Collectif Prouvènço - Uno regioun uno identita uno lengo
Vous êtes ici : Accueil » Le site web » Actualités » Vaqui, le reportage de trop

Vaqui, le reportage de trop

D 19 décembre 2014     H 14:17     A La Chourmo dóu Couleitiéu     C 0 messages


agrandir

Vaqui, le reportage de trop

Le Président François Hollande, dans son long discours lors du 50ème anniversaire de la « Maison Ronde » de Radio France, le 17 décembre dernier, a eu cette phrase lourde de sens et à laquelle nous souscrivons. : « Le service public, c’est l’impartialité ».

Une phrase qui tombe à point nommé alors que le magazine d’actualités régionales de France 3 Méditerranée poursuit son boycott des actions menées par le Collectif Prouvènço. Vaqui a trouvé un allié dans sa campagne de dénigrement, l’américain David Price, désormais membre du Félibrige mais avant tout occitaniste patenté, au risque d’enfreindre la règle déontologique d’une chaine de télévision du service public.

Le Collectif Prouvènço a donc envoyé une lettre aux responsables des instances concernées : Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication, Olivier Schrameck, Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, François Guilbeau, Directeur du Réseau France 3, Patrick Labarrière, Directeur du pôle France Télévisions Sud-Est.

Nous invitons nos lecteurs à manifester leur mécontentement auprès de France 3 Méditerranée pour que la propagande occitaniste cesse sur cette chaine du service public.

Un de nos vœux pour 2014 sera que les responsables des chaines de télévision publique fassent respecter l’engagement du Président de la République.

La lettre que le Collectif Prouvènço a envoyée :

« France 3 Méditerranée est une chaine de télévision régionale du groupe France Télévision, c’est donc un média de service public. Cette chaine propose dans sa grille de programme des émissions en langues parlées en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (provençal, nissart, vivaro-alpin), et Vaqui, magazine hebdomadaire d’actualités régionales qui, lui, emploie l’occitan, langue non usitée en Provence, ce qui est un comble. (…)

En treize années d’existence, le Collectif Prouvènço n’a pas eu droit de cité dans l’émission Vaqui, ou à de très rares exceptions, pour y voir son action en faveur de la langue et de la culture provençales dénigrée. »

Le 8 décembre 2013, une nouvelle étape a été franchie par Vaqui avec la diffusion d’un reportage où était interviewé M. David Price, citoyen américain, résidant dans la région d’Avignon, qui se présente comme un « amoureux de la Provence » (et surtout de la « Grande Occitanie ») et se trouve régulièrement invité dans cette émission.

Durant cette nouvelle interview, M. Price attaque, sans les nommer, les associations de culture provençale (le Collectif Prouvènço et l’Union Provençale sont visés). Ses propos deviennent diffamatoires lorsqu’il prétend que ces associations ne sont que des officines faisant du lobbying pour ponctionner de l’argent public, « divulguent de fausses informations », veulent faire du provençal une « langue à part », et ont un « comportement malsain ».

Ces attaques ne nous surprennent pas de la part de cet occitaniste. Le commentaire qui suit, fait par la journaliste, appuie les insinuations de M. Price par des propos diffamatoires : « Et oui, c’est bien dommage que des gens qui disent défendre notre langue et notre culture soient du coup obnubilés par leur égo et des conflits d’intérêt. Heureusement que d’autres ont trouvé des motivations qui semblent plus saines. » Un parti pris choquant et une entorse à la déontologie, faute professionnelle tant sur le plan du commentaire que sur celui de ne pas avoir vérifié le pedigree de son interlocuteur.

En effet, qui est David Price ?

Ce Texan résident en France depuis une dizaine d’années a récemment reçu sa carte de membre du Félibrige, association fondée par le poète Frédéric Mistral, pour maintenir la langue provençale et en codifier l’orthographe.
David Price a créé Imagine Tours, une association Loi 1901 qui s’est donné pour but la promotion de la Provence (qui vend en fait des séjours et des visites guidées à des touristes) mais surtout de la Grande Occitanie. Il organise un pseudo festival, le Pan’Oc, à Avignon, et a créé une web radio en langue occitane, Radio Coupo Santo, affiliée au réseau FIMOC (Fédération Interrégionale du Milieu Occitan).
David Price est également proche du Partit Occitan, parti politique autonomiste, et membre du Parti de la Nation Occitane* (PNO), parti anti républicain, anti français, qui milite en faveur de l’indépendance de l’Occitanie. Il a d’ailleurs été nommé par ce même PNO « Ambassadeur d’Occitanie accrédité par le Gouvernement Provisoire Occitan pour les Etats-Unis d’Amérique et le Canada. Ce « gouvernement », s’appuyant sur les théories indépendantistes de François Fontan** et Jacques Ressaire, revendique des positions anti-françaises et milite pour un hégémonisme sur toutes les régions de langues d’Oc, niant par la même le principe de pluralité des langues parlées et écrites dans cette vaste région (provençal, nissart, cévenol, béarnais, gascon, languedocien…) au profit d’une seule et même langue qui lui serait imposée : l’occitan. Langue qui n’a aucune légitimité en Provence, car elle n’est parlée par personne si ce n’est une poignée d’occitanistes prosélytes qui tentent d’influencer les pouvoirs publics pour la création de dispendieuses écoles privées, les « Calendreta ». M. Price envisage d’ailleurs d’en créer une à Avignon, et tel était le sujet adjacent abordé dans le reportage de Vaqui du 8 décembre.
En somme, David Price avance masqué en se réclamant de la Provence, du Félibrige, allant jusqu’à donner à sa radio le nom de l’hymne provençal…

Le Collectif Prouvènço est attaché à sa culture et à sa langue, dans le respect de la diversité de toutes les régions et dans celui des institutions de la République Française (point de velléité indépendantiste ou de « Gouvernement Provisoire » au sein du Collectif Prouvènço, nous insistons sur ce point). Nous nous sentons une fois de plus les victimes d’une émission qui n’a pas joué son rôle de service public avec la diffusion de ce reportage tendancieux.

France 3 Méditerranée, chaine de télévision du service public, au service d’une cause partisane, cela est intolérable. Il est grand temps de faire en sorte que soit respecté le droit fondamental à une information impartiale et non discriminante. »

*Le Partit de la Nacion Occitana a été fondé par François Fontan, en 1959 à Nice. Son objectif primordial est la réalisation de l’indépendance politique, économique et culturelle de l’Occitanie, dans ses limites ethno-linguistiques (source : statuts du PNO).

**François Fontan a développé ses thèses dans son ouvrage, Ethnisme, théorie politique sur laquelle s’appuie le PNO.