Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Ça bouge en Provence » Samedi 14 avril - Conférence - Université Populaire Provençale (...)

Samedi 14 avril - Conférence - Université Populaire Provençale d’Allauch

D 10 avril 2018     H 09:41     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir
Aubert CAMUS, PRÈMI NOBEL DE LITERATURO E Jan-Pèire TENNEVIN, ESCRIVAN DE LENGO PROUVENÇALO

Dissate 14 d’abriéu de 2018, à 3 ouro de l’après-dina, se debanara uno sesiho de l’Universita Poupulàri Prouvençalo d’Alau.

Oudilo DELMAS, ourganisarello de l’Universita Poupulàri Prouvençalo, Dóutour en letro, ensignarello à l’Universita d’Avignoun e di Païs de Vaucluso fara un paralèle entre Aubert CAMUS, Prèmi Nobel de literaturo e Jan-Pèire TENNEVIN, un di mèstre de la literaturo de lengo prouvençalo dóu siècle 20en.

La Peste, rouman coumença tre 1941, Camus l’escriguè dóu tèms de la guerro. Èro intra en resistènci e fasié de rensignamen pèr lou maiun Coumbat. Animavo, tambèn, lou journau clandestin dóu meme noum.

Coume Camus l’escrira de tèms après, dins uno letro à Rouland Barthes, La Peste es uno metaforo dóu nazisme, dóu mau que lou fau coumbatre.

Jan-Pèire Tennevin, pèr quant à-n’éu, dins sa pèço de tiatre en prouvençau marsihés, La Countagien, emplego la memo metaforo que Camus pèrparla dóu mau, la Countagioun, la pèsto.

Em’Oudilo Delmas, estudiaren lis atitudo - semblablo o despariero - qu’adóuton l’Aubert Camus de La Peste e lou Jan-Pèire Tennevin de La Countagien.

ALBERT CAMUS, PRIX NOBEL DE LITTÉRATURE ET JEAN-PIERRE TENNEVIN, ÉCRIVAIN DE LANGUE PROVENÇALE

Samedi 14 avril 2018, à 15 h, salle Robert-Ollive, se déroulera une séance de l’Université Populaire Provençale d’Allauch.

Odile DELMAS, organisatrice de l’Université Populaire Provençale, Docteur ès lettres, enseignante à l’Université d’Avignon et des pays de Vaucluse établira un parallèle entre Albert Camus, Prix Nobel de littérature et Jean-Pierre Tennevin, un des maîtres de la littérature de langue provençale du 20e siècle.

La Peste, roman commencé dès 1941, est écrit par Camus durant la guerre, alors que celui-ci est entré dans la résistance à l’intérieur du réseau Combat où il s’occupe de renseignement, il est d’ailleurs l’âme du journal clandestin du même nom.

Comme Camus l’écrira plus tard, dans une lettre à Roland Barthes, La Peste est une métaphore du nazisme, du mal contre lequel il faut se battre.

Jean-Pierre Tennevin, lui, dans sa pièce de théâtre en provençal marseillais, La Countagien, utilise la même métaphore que Camus pour parler du mal, la Contagion, la peste.

Nous regarderons, avec Odile Delmas, les attitudes semblables ou différentes entre l’Albert Camus de La Peste et le Jean-Pierre Tennevin de La Countagien.