb (Arles), Serge Portal (Orgon), Patrick Isnard (Grasse), Ludovic Dupoux (Graveson), Grégory Lamothe (Fréjus), Grégory Alioglou (Mouriès) et le député Bernard Reynès (Châteaurenard)… et ce n’est qu’un début !