Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Remi Venture répond aux occitanistes

Remi Venture répond aux occitanistes

D 23 octobre 2009     H 12:03     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Siéu estrassa dóu rire de vèire, aro, lis óucitanisto se dire mai mistralen que nautre !... D’autant mai qu’entre lis annado 1900 e i’a encaro un vintenau d’an, escupiguèron tant que pousquèron sus la memòri dóu paure Maianen. Vèire un mouloun d’eisèmple : lou libre Mistral ou l’Illustion dóu Papet Lafon, emai li titre de « borne touristique », ou de « succès frelaté » qu’assajèron d’empega à Mirèio, l’erouïno mistralenco e simbole de la Prouvènço que retipèron, à l’epoco coume « une fille rougeaude sentant l’ail et l’huile rance » (sic !...). Es eisa, aro, de recupera li mort pèr assaja, pèr forço d’óucitanisa li Prouvençau au noum d’uno pretendudo « unitat de la lenga d’òc » qu’a pas rèn de vèire emé la que voulié Mistral !...!...

Vaqui ço que s’es eisa de ié rebeca :

A - Se fau ramenta que pèr Mistral i’a d’acò dous siecle – bord que sian dins lou XXIen e qu’éu visquè dins lou XIXen !…- LA lengo d’o « pèr dre de cap d’obro », èro soulamen lou prouvençau. E lou Maianen aurié ama que tout lou Miejour s’aprouvençaliguèsse !…

B- Adounc, se lis óucitanisto volon tant èstre mistralen que ço que d’afourtisson, faudrié que se diguèsson soulamen que Prouvençau, em’uno identita prouvençalo : emplé dóu prouvençau mistralen en grafìo mistralenco, evoucacioun de l’istòri prouvençalo – rèi d’Arle, comte catalan em’anjóuvin, emai de persounage coume Mirabèu o Pascalis…-, drapèu prouvençal, etc…

C- Es en reacioun à-n-aquelo pensado – e bouto, li coumprene proun !…-, que li Lengadoucian – o Óucitan, bord que li dous mot soun sinounime…-, creèron uno autro ideoulougìo, aqueste cop que soun cèntre èro lou Lengadò, emé lou biais lengadoucian – parla lengadoucian em’uno grafìo mais asatado à soun gàubi, drapèu lengadoucian, istòri lengadouciano – albigeïsme, comte de Toulouso, crousado albigeso…

D - Aro, crese que vaudrié miés se respeta lis un lis autre… Lou Miejour es pas devengu Prouvençau… Mai i’a pas de resoun que pièi, devenguessian nautre, de Lengadoucian, au noum d’uno pretendudo « unita de la lengo d’o » qu’a pas jamai eisista…

E- Apoundrai que lis estatut di lengo chanjo… Dins lis annado 1950, la lèi Deixonne counsideravo que lou corso eisitavo pas, estènt que d’italian… Aro, es uno causo que se discuto plus… E perdequé lis óucitanisto de la DGLFF an fa marca lou peitevin santougés o lou bourguignoun mouvandiau dins la tiero di lengo, alor que lou prouvençau i’es pas ?...

Es pèr tóuti aquéli resoun que, riboun ribagno, gagnaren, qu’avèn lou dre emai l’Istòri pèr nous-autre !...

Leissaren jamais flouqueja sus li Coumuno e li bastimen nostre lou drapèu lengadoucian !...

Sian e saren… Prouvençau !...

E se n’i’a, en Prouvènço, que se volon dire « Lengadoucian » - o « Óucitan », bord que li mot soun etimoulougicamen li mume…- perqué noun ?... Li respetan… Mai amarian que faguèsson parié ‘mé nous-autre !... Lou tèms dis anschluss an passa !... Es pas la peno de recupera Mistral, que servira de rèn !...

Roumié VENTURO

Je suis mort de rire de voir, aujourd’hui, les occitanistes se dirent plus mistraliens que nous, d’autant plus que dans les années 1900 et il y a encore une vingtaine d’années, ils crachaient tant qu’ils pouvaient sur la mémoire du pauvre Maillanais. Voir un tas d’exemples : le livre « Mistral ou l’Illusion » du papet Laffont, et de surcroît les titres de « borne touristique » ou de « succès frelaté » qu’ils essayèrent de coller à Mireille, l’héroïne mistralienne et symbole de la Provence qu’ils dépeignaient à l’époque comme « une fille rougeaude sentant l’ail et l’huile rance » (sic). C’est facile, aujourd’hui, de récupérer les morts pour essayer d’occitaniser au maximum les provençaux au nom d’une prétendue unité de la langue d’Oc qui n’a rien à voir avec la volonté de Mistral.

Voilà ce qu’il est facile de leur répliquer :

A – Il faut se rappeler que pour Mistral il y a de cela deux siècles – parce que nous sommes dans le 21ème et que lui vivait dans le 19ème !... – LA langue d’Oc « pour droit de chef d’œuvre » c’était seulement le provençal. Et le Maillanais aurait aimé que tout le midi se provençalise !...

B – Donc, si les occitanistes veulent être si mistraliens que ce qu’ils l’affirment, ils faudraient qu’ils se disent seulement provençaux, avec une identité provençale : emploi du provençal mistralien en graphie mistralienne, évocation de l’histoire provençale – roi d’Arles, Comte catalan et angevin, et aussi des personnages comme Mirabeau ou Pascalis, …-drapeau provençal, etc…

C – C’est en réaction à cette pensée – et, va je les comprend assez !...- que les languedociens - ou occitans, parce que les deux mots sont synonymes…- créèrent une autre idéologie, dont le centre était cette fois-ci le Languedoc, à la sauce languedocienne –le parler languedocien avec une graphie plus adaptée à leur tournure, drapeau languedocien, histoire languedocienne – « albigéisme », comte de Toulouse, croisade albigeoise…

D – Aujourd’hui, je crois qu’il vaudrait mieux se respecter les uns les autres… Le midi n’est pas devenu provençal… Mais il n’y a pas de raison qu’en définitive, nous devenions, nous, des languedociens au nom d’une prétendue unité de la langue d’Oc qui n’a jamais existé…

E – J’ajouterai que les statuts des langues changent… Dans les années 1950, la loi Deixonne considérait que le Corse n’existait pas, n’étant que de l’italien…. Maintenant, c’est une chose qui ne se discute plus. Et pourquoi les occitanistes de la Délégation Générale des Langues de France ont inscrit le Poitevin Saintongeais ou le Bourguignon Morvandiau, dans la liste des langues, alors que le provençal n’y est pas ?...

C’est pour toutes ces raisons que, bon gré mal gré, nous gagnerons parce que nous avons le droit et l’histoire pour nous.

Nous ne laisserons jamais flotter sur les communes et nos bâtiments le drapeau languedocien !... Nous sommes et nous serons provençaux !...

Et s’il y en a en Provence qui veulent se dire languedociens ou occitans - parce que les mots sont étymologiquement les mêmes… - pourquoi pas ? Nous les respectons… Mais nous aimerions qu’ils en fassent autant pour nous. Le temps de l’Anchluss est passé !... Ce n’est pas la peine de récupérer Mistral, cela ne servira à rien !...

Remi Venture.