Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo

Une balade dans les rues de Marseille avec Edmond Astruc

LA PROVENCE CONFINEE - LA PROVENCE CULTIVEE

D 25 mars 2020     H 12:12     A La Chourmo dóu Couleitiéu    


agrandir

Le soleil brille mais l’attestation dérogatoire de sortie éditée par le Gouvernement en vue de la limitation de la propagation du Covid-19 ne vous permet pas d’aller balader là où vous le souhaitez ?
Nous vous invitons pour une promenade dans les rues marseillaises, depuis chez vous, avec un guide original et épris de la ville qu’il n’a jamais quittée.
L’avantage ? Aucun embouteillage !

Né dans le quartier du Panier, fils d’un propriétaire d’une tannerie-maroquinerie, élève du Lycée Thiers puis de l’Ecole des Beaux-Arts, Edmond Astruc est un symbole de longévité et de réussite.

Tenant un pinceau dans sa main depuis ses 10 ans, il ne le lâche qu’à son dernier souffle, âgé de 99 ans, laissant sa dernière peinture inachevée mais une oeuvre plus qu’abondante (c’est peu dire, à ce jour sont recensées 1048 tableaux) !
Entre ses premières aquarelles et ses dernières huiles il y a, bien évidemment, des différences, un style qui évolue, influencé par les sensations que lui procurent la pratique de nombreux sports, sa passion pour l’aviation et les événements historiques et personnels qui marquent sa vie ; mais une constante, un fil rouge lie toute son oeuvre : Marseille. Depuis son atelier du Roucas Blanc ou sillonnant les rues, cet adepte de l’étude de la nature et du dessin qui peint toujours sur motif, jamais à main levée, nous a laissé un témoignage réaliste teinté de symbolisme de la capitale méridionale dans la première moitié du XXe siècle.

Admis à l’Académie des Beaux-Arts en 1936, considéré comme un "maître incontesté de l’école provençale contemporaine"*, il vous entraîne dans ses pas pour redécouvrir Marseille à travers ses yeux.

* Propos de Jean Chelini de l’Académie de Marseille dans le journal Le Méridional du dimanche 4 décembre 1977 (Edmond Astruc est décédé le 11 janvier 1977).

Rue Emile Duployé à l’automne - la maison de l’artiste
Huile sur papier - 41 x 54 cm

Le vallon de l’Oriol en 1950
Huile sur papier - 76 x 61 cm - Coll privée

Le pont de la fausse monnaie
Huile sur Isorel - 81 x 65 cm

Anse de la Fausse-Monnaie
Huile sur toile - 216 x 90 cm

Villa Calvo sur la corniche
Huile sur Isorel - 81 x 60 cm

L’entrée des ports vue de la Corniche
Huile sur Isorel - 92 x 76 cm

Chemin dans le jardin du Pharo
Huile sur carton - 78 x 64 cm

Fort Saint-Jean vu du Pharo
Huile sur toile - 110 x 90 cm

Escalier de Notre-Dame de la Garde
Huile sur carton - 46 x 36 cm - coll privée

Villa de l’ambassade des USA
Huile sur Carton - 76 x 57 cm

La Mairie de Marseille
Huile sur toile - 106 x 125 cm

Les arcades au quai du port
Coll Privée

La cathédrale de la Major
Huile sur papier - 73 x 58 cm

La vieille Charité
Huile sur toile - 60 x 72 cm

La balade se termine, nous espérons que vos pieds ne sont pas trop endoloris.
Prenez-soin de vous, restez chez vous.

Pour en apprendre davantage sur l’artiste, ou voir plus d’oeuvres 👉 www.edmond.astruc.fr

#restas_à_loustau

Dans la même rubrique

7 mai – La pissaladière

28 avril – Invitation au voyage

25 avril – Fête de la Saint-Marc

20 avril – Le Crespèu

16 avril – La peste à Aix-en-Provence en 1546